L’ONU réclame à nouveau un accès sans entrave au Xinjiang

Par Epoch Times avec AFP
27 février 2020
Mis à jour: 27 février 2020

La Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme a réitéré jeudi qu’elle demande à Pékin un « accès sans entrave » pour une équipe de son bureau avant d’accepter de se rendre au Xinjiang, en Chine, pour y évaluer la situation de la minorité musulmane ouïghoure.

Depuis son arrivée à la tête du Haut-Commissariat en 2018, Michelle Bachelet demande que ses équipes aient un accès sans entrave à toutes les régions de Chine.

« Je salue l’invitation du gouvernement chinois pour que je me rende en Chine cette année, y compris au Xinjiang », a-t-elle déclaré jeudi, devant le Conseil des droits de l’homme à Genève (Suisse).

Mais, a expliqué la Haut-Commissaire, « nous allons continuer à demander un accès sans entrave à une équipe avancée pour préparer cette visite ».

-Le 31 mai 2019 nous voyons une tour de guet dans un établissement à haute sécurité, de ce qui serait un camp de rééducation où sont principalement détenues des minorités ethniques musulmanes, dans le nord-ouest du Xinjiang. Photo de GREG BAKER / AFP via Getty Images.

« Nous allons chercher à analyser de façon approfondie la situation des droits humains en Chine et y compris la situation des membres de la minorité ouïghoure », a-t-elle poursuivi.

Des experts et des organisations de défense des droits humains accusent Pékin d’avoir interné au Xinjiang, une région vaste comme trois fois la France, un million de musulmans, principalement d’ethnie ouïghoure, dans des camps de rééducation politique.

Pékin récuse ce chiffre et explique qu’il s’agit de centres de « formation professionnelle » destinés à lutter contre la radicalisation, dans une région marquée par des attentats attribués à des indépendantistes ou des islamistes ouïghours.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ