L’Iran a détruit au bulldozer la tombe d’un pasteur chrétien exécuté

Par Jack Phillips
15 janvier 2020 Mis à jour: 16 janvier 2020

La famille d’un pasteur chrétien exécuté a déclaré que sa tombe avait été rasée au bulldozer par les autorités iraniennes le mois dernier.

Le révérend Hussein Soodmand est le seul pasteur chrétien dont l’exécution officielle par le régime iranien a été confirmée. Il a été exécuté en décembre 1990 et enterré au cimetière de Beheshte-Reza à Mashhad (ou Mecched).

Sa fille Rashin Soodmand, qui vit en exil en Europe, a parlé de la situation à Article18, une organisation de défense des droits de l’homme qui promeut la liberté religieuse en Iran. Article18 a affiché des photos de la tombe et a écrit que « tout ce qui reste maintenant de la tombe non marquée du pasteur est le sol sous lequel il a été enterré autrefois ».

« Je peux dire que le récent manque de respect manifesté à l’égard de la tombe de notre père a encore une fois blessé nos cœurs », a-t-elle déclaré, selon le site Web. « Notre père a été tué cruellement et contrairement à la loi. Ils l’ont enterré dans un endroit qu’ils ont appelé la’anatabad [lieu maudit], à notre insu, et n’ont même pas donné à notre famille l’occasion de lui dire au revoir, ou de voir son corps sans vie. »

Au fil des ans, elle a expliqué que sa famille devait se rendre dans cette région éloignée pour visiter sa tombe, en précisant que les autorités iraniennes ne leur permettaient pas de construire une pierre tombale portant son nom.

Mais maintenant, les responsables iraniens « veulent supprimer complètement le seul signe de son existence qu’il nous reste. Nous allons lancer un appel à toute institution nationale ou internationale compétente au sujet de ce mépris et de cette cruauté », a fait remarquer la jeune Soodmand.

Un porte-parole d’Article18 a déclaré à Fox News que sa tombe avait été trouvée profanée lorsque sa famille s’y est rendue le jour de l’anniversaire de sa mort en décembre dernier.

« Ce sont certainement les autorités iraniennes [qui ont initié ce geste] », a déclaré à Fox un porte-parole de l’organisation. « Nous ne savons pas qui exactement, peut-être le maire local, mais nous croyons comprendre qu’ils agrandissent le cimetière et vendent des parcelles à des familles riches qui peuvent se le permettre. »

Le pasteur s’est converti au christianisme avant la révolution de 1979 qui a mis au pouvoir le régime actuel, selon sa famille. En 1990, il a été arrêté et torturé avant d’être placé en isolement. « Deux semaines après s’être présenté à nouveau à la prison, le pasteur a été exécuté après avoir été reconnu coupable d’apostasie par un tribunal spécial du clergé. Sa famille a été informée après l’exécution », indique le site Internet.

Dans un article publié par Amnesty International en 2018, les chrétiens, y compris les convertis, sont constamment victimes de harcèlement en Iran. Ils sont également victimes d’arrestations, de détentions et de peines d’emprisonnement arbitraires.

Le groupe de défense des droits basé au Royaume-Uni a noté que la situation générale des droits de l’homme en Iran s’est gravement détériorée en 2017 et 2018, avec la suppression des libertés fondamentales par les autorités.

« Des flagellations, des amputations et d’autres punitions cruelles, inhumaines et dégradantes ont été pratiquées », selon le groupe.

RECOMMANDÉ