Loir-et-Cher : un loup aperçu pour la première fois dans la région Centre-Val de Loire

Par Léonard Plantain
18 septembre 2020
Mis à jour: 18 septembre 2020

Photographié pour la première fois dans le Loir-et-Cher le 28 juin dernier, un loup gris a été aperçu à Chapelle-Victomtesse, puis authentifié par la préfecture ce mardi 15 septembre.

C’est une première dans le Loir-et-Cher et la quatrième observation d’un loup dans la région Centre-Val de Loire depuis un siècle. L’animal a été observé et photographié le 28 juin dernier à la Chapelle-Victomtesse. La photo, qui a été transmise à la préfecture le 8 septembre, a pu être authentifiée par les experts de l’Office français de la biodiversité (OFB) ce mardi 15 septembre, relate France 3 Régions.

Pour Jean-Noël Rieffel, directeur régional de l’OFB : « C’est un événement assez rare. L’OFB a envoyé sur place des agents pour vérifier les conditions de la prise de vue, recouper les éléments visuels et rencontrer le propriétaire du piège photo. Des experts nationaux ont ensuite pris le relais et sur la base du phénotype, ont pu déterminer qu’il s’agit bien d’un loup », explique-t-il.

D’après les spécialistes, qui ont confirmé l’espèce et l’origine du loup, ce dernier est de souche italo-alpine. Cependant, sans preuves génétiques, ils n’ont pas pu déterminer s’il s’agissait ou non d’un des loups observés précédemment. En effet, un premier loup avait été photographié le 30 août 2019 à Crucey-Villages en Eure-et-Loir. Une deuxième observation d’un loup a été relevée dans l’Indre, en février 2020, puis une troisième observation a été confirmée près de Châteaudun, au mois de mai de cette année.

Selon Jean-Noël Rieffel, « il serait très prématuré d’affirmer que des loups se seraient installés en Centre-Val de Loire ». En effet, actuellement on dénombre 580 individus à l’échelle nationale, mais les meutes se trouvent essentiellement dans la région des Alpes « et la zone de présence permanente des loups la plus proche du Centre-Val de Loire se trouve dans le Jura », précise Jean-Noël Rieffel.

On peut cependant noter qu’il existe « un phénomène de dispersion au printemps et à l’automne, avec des individus expulsés de la meute », précise Jean-Noël Rieffel. Ces loups isolés peuvent parcourir jusqu’à 50 kilomètres par jour, et un individu a déjà été observé à 800 kilomètres de son lieu d’origine. C’est l’hypothèse la plus probable pour l’observation faite à Chapelle-Victomtesse.

Aussi, en juin dernier, l’OFB déclarait que la population de loups continuait de progresser en France, mais à un rythme moins élevé qu’en 2019, relate Ouest-France. « Le loup est un animal très discret, mais qui s’accommode très bien de la présence de l’humain », conclut Jean-Noël Rieffel.

FOCUS SUR LA CHINE – La Chine menace-t-elle l’ordre du monde ?



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ