Ce manoir de New York est abandonné depuis près de 50 ans – Voici une visite surréaliste

Par Robert Jay Watson
4 septembre 2019 Mis à jour: 4 septembre 2019

L’Amérique est souvent considérée comme une terre de promesses éternelles et de nouveauté. Un pays jeune, surtout comparé à la plupart des endroits en Europe ; aux États-Unis, tout semble possible. Cependant, il arrive parfois que des lieux et des choses abandonnés soient oubliés, qui de plus se cachent à la vue de tous, comme le photographe Bryan Sansivero le montre dans ses images envoûtantes de « décadence américaine ».

Parmi les nombreux projets photographiques de Bryan autour des « maisons en ruines et abandonnées », il y a un hôtel particulier près de New York qui est vide depuis presque 50 ans. Ou au moins vide de ses habitants.

Selon le Daily Mail, le manoir a été construit dans les années 1930 et abandonné environ 40 ans plus tard dans les années 1970. Le manoir est si proche de la métropole surpeuplée de New York qu’il est surprenant qu’il n’ait pas été saisi et refait. Et pourtant, il est là, laissé seul, pratiquement intact, avec des pièces encore meublées.

Bryan a réussi à se faufiler à l’intérieur de l’immeuble et à en photographier les aires, capturant un monde qui semble avoir été figé dans le temps. Bien que certaines personnes puissent trouver cela inquiétant et terrifiant, Bryan le voit différemment.

Comme l’explique le profil de son site web, « dans les images de Bryan, l’idée du lieu abandonné ou de la ruine est imprégnée d’un sentiment de perte, de nostalgie, d’étrangeté, d’une fluctuation artistique entre présence et absence, créant une poésie de mots perdus, d’expérience et d’histoire ».

Alors que les photos de Bryan nous emmènent dans une visite fantomatique de la maison palatiale de 57 pièces, nous voyons toutes sortes d’objets ordinaires restés dans les pièces où ils ont été abandonnés. Beaucoup d’entre eux nous font penser aux gens qui y vivaient et nous demander qui ils étaient et pourquoi ils sont partis comme ils l’ont fait.

Tout à coup, un landau à l’ancienne côtoie la cage d’escalier comme s’il attendait que le bébé descende de la chambre d’enfant pour l’emmener promener. Mais la lumière qui passe par les fenêtres révèle les taches d’eau sur le mur du fond, et en regardant de plus près, nous pouvons voir des graffitis sur la porte. La couche de poussière qui recouvre les planchers de bois est peut-être le signe le plus révélateur du temps.

Une autre photo montre une pièce en travaux de restauration, avec une échelle placée à côté du mur. Une cheminée se dresse à l’arrière-plan, avec un miroir souillé au-dessus et un lustre majestueux toujours suspendu au plafond.

Dans la salle de bal, deux magnifiques pianos à queue, qui semblent de loin en bon état. L’un d’eux a même le couvercle ouvert, comme si quelqu’un venait de le jouer avant que tout le monde dans la maison ne parte. Des roses artificielles ornées de fougères sont suspendues au-dessus des rideaux, donnant à la pièce une touche un peu plus vivante.

Tout l’espace avec ses grands tapis bleus semble prêt pour une danse de société jusqu’à ce que l’on remarque les signes révélateurs de dégâts d’eau au plafond, comme une sorte de piscine bleue qui gâche la couleur crème de la peinture.

L’une des photos les plus poignantes montre un cheval en bois avec lequel un enfant a pu jouer, dans un salon à une extrémité de la maison. Mais bizarrement, le sol est recouvert d’une poussière blanche, que nous réalisons finalement être de la neige qui a été soufflée par une fenêtre ouverte ou cassée à l’extrême droite de l’image.

La neige avec le petit cheval donnent à la scène une part d’innocence et de magie de l’enfance. Tout cela contraste avec la peinture écaillée au-dessus des murs.

Tout aussi intrigante est la photo de rayonnages avec des dizaines de paires de chaussures de femmes soigneusement rangées les unes à côté des autres. Bien qu’elles soient un peu poussiéreuses et usées, elles ont aussi l’air d’être prêtes à être enfilées, n’attendant que la maîtresse de maison pour descendre.

Quant à l’avenir de la maison, il semble incertain. Selon le Daily Mail, il appartenait à une personne qui construisait de grandes maisons, les remplissait et les laissait ensuite sans raison apparente.

Une chose est certaine : Bryan Sansivero a révélé un monde laissé pour compte, plein de tous les attributs de la vie mais sans les gens qui lui donneraient un sens. Ce n’est pas si étrange et lointain ; c’est notre propre passé.

Photos : avec l’aimable autorisation de Bryan Sansivero (WebsiteInstagramFacebook)

RECOMMANDÉ