L’OMS cesse de recommander le dépistage généralisé du Covid-19 chez les cas asymptomatiques

Par Meiling Lee
2 juillet 2021
Mis à jour: 2 juillet 2021

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique, dans une mise à jour de ses directives sur les stratégies de dépistage du Covid-19, qu’elle ne recommande pas actuellement le dépistage généralisé des personnes sans symptômes, invoquant le coût d’une telle stratégie et son inefficacité.

« Le dépistage généralisé des populations asymptomatiques, y compris par le biais de l’autodiagnostic, n’est pas recommandé à l’heure actuelle, en raison du manque de preuves sur l’impact et le rapport coût-efficacité de telles approches et de la crainte que cette approche risque de détourner des ressources de certaines interventions de dépistage plus prioritaires », indique la ligne directrice.

Toutefois, « les pays qui ont les ressources et le désir d’étendre le dépistage au grand public (indépendamment des symptômes) doivent démontrer qu’ils disposent de l’infrastructure de santé publique nécessaire pour répondre aux résultats positifs et que les ressources ne sont pas détournées du dépistage des cas suspects, qui est la priorité absolue », a déclaré l’OMS à Epoch Times par courriel.

Les tests doivent être dirigés « vers les endroits où l’on s’attend à ce qu’ils aient le plus grand impact sur la santé publique », a déclaré l’OMS, ajoutant que « cela signifie que toutes les personnes suspectées [selon la définition de l’OMS] d’avoir le Covid-19 sur la base de leurs symptômes doivent être testées en priorité », indépendamment de leur statut vaccinal ou de leurs antécédents de maladie.

Mais dans les zones où la transmission communautaire est en cours, toute personne ayant été en contact avec un cas probable ou confirmé doit rester en quarantaine pendant 14 jours, même si elle est asymptomatique et que sa sérologie n’a pas été confirmée.

Un podium avec le logo des CDC (Kevin C. Cox/Getty Images)

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) indiquent dans leurs directives les plus récentes que les personnes asymptomatiques et non vaccinées doivent être mises en quarantaine et subir un test de dépistage si elles ont été en contact étroit avec une personne positive au Covid-19.

« Le test viral est recommandé pour les personnes non vaccinées qui sont en contact étroit avec des personnes atteintes du Covid-19 », indique le CDC. « Ces personnes doivent être testées immédiatement après avoir été identifiées et, si elles sont négatives, être testées à nouveau dans les 5 à 7 jours suivant la dernière exposition ou immédiatement si des symptômes apparaissent pendant la quarantaine. »

Alors que les personnes entièrement vaccinées n’ont pas besoin d’être mises en quarantaine, de subir des tests, « ou d’être restreintes au travail » après avoir été en contact étroit avec des personnes présentant une suspicion ou une confirmation de Covid-19 si elles ne présentent pas de symptômes de type Covid, « car leur risque d’infection est faible », selon les CDC. Cependant, il leur est recommandé de s’auto-surveiller pour détecter les symptômes du Covid-19 pendant 14 jours après l’exposition.

Le CDC précise que les tests sont toujours recommandés pour les « résidents et employés entièrement vaccinés des établissements correctionnels et de détention et des centres d’hébergement pour sans-abri ».

Les personnes sont considérées comme pleinement vaccinées deux semaines après leur deuxième dose d’un vaccin à ARN messager ou d’un vaccin à dose unique de Johnson & Johnson.

Les orientations actuelles de l’OMS sur la priorité des tests pour les personnes présentant des symptômes sont conformes à ce que les orientations avaient été avant la pandémie dans le traitement et le diagnostic des épidémies virales respiratoires, y compris l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003 et l’épidémie de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) de 2012, qui était de se concentrer principalement sur les cas symptomatiques pour arrêter la transmission de la maladie.

Les données ont indiqué que la propagation asymptomatique n’est pas aussi répandue que les études précédentes le prétendaient et que le risque de transmission à partir de patients asymptomatiques est faible.

Les cas de Covid peuvent être confirmés par un test antigénique

Tout au long de la pandémie de l’année dernière, la norme pour diagnostiquer une infection par le virus du PCC (Parti communiste chinois)* était un test PCR (réaction en chaîne par polymérase) avec des valeurs seuils de 40 cycles ou plus. Cette situation a suscité des inquiétudes quant à la possibilité d’un recours excessif et d’une mauvaise utilisation de ce test en tant qu’outil de diagnostic, étant donné qu’il ne peut pas faire la différence entre un virus infectieux vivant et un fragment de virus inactivé qui n’est pas infectieux.

Les personnes qui ont eu un test PCR positif avec ou sans symptômes de Covid-19 ont été considérées comme des cas et ajoutées au décompte quotidien des cas de Covid-19.

* : Le virus du PCC est à l’origine de la maladie Covid-19.

L’OMS a ensuite mis à jour ses directives sur l’utilisation des tests PCR le 20 janvier 2021, mettant en garde les experts de laboratoire et les utilisateurs de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro de ne pas se fier uniquement aux résultats du test PCR pour diagnostiquer le Covid-19. Les antécédents médicaux du patient et les facteurs de risque épidémiologiques doivent être pris en compte en même temps que le test PCR dans le diagnostic.

Désormais, la vérification d’un cas de Covid-19 peut se faire par un test d’antigène, au lieu d’un test d’amplification de l’acide nucléique (TAAN) comme le test PCR largement utilisé.

Dans la recommandation actualisée, l’OMS indique que si « le TAAN est considéré comme une norme de référence pour le diagnostic de l’infection par le SRAS-CoV-2 », un test antigénique peut être utilisé pour diagnostiquer une infection par le virus du PCC « lorsque le TAAN n’est pas disponible ou lorsque les résultats seront retardés de plus de 48 heures ».

Voici trois scénarios dans lesquels un test d’amplification de l’acide nucléique n’est pas nécessaire en plus d’un résultat de test antigénique :

– Chez les personnes symptomatiques dans les milieux à forte prévalence, il n’est pas nécessaire de confirmer les résultats positifs du test antigénique par le TAAN, tandis qu’un résultat négatif du test antigénique « peut être confirmé par le TAAN à la discrétion de la clinique ».

– Dans les environnements à faible prévalence, il n’est pas nécessaire de confirmer les résultats négatifs des tests antigéniques par le TAAN, tandis qu’un résultat positif peut être confirmé par le TAAN à la discrétion de la clinique.

– Chez les personnes asymptomatiques « qui sont des contacts de cas confirmés ou qui sont fréquemment exposées, comme les travailleurs des établissements de soins de santé et de soins de longue durée », il n’est pas nécessaire de confirmer un résultat de test antigénique par le TAAN.

Les tests antigéniques sont des tests immunologiques qui permettent de détecter si un individu est atteint d’une infection active par le virus du PCC en 15 à 30 minutes environ et sont moins sensibles que le test PCR. Selon l’OMS, les tests antigéniques ne sont « sensibles que pour la détection des patients ayant une charge virale élevée, c’est-à-dire des valeurs de seuil de cycle (Ct) [d’environ] 25-30 ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ