Comment l’optimisme peut vous faire vivre plus longtemps

Une nouvelle étude laisse entendre que l'optimisme pourrait être un secret de la longévité
Par Kira M. Newman
20 janvier 2020 Mis à jour: 20 janvier 2020

Vous avez probablement entendu une ou deux histoires sur quelqu’un qui a vécu plus de 100 ans. Vous avez peut-être un arrière-grand-père plein de sagesse. Ou peut-être avez-vous entendu parler de cet ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale qui mangeait de la glace et fumait le cigare tous les jours.

Ces histoires ont tendance à être à la fois remarquables et légèrement déroutantes. Parfois, elles défient nos suppositions sur ce qui maintient les gens en vie. Quel est leur secret ?

Selon une nouvelle étude, un des secrets d’une longue vie pourrait n’avoir aucun rapport avec ce que nous mangeons ou la quantité d’exercice que nous faisons : notre optimisme.

Les chercheurs ont examiné des enquêtes à long terme portant sur plus de 69 000 femmes et 1 400 hommes. Les deux groupes ont fait part de leur optimisme : s’attendaient-ils à ce que de bonnes ou de mauvaises choses leur arrivent à l’avenir, et se sentaient-ils maîtres des aspects importants de leur vie ? Les femmes avaient en moyenne 70 ans et ont été suivies pendant 10 ans ; les hommes avaient en moyenne 62 ans et ont été suivis pendant 30 ans. Les deux groupes étaient majoritairement blancs.

Qui était encore en vie à la fin de l’étude ? Il s’avère que les personnes les plus optimistes ont tendance à avoir une espérance de vie plus longue. Les plus optimistes ont survécu 10 à 15 % plus longtemps que les moins optimistes. (En comparaison, les personnes qui ont évité une crise cardiaque ont survécu de 16 à 18 % plus longtemps que celles qui en ont eu une). Les plus optimistes avaient également de meilleures chances de vivre jusqu’à 85 ans – peut-être pas aussi impressionnant que les centenaires légendaires, mais cela reste considéré comme une « longévité exceptionnelle ».

Des schémas similaires se sont maintenus même après avoir pris en compte d’autres facteurs qui auraient pu influencer leur optimisme et leur survie, comme leur statut socio-économique, leur état de santé initial et une éventuelle dépression.

« L’optimisme peut être une ressource psychosociale importante pour favoriser un vieillissement en bonne santé », écrivent les chercheurs.

Pourquoi l’optimisme est-il une compétence de survie ? D’une part, il peut nous motiver à mieux prendre soin de nous-mêmes. C’est une façon d’interpréter une autre conclusion de l’étude : le lien entre l’optimisme et l’allongement de la vie s’est affaibli après avoir pris en compte les comportements sains que les gens adoptent, comme bien manger, faire de l’exercice, ne pas fumer et se faire examiner régulièrement par un médecin.

« Les personnes optimistes ont tendance à avoir des objectifs et la confiance nécessaire pour les atteindre ; ainsi, l’optimisme peut privilégier des habitudes favorables à la santé », écrivent les chercheurs. Les optimistes peuvent être plus engagés dans l’amélioration de leur propre santé et prêts à surmonter les obstacles qu’ils rencontrent sur le chemin de la santé.

Si votre verre est à moitié plein, vous serez peut-être aussi mieux à même de faire face au stress et aux émotions négatives, afin qu’ils ne vous mettent pas dans tous vos états et ne compromettent pas votre santé. En effet, les personnes optimistes ont tendance à avoir l’air en meilleure santé selon divers tests biologiques.

Si des études antérieures ont montré que les optimistes sont protégés contre les décès prématurés, celle-ci est la première à examiner la « longévité exceptionnelle » à laquelle aspirent les gens. Et elle complète d’autres recherches suggérant que les personnes heureuses – celles qui manifestent des émotions plus positives ou qui sont plus satisfaites de la vie – peuvent également vivre plus longtemps.

Ces résultats peuvent ne pas sembler être une bonne nouvelle pour ceux d’entre nous qui ne sont pas des optimistes naturels. Mais c’est peut-être mon pessimisme aveugle qui parle. Heureusement, les recherches suggèrent que l’optimisme est quelque chose que nous pouvons cultiver en pratiquant la gratitude, en envisageant notre « meilleur moi possible » ou en suivant certains types de thérapie. Et cela rend l’avenir un peu plus rose.

Kira M. Newman est la rédactrice en chef du Greater Good Science Center. Cet article a été publié à l’origine dans le magazine en ligne Greater Good.

RECOMMANDÉ