L’ONU partage le drapeau Antifa sur son compte Twitter et défend « la liberté d’expression et de réunion pacifique » du groupe extrémiste

Par Janita Kan
22 juin 2020
Mis à jour: 23 juin 2020

Les Nations unies ont défendu le groupe d’extrême gauche Antifa et d’autres organisations similaires, en déclarant aux États-Unis que leurs experts étaient profondément préoccupés par la qualification des membres d’Antifa de « terroristes nationaux » par le procureur général américain William Barr.

L’Office des Nations unies à Genève a partagé vendredi une image du drapeau d’Antifa sur son compte Twitter officiel, en déclarant que ses experts « expriment leur profonde inquiétude face à une récente déclaration du procureur général des États-Unis décrivant #Antifa et d’autres militants antifascistes comme des terroristes nationaux ».

Le bureau a ajouté qu’une telle description « porte atteinte aux droits » des membres d’Antifa et d’autres groupes antifascistes et « à leur liberté d’expression et de réunion pacifique » aux États-Unis.

La déclaration des Nations unies fait suite aux remarques de M. Barr sur la participation présumée d’Antifa et d’autres organisations extrémistes aux violentes émeutes observées lors des récentes manifestations menées pour George Floyd. La mort de George Floyd, un Afro-Américain décédé lors de son arrestation par la police de Minneapolis, a provoqué des manifestations dans tout le pays pour réclamer de profonds changements dans le comportement des forces de l’ordre.

Les autorités fédérales, dont M. Barr, ont attribué ces activités violentes à des organisations extrémistes telles qu’Antifa. Le procureur général a précédemment affirmé dans une déclaration faite le 31 mai que la violence présumée « menée par Antifa et d’autres groupes similaires au cours des émeutes est du terrorisme domestique et sera traitée en conséquence ».

Auparavant, il a déclaré que le département de la justice des États-Unis disposait de preuves qu’Antifa et d’autres groupes similaires étaient à l’origine de cette activité violente, et il a ajouté que les autorités fédérales menaient des enquêtes approfondies sur certaines personnes liées au groupe extrémiste.

« Nous avons quelques enquêtes en cours, des enquêtes très ciblées sur certaines personnes liées à Antifa », a déclaré M. Barr lors d’un entretien avec Fox News le 8 juin. « Mais dans la […] phase initiale d’identification et d’arrestation des personnes, ces dernières ont été arrêtées pour des crimes qui ne nous obligent pas à identifier un groupe particulier ou qui ne nécessitent pas cela. »

Entre-temps, le président Donald Trump a annoncé le 31 mai que son administration allait désigner Antifa comme une organisation terroriste.

Fionnuala Ní Aoláin, rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste, a été l’un des experts des Nations unies qui a exprimé ses préoccupations. Dans une déclaration séparée, Mme Ní Aoláin a exprimé ses regrets quant à la réaction adoptée par les États-Unis face aux manifestations.

« Le droit international des droits de l’homme protège le droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique », a déclaré Mme Ní Aoláin. « Il est regrettable que les États-Unis aient choisi de réagir aux manifestations d’une manière qui porte atteinte à ces droits fondamentaux. »

Elle a ajouté que « l’utilisation lâche de la rhétorique sur le terrorisme mine les manifestations légitimes et freine la liberté d’expression aux États-Unis, qui est une marque distinctive des valeurs constitutionnelles américaines, et un phare bien au-delà de ses rivages ».

Il a été démontré que les origines du groupe Antifa remontent au mouvement « antifasciste » allemand, qui faisait partie des opérations du front de l’Union soviétique destinées à encourager une révolution communiste dans ce pays européen. Aux États-Unis, le groupe affirme que ses membres luttent contre le fascisme, mais il est rare qu’ils affrontent de véritables fascistes. Au lieu de cela, leurs membres, qui sont composés de communistes, de socialistes et d’autres radicaux de gauche, qualifient de « fascistes » les partis et les individus qui ne s’alignent pas sur leur idéologie pour justifier le recours à la violence à leur égard.

Le groupe a souvent fait la une des journaux en raison de ses violentes attaques contre certains groupes d’opposition, en particulier les partisans de Donald Trump, qu’ils ont qualifiés de « fascistes ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ