L’ONU fournit des noms de militants chinois au régime de Pékin, dénonce une informatrice

Par Eva Fu
19 décembre 2019 Mis à jour: 19 décembre 2019

Un informateur des Nations Unies a accusé l’organisation internationale de mettre en danger les militants des droits de l’homme chinois en révélant leur nom au régime chinois.

« Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) continue apparemment de fournir à la Chine des informations préliminaires sur la question de savoir si les défenseurs des droits de l’homme désignés prévoient d’assister aux réunions (à Genève) », a déclaré Emma Reilly, spécialiste des droits de l’homme au HCDH, dans une lettre adressée le 21 octobre aux membres et hauts fonctionnaires du Congrès américain, selon Fox News du 14 décembre.

La liste des noms fournie aux autorités chinoises comprenait des militants tibétains et ouïghours, dont certains sont des citoyens ou résidents américains, selon Fox News.

Mme Reilly a indiqué que cette pratique se poursuit depuis 2013.

L’ONU et le HCDH n’ont pas répondu aux questions de « The Epoch Times ».

Dans un exposé du 14 décembre, le porte-parole du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Rolando Gomez, a rejeté les accusations comme une « distorsion », affirmant que « le Haut-Commissariat n’a en aucun cas révélé les noms des défenseurs des droits humains qui sont venus au Conseil », selon Fox News.

Mme Reilly, de nationalité irlandaise et britannique, a également accusé l’organisation d’avoir exercé des représailles contre elle en réponse à ces allégations.

« Au lieu de prendre des mesures pour empêcher que des noms soient donnés, l’ONU a concentré son énergie sur des représailles contre moi pour avoir osé le dénoncer. J’ai été ostracisé, diffamé publiquement, privé de mes fonctions et ma carrière a été mise en lambeaux », a déclaré Mme Reilly.

Elle a également déclaré que l’ONU a approuvé la demande de Pékin pour la liste des noms même si elle a rejeté une demande similaire de la Turquie.

Selon le Government Accountability Project, une organisation à but non lucratif basée à Washington, Mme Reilly s’est opposée pour la première fois à la publication des noms des dissidents au début de 2013 dans un rapport interne. En réponse à une question de l’ambassadrice de Chine auprès de l’ONU, elle dit qu’on lui a demandé, ainsi qu’à d’autres membres du personnel, si 13 militants des droits de l’homme avaient l’intention de participer à une session du Conseil des droits de l’homme.

Mme Reilly avait également signalé de telles pratiques des hauts fonctionnaires et par d’autres voies internes, mais n’a vu aucune action immédiate de l’organisation jusqu’à ce que le gouvernement irlandais intervienne en 2016, selon le Government Accountability Project.

Le groupe de plaidoyer a également noté la disparition de l’avocate et militante chinoise Cao Shunli dans un aéroport de Pékin en septembre 2013, alors que Cao se rendait à une session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

L’arrestation a eu lieu six mois après le premier rapport interne de Reilly. Cao est mort en détention en Chine six mois plus tard après s’être vu refuser un traitement médical.

Mme Reilly a dit qu’elle avait subi un certain nombre de représailles alléguées pour ses déclarations, y compris de la discrimination pour des promotions, l’exclusion des réunions et la réception d’évaluations de performance nuisibles.

En réponse aux commentaires de Gómez, Mme Reilly a déclaré que l’ONU avait « constamment refusé d’agir » à sa demande de « mettre fin à cette horrible pratique ».

« Lorsque des dissidents chinois viennent à l’ONU pour parler de violations des droits de l’homme, la dernière chose à laquelle ils s’attendent est que l’ONU les dénonce à la Chine », a-t-elle dit.

Une vue d’ensemble de la chambre du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies le 26 juin 2019. (Farbrice Cofrini/AFP via Getty Images)

L’influence chinoise à l’ONU

Ces dernières années, l’influence du régime chinois au sein du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a suscité une inquiétude croissante.

En juillet, la déléguée chinoise a interrompu à deux reprises la chanteuse et militante Denise Ho lors de son témoignage devant le Conseil, au cours duquel elle a appelé l’ONU à retirer la Chine de l’organisation et à défendre Hong Kong, une ville qui, depuis juin, participe à des manifestations contre l’ingérence politique croissante de Pékin.

En novembre 2018, huit groupes à but non lucratif ont exprimé leur inquiétude dans une déclaration conjointe quand le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a retiré au moins sept de leurs soumissions dans un rapport pour examen par les États membres des Nations Unies, avant la révision du bilan de Pékin en matière de droits de l’homme. Les groupes se sont dits préoccupés par le fait que le Parti communiste chinois s’opposait à ces soumissions.

En avril 2017, des responsables de la sécurité du siège des Nations Unies à New York ont expulsé un éminent militant ouïghour, Dolkun Isa, des locaux sans explication. Plus tard, en 2018, l’ancien sous-secrétaire général du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU, Wu Hongbo, a révélé dans un entretien avec le radiodiffuseur d’État chinois CCTV qu’il avait personnellement ordonné l’expulsion du militant.

« En tant que diplomate chinois, nous ne pouvons pas être négligents lorsqu’il s’agit de questions liées à la souveraineté nationale de la Chine et à ses intérêts nationaux », a déclaré M. Wu à l’époque.

Le régime chinois a arrêté plus d’un million d’Ouïghours et d’autres minorités musulmanes dans la région du Xinjiang, au nord-ouest du pays, dans le cadre d’une campagne massive de lutte contre ce qu’il appelle « l’extrémisme ».

En janvier 2017, avant le discours prononcé par le dirigeant chinois Xi Jinping au siège européen des Nations Unies à Genève, les fonctionnaires des Nations Unies ont pris des mesures de sécurité rigoureuses, fermé des parkings et des salles de réunion, et renvoyé chez eux à temps les quelque 3.000 employés qui y travaillaient. De petites manifestations en faveur du Tibet près du site ont également été déclarées non autorisées.

Ted Piccone, enquêteur principal du groupe d’experts Brookings Institution basé à Washington, a averti que le régime chinois « jouait le jeu à long terme » en matière de droits de l’homme, en réformant le système international à son avantage.

« Sans une stratégie de contrepoids réfléchie et à long terme, le levier économique croissant de la Chine est susceptible de lui permettre d’atteindre ses objectifs » — défendant son « système autoritaire de contrôle à parti unique » et exportant ses valeurs qui minent le système international des droits de l’homme, a écrit Mr Piccone dans un rapport en 2018.

« Il en résulterait un système international des droits de l’homme plus faible, dans lequel les voix indépendantes et la critique publique des abus odieux seraient réduites au silence, derrière le drapeau de la souveraineté nationale ».

Suivre Eva sur Twitter : @EvaSailEast

RECOMMANDÉ