Maison squattée à Toulouse : des individus cagoulés agressent un groupe de soutien à Roland

Par Nathalie Dieul
16 février 2021
Mis à jour: 16 février 2021

La maison de Roland, 88 ans, a été libérée des gens qui la squattaient depuis le mois de septembre. Alors qu’ils fêtaient la bonne nouvelle ce samedi après-midi, cinq des personnes qui soutenaient l’octogénaire ont été victimes d’une agression par des individus armés de gazeuses et de matraques au lac de Sesquières à Toulouse.

Les tensions entre les personnes pro-squatteurs et ceux qui soutiennent le malheureux octogénaire dont la maison était occupée illégalement se sont aggravées ce samedi après-midi.

L’apéro avait été organisé en début d’après-midi via les réseaux sociaux, à partir de la page Facebook Soutien à Roland, 88 ans, expulsé de chez lui par des squatteurs qui compte plus de 2.000 abonnés.

« On parlait de la façon de soutenir d’autres victimes et de changer la loi », raconte à La Dépêche l’une des sept personnes réunies au lac de Sesquières. Après un moment, une dizaine d’individus cagoulés et habillés de noir sont arrivés, armés de gazeuses et de matraques.

« J’ai reçu du gaz poivré, je suis tombé puis je me suis mis à courir. Ils ont volé mon vélo et détruit une moto. Ils nous ont juste dit que la fête était finie », explique une des victimes.

Un autre des soutiens, surnommé Vin’s, a reçu du gaz poivré et des coups de matraque : « Ils m’ont aveuglé puis frappé à la cuisse, sur les épaules, les côtes, le dos. »

L’Information Anti Autoritaire Toulouse et Alentours (IAATA), un groupe regroupant des « Antifas » toulousains selon France 3, a revendiqué l’agression sur son site Web : « Avant-hier soir, les habitants du 83 avenue de Fronton à Toulouse quittaient le squat sous la menace de différents groupes faisant passer la propriété privée avant la nécessité de dormir sous un toit. […] Cet après-midi, un comité d’accueil attendait ces sous-flics qui ont mangé quelques coups et de la gazeuse. »

Alors que le groupuscule d’extrême gauche fait la chasse à ceux qu’il qualifie d’extrême droite, Vin’s, l’un des animateurs de la  page Facebook de soutien à l’octogénaire, assure qu’il n’est « d’aucun parti politique ni des extrêmes ».

Vin’s émet une hypothèse auprès de nos confrères de 20 Minutes pour expliquer cette agression : « Pourquoi ils s’attaquent à nous, parce que nous voulons faire bouger les choses, nous voulons mobiliser les gens pour faire évoluer les choses et faire annuler cette loi, Roland est un déclencheur, c’est horrible de faire ça à une personne âgée. »

Choquées, les victimes sont allées porter plainte au commissariat de police dimanche matin. « On peut avoir des désaccords mais dans ce cas, on discute. Pour moi, leur attitude s’apparente à du terrorisme », déclare l’une des victimes.

Pour rappel, la maison de Roland était squattée depuis septembre dernier et malgré un jugement d’expulsion des intrus, il ne pouvait pas récupérer son bien avant le mois de juin puisque la trêve hivernale a été repoussée jusqu’à cette date.

Après une médiatisation de l’affaire, l’homme de 88 ans a reçu de nombreux soutiens, ce qui a abouti au départ de la vingtaine d’occupants de la maison le 11 février au soir. La famille de Roland a découvert une maison jonchée de déchets, où tout était « dévasté », selon Midi libre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ