Lors d’une activité scolaire, des enseignants demandent aux enfants de faire de la peinture sur un cheval au lieu d’une toile, ce qui suscite une énorme controverse

Par Robert Jay Watson
7 février 2020 Mis à jour: 7 février 2020

Tout a commencé par ce que les organisateurs pensaient être une simple activité artistique pour les écoliers d’un camp de vacances. Elle s’est terminée par un débat animé sur Internet sur les droits des animaux et la manière dont les chevaux devraient être traités.

Un club et une école d’équitation dans la capitale brésilienne se sont retrouvés au centre de la controverse après avoir autorisé les enfants à utiliser un cheval blanc de leur écurie comme surface de peinture au lieu de toiles pour une activité.

Lorsque la photo du cheval, couvert de la tête à la queue de couleurs vives, la crinière teintée en rose et un cœur sur la croupe, a commencé à circuler sur Internet, elle est devenue virale et a suscité la colère des défenseurs du bien-être animal.

Situé dans la ville de Brasilia, le club en question a décidé de laisser les enfants « gribouiller » sur le cheval dans le cadre de leurs efforts pour se familiariser avec les animaux. Comme l’a rapporté l’émission d’information « J Serafim », l’école a défendu l’activité au motif qu’elle était réalisée avec des peintures et des encres non toxiques et qu’elle visait spécifiquement les enfants ayant des besoins particuliers ou qui étaient mal à l’aise avec les animaux.

Mais pour la militante des droits des animaux et avocate Ana Paula Vasconcelos, ce que l’école a fait était un acte d’abus. « Alors que nous essayons d’éduquer les enfants pour que nous ayons une société plus consciente, qui sache respecter toutes les formes de vie, nous nous heurtons à une telle absurdité », a-t-elle déclaré.

Pour Mme Vasconcelos, l’idée que le cheval est simplement là pour amuser les enfants était complètement inhumaine. Comme elle l’a dit au spectacle de J Serafim, « Ils ont dit que c’était un cheval sauvé, mais cela n’est pas justifié. La cruauté est la même ».

Sur son post sur Facebook, Ana Paula Vasconcelos a encouragé les amoureux des animaux à la rejoindre pour exprimer « leur réprobation devant cet acte d’irrespect ».

Illustration – Shutterstock | Pressmaster

L’école d’équitation a fait valoir que le cheval n’avait pas été blessé par la peinture et que l’activité était positive et qu’elle permettrait aux enfants d’apprendre à être proches des animaux et à les apprécier davantage. Comme Muriell Marques, le responsable marketing de l’école l’a déclaré au journal quotidien O Globo, « C’est une peinture qui convient pour être utilisée avec les enfants. Si elle ne fait pas de mal à l’enfant, fera-t-elle du mal à l’animal ? »

Au-delà des blessures que la peinture a pu infliger au cheval, d’autres ont souligné la manière problématique dont elle pouvait encourager les enfants à penser aux animaux – comme à des jouets plutôt que comme à des êtres vivants.

« En encourageant les enfants à peindre des chevaux, vous pourriez involontairement leur apprendre à considérer les animaux comme des marchandises qui ne méritent pas notre respect », a déclaré Joanna Grossman, de l’Institut pour le bien-être des animaux à Washington, D.C., à Yahoo Lifestyle.

Des agents de l’Institut brésilien de l’environnement sont venus évaluer l’état du cheval pour déterminer s’il avait souffert de cette expérience. « Selon les inspecteurs, il n’y a pas eu de mauvais traitement et l’animal était en bonne condition », a déclaré l’Institut à O Globo.

Illustration – Shutterstock | Papava

Quant aux utilisateurs des médias sociaux, ils semblent divisés sur la question de savoir si l’acte constituait simplement une interaction inoffensive ou s’il devait être condamné comme une maltraitance animale. Un utilisateur a répondu au post de Vasconcelos en affirmant : « Les enfants se sont beaucoup amusés et ce n’est rien qu’un bon bain ne puisse résoudre ! Combien de fois les enfants eux-mêmes se peignent-ils les uns les autres ? »

Dans une chronique du site d’information Metrópoles, le journaliste Sérgio Maggio a affirmé qu’« un animal n’est pas un jouet pour divertir les enfants pendant les vacances ».

En réponse à ceux qui affirmaient que la peinture n’était pas une grosse affaire, un utilisateur de Facebook a demandé : « Pourquoi l’enseignant ne fait-il pas peindre les enfants sur elle … pour voir comment elle aime ça ».

Un autre utilisateur a répondu au courrier de Mme Vasconcelos, affirmant que la peinture du cheval était un problème mineur par rapport aux autres violations des droits des animaux dans le pays, en particulier le mauvais traitement des animaux de bât dans les zones rurales pauvres.

Bien que les deux parties ne soient pas encore parvenues à un consensus, le cheval en est heureusement sorti quasiment intact, et le débat généré par sa participation (volontaire ou non) a fait parler les gens sur la manière d’améliorer le bien-être des animaux.

RECOMMANDÉ