La loi bioéthique française, outil pour la création d’êtres-objets

Par La Rédaction
13 juin 2021
Mis à jour: 4 juillet 2021

Lecteurs, si les « réactionnaires » vous irritent, ne lisez pas plus loin. Car ce texte l’est, en réaction à ce que va manifester dans le corps de la loi française le texte final de la « loi de bioéthique ». Le Parlement – reflet de la volonté du gouvernement – y définit, non pas l’application de l’éthique, mais les limites jusqu’auxquelles il est légal de ne pas la suivre.

Cette éthique est, par définition, la mise en pratique de la notion du Bien, englobant les différentes manifestations et variations culturelles de la morale, dont elle est la partie la plus essentielle, la plus universelle, la plus permanente.

Assaillie par les progrès de la biotechnologie et témoin de l’effondrement des institutions sociales traditionnelles, l’Assemblée nationale se permet de considérer le Bien comme une construction culturelle plutôt que comme une caractéristique innée que l’humanité serait en devoir de trouver et de préserver. Plutôt que de servir de boussole, la démarche législative s’adapte à ce qu’elle croit être l’évolution inévitable de la société et répond aux exigences de groupes d’intérêt minoritaires mais médiatiquement puissants, à la défaveur de la société. Comme l’a fait avant elle le comité consultatif national d’éthique, elle choisit de considérer toute valeur comme relative et fluctuante.

La conséquence à court terme est une loi de bioéthique que l’ancien président du comité national d’éthique, Didier Sicard, décrit comme « du théâtre » plutôt qu’un travail sérieux. L’opinion qui a été suivie par l’Assemblée nationale n’est même pas de façon justifiable celle du peuple, mais plutôt celle d’un microcosme parisien militant : la majorité des contributions aux États Généraux de la bioéthique en 2018 était opposée à la généralisation de l’aide médicale à la procréation, opposée à la manipulation génétique des embryons humains, opposée aux « partenariats » médicaux avec les grandes dictatures comme la Chine. Les résultats de cette consultation populaire ont été balayés, mis sous le tapis pour laisser place au besoin de tenir la « promesse présidentielle ». Des centaines de propositions d’amendement au texte de loi voulu par le gouvernement ont ensuite été jetées aux archives parlementaires sans même être débattues ; seuls les sénateurs ont pu tenter d’influer un peu sur le cours du courant en modifiant le texte.

L’accès à toutes à la procréation médicalement assistée va donc être permis, satisfaisant le désir d’enfant de femmes lesbiennes, que les outils de l’adoption ne semblait pouvoir combler. Le choix du législateur, pour adresser la souffrance psychologique exprimée par ces femmes, est de mettre à terre le concept même de filiation et de l’inscription de l’enfant dans une lignée. Face à la détresse de femmes en désir d’enfant, celle à venir d’enfants déracinés qui se considéreront comme nés de rien n’a pas compté dans le travail parlementaire.

Comme le disait le philosophe Dominique Folscheid, « notre monde est devenu une technosphère, peuplée d’individus mus par des désirs de nature consumériste – dont fait partie l’enfant. Il est devenu le fruit d’un désir produit par la technique, ce qui fait de lui un objet de consommation. Qu’on en refuse l’accès à certains apparaît impensable puisque la technique le permet. »

Conséquence immédiate, des demandes de moyens supplémentaires remontent déjà des CECOS, les centres de fertilité : il va falloir plus de techniciens, plus de donneurs de sperme pour mieux industrialiser la procréation, plus de moyens aussi pour la congélation d’ovocytes, afin qu’il soit aussi possible d’avoir des enfants après ménopause et après avoir fait carrière. La femme moderne devant répondre à la violente injonction d’être d’abord une combattante, la technique médicale interviendra ensuite pour répondre à sa souffrance d’avoir atteint ces objectifs sans être plus heureuse pour cela.

Le chemin va maintenant s’ouvrir, puisque la loi de bio-éthique n’était qu’une première étape, pour la location ou l’achat du ventre des femmes. Celles et ceux qui dénoncent avec tant de vigueur le patriarcat comme oppresseur des femmes parce qu’il s’approprierait leur matrice, acceptent par contre de s’approprier aujourd’hui une semence, demain la matrice d’une autre. L’ancien système l’inscrivait dans un engagement partagé, chacun prenant soin de l’autre ; le nouveau dans le seul accès à sa propre satisfaction.

À moyen terme, l’approche de relativisme moral suivie par le gouvernement implique que, si l’opinion publique ou des groupes de pression suffisamment puissants se mettaient à penser qu’il est bon de greffer dans le cerveau de tous les enfants des électrodes pour les calmer lorsqu’ils sont agités, ceci deviendrait un nouveau « Bien »… que la loi suivrait pour l’autoriser. L’exemple n’est pas ingénu puisqu’Elon Musk comme Jeff Bezos ou Mark Zuckerberg investissent massivement dans le développement de technologies agissant sur le fonctionnement du cerveau et que leur métier est d’influencer, voire manipuler l’opinion, pour ensuite vendre leurs produits.

On doit donc malheureusement conclure que « l’éthique » de 2021 consacre l’égoïsme comme nouvelle notion du Bien. Avec la validation de la manipulation génétique des embryons humains, elle fait disparaître un peu plus la notion du sacré de la vie, réduisant celle-ci à un paquet de cellules plus ou moins bien assemblées, et que la technique peut manipuler comme elle veut, puis attribuer à qui elle veut. Pour reprendre l’intitulé d’une banderole d’une manifestation de personnes opposées à la loi de bioéthique dans son format final, ceci ne mènera pas à un monde meilleur mais très certainement au « meilleur des mondes ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ