Le maire de Wuhan reconnaît ses torts, mais rejette la faute sur Pékin pour la mauvaise gestion de la crise de l’épidémie de virus

Par Nicole Hao
28 janvier 2020 Mis à jour: 28 janvier 2020

Le maire de la ville de Wuhan, point de départ de la nouvelle épidémie de coronavirus, s’est assis pour une rare interview télévisée dans laquelle il a indirectement critiqué ses supérieurs pour leur mauvaise gestion de la crise.

Au cours d’un programme d’information diffusé sur la chaîne publique CCTV le 27 janvier au soir, Zhou Xianwang a déclaré que le gouvernement central avait pris la décision de ne pas divulguer des informations sur l’épidémie.

Le maire de Wuhan

Il a admis que le gouvernement de la ville n’avait pas publié les informations à temps et n’avait pas réussi à contenir correctement le virus.

« En tant que chef d’un gouvernement local, je ne pouvais publier des informations qu’après avoir reçu l’autorisation des autorités [du gouvernement central] », a déclaré M. Zhou lors de l’interview.

Les autorités sanitaires de Wuhan n’ont confirmé l’épidémie que le 31 décembre 2019, bien que le premier patient ait été infecté le 12 décembre.

Après qu’un éminent expert travaillant pour le gouvernement central, Zhong Nanshan, a fait un discours sur la gravité de la maladie, les autorités de Wuhan ont commencé à signaler des cas d’infection plus officiellement.

Depuis lors, toutes les régions de Chine, à l’exception du Tibet, ont signalé des infections.

Le virus mortel s’est depuis lors propagé à plusieurs pays asiatiques, aux États-Unis, au Canada, à la France et à l’Australie. La plupart des patients se sont récemment rendus à Wuhan.

Le 22 janvier, la ville de Wuhan a annoncé qu’elle allait mettre les transports en quarantaine afin d’empêcher la propagation de la maladie.

Zhou a déclaré lors de l’émission télévisée du 27 janvier qu’il pensait que c’était la meilleure solution. Mais il a ajouté que si les citoyens de Wuhan n’étaient pas satisfaits de cette décision, il serait prêt à démissionner.

Le maire a récemment été critiqué pour avoir déclaré que la ville disposait de suffisamment de fournitures médicales lors d’une conférence de presse le 26 janvier, contredisant ainsi ce que son patron, le gouverneur du Hubei, Wang Xiaodong, a déclaré le même jour : « Nous avons besoin de combinaisons et de masques de protection… C’est le problème le plus urgent et le plus difficile. »

Zhou a également révélé que plus de 5 millions de personnes ont quitté Wuhan en janvier, laissant de nombreux Chinois inquiets que ces personnes soient susceptibles de propager le virus à grande échelle.

La critique

Wang Yanhu, rédacteur en chef du média d’État chinois Beijing News, a publié un article le 27 janvier, dans lequel il critique le gouvernement de Wuhan pour avoir permis à tant de résidents de quitter la ville et mis le reste de la population en danger.

« Le gouvernement local a continué à fournir des informations positives jusqu’à ce que l’académicien Zhong Nanshan fasse un discours le 20 janvier », a écrit Wang.

Wang a déclaré que la majorité des 5 millions de personnes ont quitté Wuhan entre le 1er et le 20 janvier.

D’après les données officielles, moins d’un pour cent d’entre eux ont voyagé à l’extérieur du pays. La plupart des habitants de Wuhan ont pris l’avion pour Hong Kong, où il y a huit cas confirmés de coronavirus, et Bangkok, en Thaïlande. Ce pays d’Asie du Sud-Est a également confirmé huit cas.

Xi Jinping

Lors d’une réunion d’urgence tenue samedi avec les hauts responsables du Parti, le dirigeant chinois Xi Jinping a déclaré qu’il était préoccupé par la « grave situation » et « l’accélération de la propagation » du virus.

Ma Guoqiang, le secrétaire du Parti communiste et grand patron de Wuhan, a déclaré lors d’une conférence de presse le 27 janvier qu’il était heureux que Xi accorde une telle attention à la situation.

Les commentateurs chinois estiment que l’interview télévisée de Zhou et les propos de Ma signifiaient indirectement qu’ils voulaient faire porter à Xi la responsabilité dans la propagation ou non du virus.

« C’est un message clair de Zhou et Ma qu’ils ne voudront pas prendre cette responsabilité, parce qu’ils ont peur de devoir payer de leur vie pour avoir pris de mauvaises décisions », a déclaré Tang Jingyuan, un commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis, dans une interview du 27 janvier à Epoch Times.

Tang a également estimé que l’article du Beijing News critiquant les autorités de Wuhan « est un signe que le gouvernement central pourrait punir certains fonctionnaires de Wuhan », a-t-il déclaré.

RECOMMANDÉ