Loire-Atlantique : une plage surchargée de serviettes à La Baule

Par Léonard Plantain
23 mai 2020
Mis à jour: 23 mai 2020

Jeudi 21 mai, avec l’Ascension et le beau temps, la plage à La Baule (Loire-Atlantique) a été prise d’assaut par les vacanciers. Beaucoup ont ainsi préféré profiter du soleil, malgré l’interdiction et le risque d’amende.

Sur la longue plage de La Baule, vers 14 h, avec la marée montante et une température autour de 27 °C, le bord de mer s’est retrouvé submergé par les vacanciers. Un panorama qui en a surpris plus d’un. En effet, chacun pouvait profiter de la plage en étant sur le remblai, mais le reste de la page était interdit.

« Ce n’est pas interdit la serviette de bain sur la plage ? », a déclaré une passante sur le remblai, selon Ouest-France, qui a ensuite interrogé d’autres personnes sur la plage : « Oui, je sais que je n’ai pas le droit. Mais cette règle est presque injuste. Regardez les gens sur le remblai ! Eux sont assis, comme nous, mais ne risquent rien », déclare un adolescent venant de sortir de l’eau.

« Autour de moi, ce sont les serviettes de mes proches », déclare une maman surveillant ses enfants, qui, comme beaucoup, calcule à vu d’œil les distances à respecter avec les serviettes des autres familles.

De manière générale, la plupart se justifient de leur acte par « effet de masse », malgré le risque d’une amende de 135 €.

D’un autre côté, beaucoup de passants et de personnes sur le remblai étaient outrés face à un tel événement, craignant que l’entièreté de la plage soit de nouveau fermée. « Nous allons probablement être privés d’un lieu incroyable à cause de ces comportements irrespectueux, c’est décevant », commente un retraité en voyant la scène.

Si la plage devait de nouveau fermer, cela serait également une catastrophe pour les commerces de plage venant tout juste de rouvrir. Au Punch in Baule, où l’on sert des boissons à emporter, le gérant s’est exprimé : « On tente de sensibiliser les clients. On leur dit de consommer en marchant. Si la plage venait à fermer ? J’en voudrais aux touristes et aux forces de l’ordre. Aucun contrôle n’est fait pour réguler le phénomène. »

Par la suite, le préfet de région Claude d’Harcourt a annoncé faire un point de la situation, après une mise en garde ferme à propos des rassemblements sur les plages et en bord de Loire. S’il considère que ça dérape, comme cela a été le cas à côté dans le Morbihan, il n’hésitera pas à mettre en place « des sanctions fermes ».

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ