Maison-Blanche : Trump «condamne fermement» une vidéo parodique violente le mettant en scène

Par Zachary Stieber
15 octobre 2019 Mis à jour: 15 octobre 2019

Le 14 octobre, la Maison-Blanche a déclaré que le président Donald Trump « condamne fermement » une vidéo violente dans laquelle il a été ajouté au montage et qui a été diffusée lors d’une conférence le week-end dernier.

« Le président Donald Trump n’a pas encore vu la vidéo, il la verra bientôt, mais d’après tout ce qu’il a entendu, il condamne fermement cette vidéo », a déclaré Stephanie Grisham, attachée de presse de la Maison-Blanche.

La vidéo a repris des passages du film Kingsman et a superposé le visage de Trump à la place de l’un des personnages, qui a réalisé un carnage dans une église. Certains visages des victimes ont été remplacés par des logos de médias.

Ce mème a provoqué un tollé de la part des entreprises et d’une série de journalistes.

Le président Trump n’a pas participé à la réalisation de la vidéo, et l’American Priority Conference, où elle a été diffusée, a déclaré que ces images n’avaient pas été autorisées et ont été « montrées dans une pièce annexe ».

« Cette vidéo n’a pas été approuvée, vue ou sanctionnée par les organisateurs du #AMPFest19 », a déclaré Alex Phillips, l’organisateur de la conférence, dans un communiqué. Il a déclaré que les journalistes du New York Times ont porté les images à l’attention des organisateurs de la conférence.

« Nous trouvons choquant que le New York Times ne rende compte d’aucun des événements sanctionnés dans l’article, y compris notre table ronde condamnant LITTÉRALEMENT la violence politique, tout en prétendant être contrarié par un mème qui n’a pas été sanctionné, montré sur scène ou approuvé », a déclaré M. Phillips. « #AMPFest19 a toujours condamné et condamnera toujours la violence politique. »

L’American Priority a été fondée en 2018. « Notre mission est de développer et d’organiser des événements éducatifs qui soutiennent le Premier Amendement, mettent en évidence la culture et les valeurs américaines, ainsi que les solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés en tant que nation. Nous soutenons l’agenda d’America First, mais pas seulement, ainsi que le dialogue ouvert, la liberté d’expression et la liberté d’association », a déclaré le groupe sur son site web.

L’Association des correspondants de la Maison-Blanche (WHCA) s’est déclarée « horrifiée » par cette vidéo.

« Le WHCA est horrifié par une vidéo qui aurait été projetée ce week-end lors d’une conférence politique organisée par les partisans du président à la Trump National Doral à Miami. Tous les Américains devraient condamner cette description de la violence à l’encontre des journalistes et des opposants politiques du président », a déclaré Jonathan Karl, président de l’association et journaliste de l’ABC, dans un communiqué.

Jonathan Karl a ensuite tenté de blâmer M. Trump en disant : « Nous avons déjà dit au président que sa rhétorique pouvait inciter à la violence. » Il a appelé M. Trump à dénoncer la vidéo.

« La vidéo qui aurait été diffusée ce week-end lors d’une conférence organisée par les partisans du président à la Trump National Doral est vile et dangereuse », a-t-il ajouté dans une déclaration personnelle.

RECOMMANDÉ