Lutte contre le coronavirus en Suède : pas de port du masque obligatoire mais de la distanciation physique

Par Emmanuelle Bourdy
31 août 2020
Mis à jour: 31 août 2020

Même si la Suède n’est pas opposée au port du masque, elle ne l’a cependant pas imposé à ses concitoyens, contrairement à de nombreux pays où celui-ci se généralise. Le pays scandinave préfère lutter contre le coronavirus grâce à la distanciation physique.

En Suède, l’agence de santé publique ne recommande pas le port du masque, le pays se démarquant ainsi des autres pays, relate Le Point. À l’inverse des autres pays également, la Suède avait déjà refusé de confiner sa population, voulant ainsi éviter une trop grosse crise économique.

Le nombre de décès dû au coronavirus

Lena Hallengren, la ministre de la Santé de Suède, admet dans une vidéo publiée début juillet que « personne ne sait quel est le meilleur comportement à adopter face à ce virus ». Pour autant, « tous les pays font du mieux qu’ils le peuvent » et « agissent différemment en fonction de la manière dont se propage le virus, et la façon dont est organisée la société », précise-t-elle encore.

En Suède, les chiffres relatés concernant le nombre de décès dû au coronavirus étaient de 5 820 au 27 août, relatait ce lundi 24 août 2020, Fanny Weil, dans sa chronique « Les indispensables » sur LCI. Cela représente 57 décès pour 100 000 habitants.

Ce chiffre est proche de celui de l’Italie qui compte 59 personnes sur 100 000 mortes du covid-19, et des États-Unis où ce nombre est de 55 décès pour 100 000 habitants. En France, ce chiffre est plus faible, puisqu’il est de 46 décès pour 100 000 habitants, alors qu’en Belgique – pays d’Europe le plus touché – 86 personnes sont mortes du coronavirus pour 100 000 habitants. Le pays le moins touché étant le Danemark, avec 10 morts pour 100 000 habitants.

Au vue de ces chiffres, on pourrait être en droit de s’interroger sur la réelle efficacité du confinement et du port du masque. On peut également se demander pour quelles raisons le nombre de morts en Suède est quasiment identique à celui de certains pays qui ont adopté des mesures drastiques pour lutter contre la propagation du virus.

Quelles stratégies pour lutter contre le coronavirus en Suède ?

Les mesures adoptées par le gouvernement suédois reposent principalement sur la distanciation sociale, mais également sur les gestes d’hygiène. De plus, le télétravail est vivement recommandé, évitant ainsi un trop grand nombre de personnes dans les transports. Les rassemblements de plus de 50 personnes sont par ailleurs toujours interdits.

Concernant le port du masque, seuls les personnels des hôpitaux et des maisons de retraite sont obligés de le porter. Pour le reste de la population, le masque n’est non seulement pas obligatoire, ni même recommandé.

Le port du masque pourrait entraîner un relâchement de la distanciation physique

Anders Tegnell, épidémiologiste en chef de l’agence de santé publique suédoise, pointe du doigt le port du masque au micro de LCI. Il pense qu’il est « très dangereux de voir les masques comme la solution à cette pandémie ». Il ajoute que cela « peut éventuellement être une partie de celle-ci, mais que ça change radicalement la donne : non ».

FOCUS SUR LA CHINE – Le barrage des Trois-Gorges face à la plus grande inondation

Les autorités suédoises redoutent donc que le port du masque entraîne un relâchement de la distanciation physique. Anders Tegnell a également précisé au Figaro que « les études et les preuves scientifiques » sur l’efficacité du port du masque « sont étonnamment faibles ».

Toutefois Anders Tegnell n’est pas complètement hermétique au port du masque et ajoute : « Si la contamination s’accélère, si nous avons des problèmes dans les bus et les trains, c’est bien sûr une solution que nous regarderons de près. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ