LinkedIn bloque certaines voix critiques à l’égard de la Chine à la veille de l’anniversaire de Tiananmen, dont le personnel d’Epoch Times

Par Eva Fu
6 juin 2021
Mis à jour: 6 juin 2021

LinkedIn censure certaines voix critiques à l’égard de la Chine – dont des membres du personnel d’Epoch Times – en supprimant leur présence en Chine.

Le matin du 3 juin, un certain nombre de personnes du réseau Epoch Times, dont certains membres du personnel basés aux États-Unis, en Suède et en Turquie, ont reçu des notifications les informant de cette décision.

Le message, intitulé « Message officiel de l’équipe de sécurité et de la récupération de LinkedIn », commençait par remercier les utilisateurs d’avoir « utilisé leur profil LinkedIn pour se représenter professionnellement ».

« Nous souhaitons vous informer qu’en raison d’exigences légales ayant un impact sur l’accessibilité en Chine de certains éditeurs, votre profil et votre activité, comme les éléments que vous partagez avec votre réseau, ne sont pas visibles pour ceux qui accèdent à LinkedIn depuis la Chine pour le moment », indiquait-il. Le message ajoute que le profil et l’activité « restent visibles dans le reste du monde où LinkedIn est disponible ».

Le nombre exact de personnes impactées dans le réseau d’Epoch Times n’est pas encore connu.

Dans une déclaration à Epoch Times, LinkedIn, propriété de Microsoft, a déclaré que l’entreprise « est une plateforme mondiale qui a l’obligation de respecter les lois qui s’appliquent à nous, y compris les réglementations du gouvernement chinois pour notre version localisée de LinkedIn en Chine ».

« En raison des exigences légales locales en Chine, les profils et l’activité de certains membres de LinkedIn associés à certaines organisations d’édition ne sont pas visibles en Chine pour le moment », a déclaré l’entreprise.

Un message LinkedIn expurgé reçu par les employés d’Epoch Times le 3 juin 2021 (Capture d’écran via LinkedIn)

Deux jours plus tôt, LinkedIn a pris une mesure similaire à l’égard d’un tireur d’alerte sur la Chine, J. Michael Cole. Dans une version similaire, mais plus élaborée du message, ils ont proposé de travailler avec M. Cole pour « minimiser l’impact » et ont dit qu’ils « peuvent revoir l’accessibilité de [son] profil en Chine [s’il met] à jour la section Publication de [son] profil ».

Le blocage est intervenu à la veille du 32e anniversaire du massacre de la place Tiananmen, une répression sanglante qui a vu le régime chinois ouvrir le feu sur des militants qui réclamaient des réformes démocratiques et économiques en Chine, tuant des centaines, voire des milliers d’entre eux.

Epoch Times fait partie d’une série de sites internationaux qui restent inaccessibles aux utilisateurs à l’intérieur du Grand Pare-feu, la machine de censure en ligne qui permet au régime de filtrer les voix indésirables.

Le journal a été en première ligne pour couvrir des sujets liés à la Chine, tels que l’infiltration du PCC en Occident, les violations des droits de l’homme, le prélèvement d’organes de prisonniers de conscience en Chine et l’épidémie du virus du PCC à Wuhan.

LinkedIn, qui a lancé un site en chinois simplifié en 2014, est l’une des rares plateformes de médias sociaux occidentales encore autorisées en Chine continentale, lesquelles ont toutes réussi à le faire en acceptant les restrictions chinoises. Elle compte actuellement 53 millions d’utilisateurs en Chine continentale.

LinkedIn n’a pas répondu aux questions concernant les raisons qui sous-tendent sa décision et les exigences locales spécifiques auxquelles elle se réfère. Elle n’a pas non plus voulu dire si elle avait conclu des accords similaires avec d’autres pays. Au lieu de cela, la société a mis en avant une déclaration du 24 février 2014 du directeur général de LinkedIn, Jeff Weiner, justifiant l’expansion de la société en Chine.

Bien que Jeff Weiner ait déclaré que « LinkedIn soutient fermement la liberté d’expression et est fondamentalement en désaccord avec la censure gouvernementale », ils ont décidé d’adhérer aux règles de censure de l’État, car l’absence de LinkedIn en Chine limiterait « la capacité des citoyens chinois individuels à poursuivre et à réaliser les opportunités économiques, les rêves et les droits les plus importants pour eux ».

« La liberté d’expression et l’opposition à la censure sont incompatibles avec la réglementation chinoise », a déclaré Benjamin Weingarten, membre du groupe de réflexion californien Claremont Institute et collaborateur d’Epoch Times, qui a reçu le message de LinkedIn.

« La réglementation chinoise – c’est-à-dire la règle du Parti communiste chinois, a-t-il dit, finit par étouffer les opportunités économiques, effacer les rêves et violer les droits des citoyens chinois. »

Notant le timing de l’action de LinkedIn, Weingarten a déclaré que c’était « incroyable, et pourtant totalement crédible ».

« À la veille du massacre de la place Tiananmen – un sujet qui a été censuré sur les médias sociaux chinois et effacé des manuels scolaires chinois – il est clair que l’Occident a tiré toutes les mauvaises leçons », a-t-il déclaré à Epoch Times dans un courriel.

« Les comptes rendus des dirigeants du PCC de l’époque montrent qu’ils croyaient que notre intérêt personnel à faire des affaires avec la Chine nous amènerait à fermer les yeux sur la tyrannie du régime. Les artistes qui se prosternent, les plateformes censurées et les entreprises qui font des courbettes ont malheureusement prouvé qu’ils avaient raison », a-t-il écrit.

Au fil des ans, LinkedIn s’est attiré des critiques pour un certain nombre de mesures de censure, notamment en supprimant des messages sur les manifestations de Tiananmen, en bloquant le compte d’un leader protestataire et, plus récemment, en suspendant le compte d’un critique de la Chine après avoir supprimé ses commentaires qualifiant Pékin « de dictature répressive ».

Le 9 mars, LinkedIn a « temporairement » empêché les utilisateurs chinois d’enregistrer de nouveaux comptes dans le pays, citant à nouveau des lois chinoises non précisées.

La politique publicitaire de l’entreprise comprend également des dispositions interdisant toute publicité contenant « des critiques à l’égard du Parti communiste chinois, de la République populaire de Chine ou de l’Armée de libération chinoise, des extraits de l’hymne national [chinois] », toute promotion d’un réseau privé virtuel (un outil qui permettrait aux utilisateurs de contourner la censure) ou toute publicité liée à des services par satellite.

Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de Reporters sans frontières, a déclaré à Epoch Times que « Reporters sans frontières (RSF) dénonce les pressions exercées par le régime chinois sur les plateformes sociales comme LinkedIn pour les forcer [à] contribuer à ses campagnes de censure ».

RSF a classé la Chine à la 177e place sur 180 dans son classement mondial de la liberté de la presse 2021, la qualifiant de « plus grand geôlier au monde pour des défenseurs de la liberté de la presse ».

« Il est vrai que tout le monde bénéficierait grandement du fait que les Chinois soient connectés à d’autres personnes dans le monde entier sur une plateforme axée sur l’apprentissage et le partage. Mais ce n’est pas ce qu’est LinkedIn », a déclaré un cofondateur du groupe anti-censure GreatFire.org, qui se présente sous le pseudonyme de Charles Smith.

« LinkedIn est un tableau d’affichage des emplois aseptisé, harmonisé et inintéressant. La dernière chose que la plateforme valorise est la liberté d’expression », a-t-il déclaré, ajoutant que « Microsoft récompense les utilisateurs qui ont peur de s’exprimer, qui évitent de poser des questions difficiles et qui contournent les sujets sensibles. »

Epoch Times a contacté Microsoft pour obtenir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse immédiate.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ