L’OMS sous enquête au sujet des liens entre les enquêteurs et le régime chinois

Par Frank Fang
4 mars 2021
Mis à jour: 4 mars 2021

Des opposants internationaux remettent en question l’impartialité d’une équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a récemment mené une mission d’enquête à Wuhan pour sonder les origines du virus du PCC.

L’équipe était composée de 17 experts chinois et de 17 experts étrangers de 10 pays. Ils ont commencé leur travail dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, l’épicentre de l’épidémie du virus du PCC (Parti communiste chinois), fin janvier, avant de présenter leurs conclusions préliminaires lors d’une conférence de presse virtuelle le 9 février.

Cependant, la composition de l’équipe de l’OMS a fait l’objet d’un examen minutieux. En particulier, certains experts ont des relations avec le régime chinois, ce qui soulève des questions de conflit d’intérêts.

Leung Man-to, professeur de sciences politiques à l’Université nationale Cheng Kung de Taïwan, a déclaré à Epoch Times que l’indépendance des conclusions était compromise par le fait que les experts étrangers choisis par l’OMS devaient d’abord être approuvés par Pékin.

En octobre dernier, Mike Ryan, directeur exécutif du programme des urgences sanitaires de l’OMS, a déclaré lors d’une réunion qu’ « une liste de candidats a été soumise aux autorités chinoises pour examen et pour les prochaines étapes afin de déployer cette équipe ».

Étant donné que les experts ont été contrôlés par Pékin, Leung a déclaré qu’il était peu probable que leurs conclusions s’écartent du récit du PCC sur les origines du virus.

« En d’autres termes, nous pouvons raisonnablement déduire que les conclusions des résultats ont été rédigées depuis longtemps et que Pékin avait simplement besoin du soutien de personnes (experts étrangers) », a déclaré Leung.

Il a ajouté que l’indépendance des conclusions était encore plus compromise par le fait que des experts chinois faisaient partie de l’équipe.

Selon Jamie Metzl, conseiller de l’OMS, les experts, qui ont passé quatre semaines en Chine, dont deux en quarantaine, dépendaient des autorités chinoises pour mener l’enquête proprement dite. Le régime chinois a également refusé de fournir des données brutes sur les premiers cas de Covid-19 à l’organisme de santé, selon un membre de l’équipe de l’OMS.

L’OMS n’a pas encore publié son rapport final sur ses conclusions à Wuhan. Cependant, Peter Ben Embarek, qui a dirigé l’équipe, a déclaré le 9 février que la possibilité d’une fuite du virus de l’Institut de virologie de Wuhan était « extrêmement improbable ». Quelques jours plus tard, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a semblé revenir sur cette déclaration, en disant que « toutes les hypothèses restent ouvertes et nécessitent des études plus approfondies ».

Liens avec le PCC

Au moins deux des experts étrangers de l’équipe – les docteurs Peter Daszak et Marion Koopmans – ont des liens avec le régime chinois. Marion Koopmans est une virologiste néerlandaise, tandis que Peter Daszak a une double nationalité américaine et britannique et dirige EcoHealth Alliance, une organisation à but non lucratif basée à New York qui travaille dans la prévention des pandémies.

En septembre 2018, Peter Daszak a déclaré qu’EcoHealth avait reçu de l’argent du PCC, alors qu’il participait à une conférence parrainée par le diffuseur public chinois CGTN, la branche internationale du diffuseur public chinois CCTV.

« Notre organisation travaille en Chine en collaboration avec les scientifiques chinois du gouvernement chinois depuis plus de 15 ans, soutenue par un financement fédéral des États-Unis et un financement fédéral de la Chine », a déclaré Peter Daszak.

EcoHealth a également « canalisé des fonds de l’Institut national de la santé [américain] » vers l’Institut de virologie de Wuhan, selon un article de janvier du New York Magazine. L’institut, l’un des principaux laboratoires de recherche sur les virus en Chine, a été au centre des spéculations selon lesquelles il aurait pu être à l’origine de la pandémie à la suite d’une fuite accidentelle du laboratoire. Les chercheurs du laboratoire ont mené des recherches approfondies sur les coronavirus des chauves-souris.

Une fiche d’information publiée par le ministère des Affaires étrangères américain fin janvier indique qu’il « avait des raisons de croire » que plusieurs chercheurs de l’institut sont tombés malades à l’automne 2019 avec des symptômes correspondant à la fois au Covid-19 et à des maladies saisonnières courantes. Un chercheur senior de l’institut avait déjà déclaré en juillet 2020 qu’il n’y avait « aucune infection » parmi le personnel de laboratoire et les étudiants.

Il a également déclaré que le laboratoire se livrait à des expériences secrètes sur les animaux pour l’armée chinoise depuis 2017. Il mène également des recherches sur les virus, qui consistent à créer des virus artificiels dotés de capacités nouvelles ou améliorées, selon la fiche d’information.

Pékin a réfuté à plusieurs reprises les suggestions selon lesquelles le virus aurait émané de l’institut. Le 18 janvier, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chungying, a accusé, lors d’un compte-rendu quotidien, la fiche d’information d’être « remplie de théories de conspiration et de mensonges ».

Dr Daszak a pris la position de la Chine sur la théorie de la fuite du laboratoire au début de l’année dernière, à un moment où le laboratoire de Wuhan faisait l’objet d’un examen approfondi comme étant possiblement la source du virus. En février 2020, le Dr Daszak faisait partie d’un groupe de 27 scientifiques de la santé publique qui ont publié une déclaration commune condamnant « fermement » les « théories de conspiration suggérant que le Covid-19 ne serait pas d’origine naturelle ». Le groupe a déclaré que le coronavirus « était originaire de la faune » après avoir analysé ses génomes.

La déclaration du Lancet a été organisée par Dr Daszak, et son porte-parole a déclaré au Wall Street Journal en janvier que cette déclaration avait été préparée comme « une preuve de soutien » aux scientifiques chinois, qui à l’époque auraient reçu des menaces de mort.

En septembre dernier, Peter Daszak est apparu dans un documentaire de la CCTV sur la lutte de la Chine contre la pandémie. Il a fait l’éloge des premières réactions de la Chine face à l’épidémie, déclarant qu’elle était « sans précédent et incroyablement efficace ».

Avant la pandémie, Peter Daszak a également fait l’éloge du projet phare de la politique étrangère chinoise, l’initiative de la nouvelle route de la soie (ou la Ceinture et la route, ou en anglais Belt and Road Initiative, BRI). Selon un article paru en 2018 sur le site web du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Peter Daszak a loué les efforts du régime pour travailler avec d’autres pays dans le cadre de la BRI afin de lutter contre les maladies infectieuses émergentes, déclarant que cela « profiterait au monde entier ».

Pékin a lancé la BRI en 2013 dans le but d’étendre son influence mondiale et de construire des réseaux commerciaux centrés sur Pékin en finançant des projets d’infrastructure dans toute l’Asie du Sud-Est, l’Afrique, l’Europe et l’Amérique latine.

Dr Koopmans a également des liens avec le PCC, comme en témoigne sa page biographique sur le Centre provincial de contrôle et de prévention des maladies dans la province de Guangdong, dans le Sud de la Chine. La page de biographie indique qu’elle a été engagée en 2008 pour travailler comme conseillère scientifique du centre.

Elle a également loué les réponses du régime chinois face à l’épidémie. Selon un article de février 2020 du People’s Daily, le porte-parole officiel du PCC, la virologiste néerlandaise a loué Pékin pour la rapidité avec laquelle il a pu construire un hôpital de campagne à Wuhan pour traiter les patients.

Les Drs Daszak et Koopmans n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Préoccupations

Certains membres de la communauté sanitaire américaine ont exprimé des inquiétudes quant aux conflits d’intérêts apparents au sein de l’équipe de l’OMS.

« Le Dr Daszak a un conflit d’intérêt évident qui aurait dû le disqualifier de l’équipe de l’OMS », a déclaré Michael Weinstein, président de la fondation à but non lucratif AIDS Healthcare, basée à Los Angeles, selon une déclaration du 10 février.

Il a ajouté : « Maintenant, toute conclusion de l’enquête sera entachée d’un fragment d’incertitude supplémentaire.

« Hélas, la seule façon plausible de sortir de cette situation est de recommencer à zéro, de dissoudre l’équipe de l’OMS et de charger un organisme neutre et apolitique de la reconstituer. Pour garantir le plus haut degré d’indépendance, tous les membres de la nouvelle équipe devraient bénéficier de la protection totale de l’immunité diplomatique. »

Leung a déclaré à Epoch Times que si l’ancien président américain Donald Trump remportait sa réélection, son administration rejetterait carrément les conclusions de l’OMS ou critiquerait l’organisme avec plus de force que l’administration Biden.

Le 9 février, le porte-parole du ministère des Affaires intérieures Ned Price a déclaré que « le jury n’a pas encore décidé » si Pékin avait donné une transparence totale à l’équipe de l’OMS. Quelques jours plus tard, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan, a publié une déclaration remettant en question le processus par lequel l’équipe est parvenue à ses conclusions. Il a également appelé le régime à publier ses données datant des premiers jours de l’épidémie.

Peter Daszak a critiqué le scepticisme de la Maison-Blanche quant à la transparence de la Chine lors de l’enquête de l’OMS, parce qu’elle a déclaré dans un tweet du 9 février que le président Joe Biden « doit faire preuve de fermeté envers la Chine ». Il a ajouté : « S’il vous plaît, ne vous fiez pas trop aux renseignements américains : de plus en plus désengagés sous Trump et franchement faux sur de nombreux aspects. »

Plusieurs anciens responsables de Trump ont réprimandé l’équipe de l’OMS et ses conclusions.

Le 9 février, l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré à la Fox qu’il y avait des « preuves significatives » que le virus provenait du laboratoire de Wuhan, malgré les déclarations de l’OMS. Un jour plus tard, l’ancien directeur du renseignement national John Ratcliffe a critiqué les conclusions de l’OMS comme étant « fallacieuses ».

Le 21 février, Matt Pottinger, l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale, a déclaré à CBS que l’équipe de l’OMS était « profondément en conflit ».

« Elle est composée de personnes qui ont bénéficié de fonds publics pour travailler dans le même laboratoire d’où cette chose a pu en fait provenir, de l’Institut de virologie de Wuhan », a déclaré M. Pottinger.

Il a conclu : « Ce n’est pas un exercice crédible que nous avons vu être entrepris pour trouver les sources de cette chose. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ