Loiret : une chienne affamée et le cou profondément entaillé par un câble secourue par des bénévoles de la SPA

Par Séraphin Parmentier
16 août 2019 Mis à jour: 16 août 2019

L’animal était en piteux état lorsqu’il a été découvert attaché au portail du refuge de Chilleurs-aux-Bois.

Mercredi dernier, une chienne de type berger d’Asie a été découverte attachée au portail de la SPA de Chilleurs-aux-Bois, une commune de près de 2000 habitants située à une trentaine de kilomètres au nord-est d’Orléans.

Très amaigri, l’animal avait été attaché au portail du refuge avec une ceinture de voiture et présentait une plaie profonde au niveau du cou. Entaillé par un câble, celui-ci commençait à être rongé par les vers.

« Ce sont nos collègues de la fourrière animale, qui sont sur le même site que nous, qui l’ont retrouvée », a expliqué Cécile Godeau, responsable du refuge de Chilleurs-aux-Bois, dans les colonnes de La République du Centre.

« On lui a retiré la ceinture et le câble qui lui entaillaient le cou. Et elle a été emmenée directement chez notre vétérinaire, dans une clinique dans le Loiret, pour avoir des soins », ajoute-t-elle.

« On voudrait retrouver son propriétaire afin de déposer plainte »

Lorsque de l’eau a été apportée à la chienne, elle « s’est jetée dessus », poursuit la responsable. « Cela devait donc faire un moment qu’elle n’avait pas bu. Quant à son cou, ce n’est pas en une semaine qu’un câble l’entaille comme ça. On suppose qu’elle vivait attachée dans un jardin. »

Si aucune puce électronique n’a permis d’identifier le canidé, les membres de la SPA sont bien décidés à découvrir l’identité de son propriétaire. « On voudrait retrouver son propriétaire afin de déposer plainte, qu’il y ait une sanction, et surtout éviter qu’il ne recommence. On a peur qu’il récupère un autre animal et réitère ses actes », confie Mme Godeau.

Pour ce faire, la SPA de Chilleurs-aux-Bois a lancé un appel à témoins sur sa page Facebook. La chienne a été confiée à un vétérinaire afin d’être soignée. Une fois rétablie, elle pourra réintégrer le refuge dans l’attente d’être adoptée.

« Il y a toujours un délai légal de dix jours de fourrière à respecter. Elle pourra être proposée à l’adoption ensuite. Mais cela ne se fera sans doute pas tout de suite », conclut Cécile Godeau.

RECOMMANDÉ