Loire : un cheval retrouvé éventré à Grézolles, une enquête est ouverte

Par Emmanuelle Bourdy
13 septembre 2020
Mis à jour: 13 septembre 2020

Dans la nuit de jeudi 10 à vendredi 11 septembre, à Grézolles (Loire), un cheval a été éventré chez une particulière. Une enquête a été ouverte.

Ce vendredi matin, un cheval a été découvert mort dans un pré de la commune de Grézolles, située à une trentaine de kilomètres de Roanne, rapporte Le Progrès. C’est en emmenant son fils à l’école que la propriétaire de l’animal a fait cette macabre découverte. « Quand j’ai vu Angel couché, les jambes raides, j’ai pensé à un cauchemar. Je ne pensais pas que quelqu’un serait capable de s’en prendre à un de mes chevaux alors qu’ils sont à quelques mètres de la maison », raconte la propriétaire de l’animal.

Le cheval, un hongre âgé de 10 ans, a été éventré, une large plaie de 15 cm entaillait son flanc, laissant découvrir ses viscères. La blessure a été faite à l’aide d’un objet contondant. Les gendarmes qui ont procédé aux premières constatations d’usage ont confirmé qu’il s’agissait d’une attaque humaine. Le parquet de Roanne a ouvert une enquête pour « sévices et actes de cruauté sur animaux ». Elle a été confiée aux techniciens de la police technique et scientifique. Ceux-ci ont procédé à des prélèvements sur le corps de la pauvre bête.

La propriétaire, déjà traumatisée par cet acte, craint le pire pour ses autres chevaux, précise Françoise Clément, la maire de la commune. « Ils sont dans un pré à côté de sa maison et elle se dit que si on peut rentrer chez elle pour faire ça, c’est très grave », a signalé l’élue à France Bleu. La propriétaire d’Angel compte désormais dormir auprès de ses chevaux. « Je vais installer une tente et prendre un duvet. Je ne veux plus qu’on fasse de mal à mes bêtes », prévient-elle, ainsi que le relate Le Progrès.

La propriétaire d’Angel, qui ne souhaite pas divulguer son identité, indique par ailleurs : « Depuis que ce genre d’agressions se multiplient, je fais très attention. C’est pourquoi j’ai ramené mes chevaux dans les prés qui sont autour de la maison. » De plus, pour se rendre dans ce pré, les auteurs des faits ont dû passer devant des habitations, sans qu’aucun de leurs habitants ne s’en aperçoivent. « Mes chiens dormaient à l’intérieur de la maison. Ils n’ont rien entendu, comme nous d’ailleurs », se désole encore la propriétaire.

D’autant plus que le nombre de mutilations ne cesse de progresser dans le département et la psychose s’amplifie. Les gendarmes patrouillent régulièrement et prodiguent leurs conseils de sécurité auprès des propriétaires de chevaux. En France, plusieurs dizaines de cas de mutilations de ce type ont été dénoncées depuis le début de l’année 2020, donnant lieu à l’ouverture de plus de 150 enquêtes, rapporte encore France Bleu.

FOCUS SUR LA CHINE – 3 typhons en 2 semaines détruisent les cultures dans le Nord-Est

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ