Lyon : le collectif Alliance citoyenne obtient l’autorisation du port du voile dans une salle de sport

Par Séraphin Parmentier
29 juillet 2020
Mis à jour: 29 juillet 2020

Après une action menée dans une salle de sport lyonnaise début juillet, la direction de l’établissement a décidé de céder aux revendications des activistes en modifiant son règlement.

Dans la soirée du vendredi 3 juillet, une quarantaine d’activistes du collectif Alliance citoyenne, soutenus par des syndicalistes et des membres de mouvements féministes, avaient fait irruption dans la salle de sport Interval établie 47, cours Gambetta dans le 3e arrondissement de Lyon (Rhône), afin de revendiquer le droit de porter le hijab dans l’établissement.

Une action menée en faveur « des droits civiques des femmes musulmanes » après plusieurs refus de sportives portant un hijab de sport – un foulard islamique qui couvre la tête sans masquer le visage.

« C’est un message envoyé aux autres salles de sport qui font la même chose », expliquait un membre du collectif dans les colonnes du Progrès.

« C’est un combat que l’on mène au nom de toutes les femmes pour dire : ‘Arrêtez de nous dicter ce que l’on doit porter’», ajoutait Loubna, une autre militante.

Des militants aguerris  

Né à Grenoble en 2012 sur le modèle des groupements de communauté promus par la gauche radicale américaine, le collectif Alliance citoyenne dispose désormais de relais à Lyon et à Aubervilliers.

Les militantes grenobloises s’étaient notamment signalées l’été dernier en bravant le règlement intérieur de la piscine publique des Dauphins afin de se baigner en burkini.

Après ce nouveau coup d’éclat dans la salle de sport lyonnaise début juillet, les activistes du collectif – qui a reçu une subvention de 80 000 dollars en 2016 et une autre de 90 000 dollars en 2018 de la part de l’association Open society Fondation, affiliée au milliardaire George Soros – ont obtenu gain de cause.

Selon Le Progrès, la salle de sport Interval a en effet accepté de modifier son règlement intérieur afin d’autoriser le port du hijab de sport.

Le collectif Alliance citoyenne s’est réjoui de cette décision sur sa page Facebook : « Félicitations à la direction de cette enseigne qui, suite à notre action, a respecté ses engagements et nous a transmis sa réponse aujourd’hui, certifiant que désormais les hijabs de sport seraient autorisés dans leurs salles. »

Une décision contestée

L’autorisation du port du hijab de sport dans les locaux de l’établissement du cours Gambetta a toutefois suscité l’indignation de plusieurs défenseurs de la laïcité.

« Au-delà de les enfermer sous un voile, la radicalité de ces militantes les enferme aussi dans leurs slogans. Elles réitèrent celui des ‘droits civiques des femmes musulmanes’. Elles veulent ainsi réduire et essentialiser toutes les musulmanes à leur sexisme ‘religieux’ pour faire croire que toutes les musulmanes seraient stigmatisées et visées par un règlement intérieur discriminant. Ce mensonge est double », écrit Naëm Bestandji, militant laïc et féministe, sur son blogue.

« […] Depuis peu, Alliance citoyenne utilise un autre slogan marketing : le ‘syndicat des femmes musulmanes’. Là encore, elles s’arrogent la représentativité de toutes les musulmanes, faisant de leur extrémisme l’islam tout court, comme le font tous les islamistes », ajoute-t-il.

« Le choix personnel n’est pas un droit que l’on peut imposer aux autres. Pas de séparatisme religieux dans le sport ou ailleurs », a pour sa part affirmé l’association Regards de femmes, présidée par la Lyonnaise Michèle Vianès.

D’après Le Progrès, les activistes de l’antenne lyonnaise d’Alliance citoyenne n’excluraient pas de mener d’autres actions dans la capitale des Gaules cet été, notamment en faveur du burkini dans les piscines.

« Il y a eu des élections municipales il n’y a pas longtemps. Peut-être que les nouveaux élus [Europe Écologie Les Verts, ndlr] sont favorables à changer le règlement des piscines », déclarait un militant du collectif dans les colonnes du quotidien régional début juillet.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ