La Maison-Blanche est « préparée » à la destitution de Trump, a déclaré la porte-parole

Par Jack Phillips
2 novembre 2019 Mis à jour: 2 novembre 2019

Stephanie Grisham, porte-parole de la Maison-Blanche, a déclaré, un jour après que la Chambre de représentants a voté pour adopter une résolution procédurale, que la Maison-Blanche croit qu’il est probable que le président Donald Trump sera destitué.

« Nous espérons toujours que tout le monde va revenir à la raison et se rendra compte que le président n’a rien fait de mal. Mais nous sommes prêts à une destitution », a déclaré Stephanie Grisham à Fox News vendredi matin.

« Nancy Pelosi a dit très clairement que les démocrates de la Chambre des représentants allaient voter. Quand on considère toutes leurs réunions à huis clos et la manière dont ils ont eu leurs fuites sélectives avec des témoins, le fait que tout cela ait été mis en place pour destituer le président nous amène à nous y attendre », a-t-elle ajouté.

Jeudi, la Chambre a voté par 232 voix contre 196 en faveur d’une résolution établissant les règles de la procédure de destitution, y compris les auditions publiques, les témoignages et la divulgation de documents au public. Les législateurs républicains ont dit que les démocrates avaient faussé les règles en leur faveur tout en menant l’enquête de destitution parce qu’ils n’étaient pas satisfaits du résultat de l’élection de 2016.

Stephanie Grisham, porte parole de la Maison-Blanche.(Alex Wong/Getty Images

Lorsqu’on lui a demandé si la destitution était une « avenue inévitable », Mme Grisham a répondu dans l’interview de Fox : « Je ne dirais pas que c’est une fatalité, mais on s’y attend, oui. »

Elle a dit que Donald Trump a nié à plusieurs reprises les allégations contre lui.

« C’est une mascarade et un tribunal bidon. C’est injuste et abusif », a déclaré Stephanie Grisham, ajoutant que pour M. Trump, « il suffit de regarder son Twitter » pour voir ce qu’il en pense.

L’enquête est centrée sur l’appel téléphonique du président Trump à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, dans lequel il a demandé à l’Ukraine d’enquêter sur l’ancien vice-président Joe Biden et les affaires de son fils dans le pays.

Au cours de l’enquête, la Maison-Blanche a déclaré qu’elle ne remettrait pas les documents relatifs aux assignations à comparaître.

La résolution de jeudi ordonne aux Commissions du renseignement, des affaires étrangères, des services financiers, de la magistrature et des voies et moyens de la Chambre des représentants de « poursuivre leurs enquêtes en cours dans le cadre de l’enquête actuelle de la Chambre des représentants visant à déterminer s’il existe des motifs suffisants pour que la Chambre des représentants exerce son pouvoir constitutionnel de destituer Donald John Trump ».

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre de représentants.(Tom Brenner/Getty Images)

Entre-temps, la présidente de la Chambre de représentants Nancy Pelosi (D-Calif.) a déclaré vendredi que les audiences publiques sur l’enquête commenceront probablement ce mois-ci.

« Je suppose qu’il y aura une audience publique en novembre », a dit Mme Pelosi aux journalistes et rédacteurs en chef de l’agence de presse Bloomberg News lors d’une réunion à huis clos, rapportée par le service de presse vendredi matin.

« Je ne sais pas quel sera l’emploi du temps – la vérité nous libérera », a-t-elle ajouté. « Nous n’avons pris aucune décision quant à la destitution du président. »

RECOMMANDÉ