Loire : elle demande à un homme de mettre son masque dans la file d’attente d’un magasin et se fait agresser

Par Séraphin Parmentier
13 août 2020
Mis à jour: 13 août 2020

Une quinquagénaire a été copieusement injuriée et menacée de mort par un homme à qui elle avait simplement demandé de bien vouloir porter son masque de protection dans un commerce.

Les faits ont eu lieu le mardi 11 août dans la zone d’activités de La Goutte, à Villars, une commune d’environ 8000 habitants située dans la banlieue de Saint-Étienne.

Après avoir fait quelques courses dans un magasin, une femme de 55 ans originaire d’Andrézieux-Bouthéon fait la queue devant les caisses pour régler ses achats. Un couple se place alors derrière elle.

« Ils étaient trop près de moi, sans respecter les distances de sécurité. J’ai demandé à l’homme de mettre son masque qu’il avait sous le menton ou de tenir une distance », a expliqué l’Andrézienne-Bouthéonnaise dans les colonnes du Progrès.

Une initiative qui a fait sortir l’individu de ses gonds. « Il s’est mis à m’insulter et à me menacer devant tout le monde. Personne n’a régi, personne n’a rien fait. La caissière baissait la tête et faisait comme si elle n’entendait pas », raconte la quinquagénaire.

« Il m’a dit : ‘Je vais t’égorger !’ et il n’a pas arrêté de m’insulter et me menacer de mort », ajoute-t-elle.

Terrorisée, elle part aussitôt et trouve refuge dans une échoppe située à proximité, dont le personnel finira par la raccompagner jusqu’à son véhicule.

Particulièrement choquée par l’agression dont elle a fait l’objet, la quinquagénaire, qui réfléchirait à déposer plainte, décide un peu plus tard de contacter l’enseigne où les faits se sont déroulés pour leur demander des comptes.

« J’ai rappelé le magasin, je leur ai demandé pourquoi ils n’étaient pas intervenus. Ce n’est pas acceptable de se faire insulter comme ça, que personne ne bouge, et que personne ne dise rien à ce monsieur qui a continué de faire ses courses sans son masque », souligne-t-elle.

Selon la victime, l’enseigne ne lui aurait toutefois présenté que de timides excuses.

« Toutes les semaines on entend des choses pareilles. Les gens sont devenus fous, vous menacent pour rien… Maintenant, j’ai peur de retourner faire les magasins. J’attendrai le week-end pour y aller avec mon mari », conclut l’Andrézienne-Bouthéonnaise.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ