Lyon – « Je n… tous les Français et la France », ce « sale pays de blancs » – une élue tient tête aux insultes d’un jeune de 20 ans et lui demande de s’excuser

Par Laurent Gey - Epoch Times
29 août 2019 Mis à jour: 4 septembre 2019

LYON – Alors qu’une élue au conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, Isabelle Surply, est agressée verbalement alors qu’elle faisait ses courses, la jeune femme a décidé de faire front et de demander au jeune de s’excuser. Dans un message posté sur Twitter, elle appelle maintenant tout le monde à faire la même chose face à de telles incivilités.

La scène est décrite par Valeurs actuelles et se déroule samedi dernier dans un Carrefour à Lyon. Alors que la jeune élue RN Isabelle Surply est en train de payer à la caisse, elle assiste à un esclandre en cours devant le guichet du service après-vente du magasin. Un jeune d’une vingtaine d’années demande à se faire rembourser son téléphone acheté il y a peu et, dit-il, défaillant. Problème, il n’a ni ticket de caisse ni emballage, donc il n’est pas possible de justifier son achat, ni de le rembourser.

Le jeune homme devient menaçant et insulte la caissière tétanisée, disant qu’il a acheté le smartphone la veille.

Isabelle Surply raconte : « Je pose mes mains sur le comptoir, et je lui parle comme à un de mes enfants : Ah, mais ça suffit, hein ! ». L’homme n’en revient pas. Il lui répond de plus en plus énervé dans un français hasardeux : « D’où tu me parles, toi ? », « Pays de racistes », « Vous nous avez colonisés » pour compléter le tableau par « Je nique tous les Français et la France », ce « sale pays de blancs ».

C’en est trop pour l’élue qui va alors le filmer et lui demande de s’excuser sincèrement.

L’élue sort son téléphone et commence à filmer la scène. Elle demande des excuses qui sont dites ensuite sur un ton désinvolte. L’homme, sûrement surpris qu’une jeune femme lui fasse front et ne se laisse pas faire, lui dit alors :« Tu sais ce qu’on leur fait en Algérie, aux femmes comme toi ? ».

L’élue est quand même consciente du risque et dit penser à garder assez de batterie pour téléphoner à la police si l’homme commence à la frapper. En entendant cela, elle ressort tout de même son téléphone pour le filmer à nouveau: « Les femmes comme toi… c’est toutes des connes ! » en ajoutant ensuite: « Arrête de me filmer, sinon je te filme aussi ! ».

Les messages de soutien à la conseillère régionale ont été nombreux après la publication de ces vidéos sur Twitter. Isabelle Surply précise à Valeurs actuelles : « Les situations comme ça, c’est tous les jours, tout le temps, ici [à Lyon]. En voiture, dans les magasins, on a des cimetières profanés chaque semaine… […] Il faut diffuser ça autant que possible. »

L’élue RN l’admet, elle a eu de la chance : lieu public, des caméras, des vigiles, et un face-à-face équilibré. « J’étais très détendue », affirme-t-elle. « À force, on s’habitue. Je fais du chant et la première fois que j’ai dû chanter en public, ma voix chevrotait. Plus maintenant. […] C’est pareil pour l’insécurité. »

Sur Twitter, elle appelle tout le monde à « tenir tête », en s’assurant d’être dans un lieu public avec des personnes pouvant être appelées.

RECOMMANDÉ