Loiret : une entreprise veut imposer à ses salariés un boîtier autour du cou qui sonnera s’ils sont trop près les uns des autres

Par Nathalie Dieul
14 janvier 2021
Mis à jour: 14 janvier 2021

Le fabriquant de papier toilette Essity est allé un peu trop loin dans l’imposition des mesures de distanciation sociale en voulant rendre obligatoire à ses salariés en France le port d’un badge controversé. Les employés comme les syndicats refusent le dispositif, qu’ils jugent « anxiogène », « infantilisant » et « intrusif ».

« Un système comparable à celui qui dissuade les chiens d’aboyer », indique la CFDT dans un communiqué paru le 11 janvier. « Dès que deux salariés sont à moins de deux mètres, le boîtier vibre, clignote ou déclenche une alarme, vous imaginez le truc ? » s’insurge Christine Duguet, déléguée centrale du syndicat et salariée sur le site Essity de Gien (Loiret), au micro de France Bleu.

Le nouvel outil permettant de respecter la distanciation sociale entre employés, qui peut être porté autour du cou ou de la taille, fait en effet polémique chez Essity, un géant suédois spécialisé dans la fabrication de produits d’hygiène (mouchoirs, couches, protège-slips), commercialisés à travers des marques telles que Lotus ou Nana.

« On va infantiliser complètement l’être humain », explique Mme Duguet à La Dépêche. « Vous imaginez le vacarme que ça va faire ? 85 décibels, c’est énorme. »

En effet, une alarme de 85 décibels correspond au volume sonore minimum d’une sirène. Selon le site Bruitparif, à partir de 80 décibels, on dépasse le seuil de risque pour l’audition, ce seuil servant de base à la réglementation « bruit au travail ».

« L’idée, c’est de discipliner les salariés et de les rappeler à l’ordre », dénonce Christine Duguet. Pourtant, « il n’y a eu aucune contamination entre les salariés » chez Essity, indique-t-elle à l’AFP.

Elle dénonce « une atteinte aux libertés individuelles » dont les salariés « ne veulent pas ».

La direction du groupe qui compte 2 500 salariés en France se défend en invoquant son souhait de vouloir « renforcer la sécurité des collaborateurs ».

« Ce dispositif ne comporte pas de système de géolocalisation et n’est pas relié à des informations personnelles », précise la firme. Elle indique en outre qu’il sera inactif dans les sanitaires, au restaurant d’entreprise ou encore à l’infirmerie.

« On a déjà mis en place plein de mesures de prévention contre le Covid-19, qui sont parfaitement respectées », rétorque la déléguée CFDT. « On porte le masque du matin au soir, des lunettes de sécurité si on est près d’un collègue, les restaurants d’entreprise ont été fermés, les gens mangent dans leur bureau ou sur leur machine, les espaces fumeurs ont une jauge réduite, etc… Pourquoi vouloir ajouter ce gadget ? Trop, c’est trop. »

Selon la CFDT, Essity aurait essayé de « convaincre » ou « impressionner » les employés en déclarant que le dispositif était utilisé dans son usine de Stembert en Belgique. « Après vérification, l’information s’avère fausse : les représentants des travailleurs belges l’ont refusé catégoriquement », assure le syndicat.

Focus sur la Chine – Confinement en Chine : le peuple menacé par les autorités


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ