Manche : agressé par trois campeurs, un maire porte plainte – le parquet classe l’affaire sans suite

Par Léonard Plantain
11 août 2020
Mis à jour: 11 août 2020

Vendredi 7 août, agressé par 3 campeurs après être intervenu pour leur signaler un campement illégal, Francis d’Hulst, le maire de Portbail (Manche) a vu sa plainte être classée sans suite.

Tout commence lorsque Francis d’Hulst, le maire délégué de Portbail (situé sur la côte ouest du Cotentin), s’est rendu sur un campement sauvage ce jeudi 6 août. En l’absence des campeurs, il a alors déposé un message leur rappelant l’illégalité de l’installation. Mais en revenant le lendemain, après avoir abordé les 3 campeurs, les choses ont mal tourné.

Sentant la conversation déraper, Francis d’Hulst s’était décidé à appeler les gendarmes quand d’un coup, les campeurs se sont mis à le frapper à plusieurs reprises dans le dos et au niveau des cervicales, le blessant légèrement, relate CNews.

Ayant porté plainte contre eux, il a cependant eu la mauvaise surprise de voir sa plainte classée sans suite par la parquet. L’agresseur principal, qui ne sera pas poursuivit en justice, n’a écopé que d’un simple rappel à l’ordre. « On est dans un monde qui marche sur la tête. Il faut le punir tout de suite et ne pas attendre la prochaine fois », dénonce Francis d’Hulst.

« Je suis grand-père de 13 petits enfants et je n’imagine pas une seconde que l’un d’entre eux puisse un jour frapper un homme âgé.  Il m’a dit : ‘Fils de pute, ta voiture je vais la cramer.’ Je venais juste leur rappeler qu’ils devaient quitter les lieux, en leur faisant la morale, car dans les herbes sèches il y avait la trace de deux feux de camp », précise-t-il, d’après France 3 Régions.

Après la décision du parquet, Francis d’Hulst, en colère, a averti ses homologues : « Je conseille à mes collègues élus qui se trouveraient dans une même situation de ne rien faire et surtout de ne pas prendre de risques, parce que le parquet ne suit pas ! » conclut-il.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ