Londres interdit les importations liées au travail forcé des Ouïghours

Par Epoch Times avec AFP
12 janvier 2021
Mis à jour: 13 janvier 2021

Mardi 12 janvier, le Royaume-Uni a dénoncé « la barbarie » de Pékin envers les Ouïghours et a dévoilé des mesures pour empêcher l’importation de marchandises liées au travail forcé de cette minorité musulmane dans la région du Xinjiang.

L’annonce de ces mesures intervient peu après la conclusion fin décembre d’un accord de principe critiqué par les défenseurs des droits humains sur les investissements entre la Chine et l’Union européenne, dont le Royaume-Uni ne fait plus partie.

C’est une « barbarie que l’on espérait reléguée au passé qui est pratiquée aujourd’hui », a déclaré le chef de la diplomatie Dominic Raab devant les députés britanniques, évoquant « la détention arbitraire, la rééducation politique, le travail forcé, la torture et la stérilisation forcée » des Ouïghours « à l’échelle industrielle ».

« Un devoir moral »

Le Royaume-Uni a le « devoir moral » de réagir, a poursuivi le ministre, annonçant des mesures visant à interdire les importations et exportations liées au travail forcé des Ouïghours. « Nous devons agir pour assurer que les entreprises britanniques ne participent pas aux chaînes d’approvisionnement qui mènent jusqu’aux portails des camps d’internement dans le Xinjiang », a-t-il détaillé.

Il s’agit aussi de « veiller à ce que les produits issus des violations des droits humains ne finissent pas dans les rayons des supermarchés où nous faisons nos achats ici », a-t-il ajouté.

Un million d’Ouïghours dans des camps de rééducation 

Selon des experts étrangers, un million d’Ouïghours, principale minorité ethnique du Xinjiang, ont été placés en détention ces dernières années dans des camps de rééducation politique. Pékin dément et affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle destinés à éloigner les personnes de la tentation de l’islamisme, du terrorisme et du séparatisme.

Dominic Raab a exhorté la Chine à autoriser une enquête indépendante. Des directives vont être émises en direction des entreprises britanniques, qui encourront des amendes si elles ne peuvent démontrer que leurs approvisionnements ne sont pas liés au travail forcé dans le Xinjiang, immense région du nord-ouest de la Chine constituant un important fournisseur de coton au niveau mondial.

Cette obligation de transparence sera étendue au secteur public, a souligné Dominic Raab, et les entreprises tirant profit du travail forcé seront exclues des marchés publics. Les exportations seront également encadrées pour éviter que des entreprises ne contribuent « directement ou indirectement » aux violations des droits humains dans cette région frontalière avec l’Afghanistan et le Pakistan, a-t-il poursuivi.

Boycott des entreprises

Début janvier, la chaîne britannique de grands magasins Marks & Spencer s’est engagée à ne pas utiliser dans les vêtements qu’elle vend du coton provenant du Xinjiang. Il s’agit de la première grande entreprise britannique à avoir rejoint un « Appel à agir » pour les Ouïghours, lancé par quelque 300 ONG.

Dans l’opposition travailliste comme dans les rangs des conservateurs au pouvoir, des députés ont estimé que les mesures détaillées mardi n’allaient pas suffisamment loin, plaidant pour des sanctions contre des responsables chinois dans le Xinjiang.

Le gouvernement britannique s’est élevé contre la loi controversée sur la sécurité nationale, la considérant comme une grave violation du traité sino-britannique sur la rétrocession de l’ancienne colonie britannique à la Chine en 1997.

Autre sujet qui fâche, l’exclusion par Londres de l’équipementier chinois Huawei, accusé d’espionnage par Washington, de son réseau 5G. Un projet de loi en ce sens a été présenté en novembre au Parlement.

Focus sur la Chine – Arrestations en masse à Hong Kong

Le saviez-vous ? 


Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ