L’Iran annonce le départ de Zarif vendredi pour New York

Par Epoch Times avec AFP
19 septembre 2019 Mis à jour: 19 septembre 2019

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif va décoller vendredi matin pour New York afin d’assister à l’Assemblée générale des Nations unies, a annoncé jeudi son ministère.

L’agence de presse officielle Irna avait indiqué mercredi que les membres de la délégation iranienne devant se rendre à New York pour préparer le terrain à la venue du président Hassan Rohani n’avaient pas pu effectuer le voyage, faute de visas. En l’absence de ces visas, le voyage de MM. Zarif et Rohani « sera probablement annulé », avait-elle affirmé.

« Le ministre des Affaires étrangères @JZarif part pour New York tôt vendredi afin d’assister à la 74e session de l’AG de l’ONU », a déclaré jeudi sur Twitter le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Moussavi.

« Le ministre part habituellement un jour ou deux avant le président » Rohani, a-t-il ajouté.

Les propos de M. Moussavi semblaient ainsi indiquer que les visas avaient été octroyés aux membres de la délégation iranienne.

Grand rendez-vous diplomatique mondial, l’Assemblée générale de l’ONU doit s’ouvrir formellement le 24 septembre. L’Iran doit intervenir à la tribune de cette session le 25 septembre, au lendemain des interventions des présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron.

Etat hôte du siège des Nations unies, les Etats-Unis ont en principe l’obligation d’accorder rapidement des visas aux Etats qui en font la demande pour permettre à leurs responsables d’assister à des réunions à l’ONU.

Mais les tensions vont grandissantes entre Téhéran et Washington, qui accuse l’Iran d’être responsables d’attaques contre des infrastructure pétrolières de l’Arabie saoudite. Celles-ci, revendiquées par les rebelles yéménites Houthis soutenus par l’Iran, ont suscité des craintes d’une escalade militaire dans le Golfe, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo accusant Téhéran d’avoir commis un « acte de guerre ».

Depuis son retrait unilatéral en mai 2018 de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, Washington a rétabli plusieurs trains de sanctions contre Téhéran.

Dans le cadre de cette politique de « pression maximale » sur la République islamique, les Etats-Unis ont ajouté le 31 juillet le nom de M. Zarif à leur liste noire des personnes faisant l’objet de sanctions financières américaines.

RECOMMANDÉ