Mariés depuis 51 ans, ils sont morts du virus du PCC à six minutes d’intervalle

Par CNN
5 avril 2020
Mis à jour: 5 avril 2020

Il y a quelques semaines à peine, Stuart et Adrian Baker étaient en parfaite santé.

Le couple inséparable et à la retraite était marié depuis plus de 51 ans et vivait à Boynton Beach, en Floride. Aucun d’eux n’avait de problèmes de santé graves. Puis, à la mi-mars, ils ont commencé à se sentir mal.

Le dimanche, ils sont morts tous les deux à six minutes d’intervalle, à la suite de complications dues au virus du PCC*, a déclaré leur fils Buddy Baker.

Stuart Baker avait 74 ans. Adrian Baker avait 72 ans.

Buddy Baker, un agent de longue date de la NFL (la ligue américaine de football), a parlé publiquement de la perte de ses parents, s’appuyant sur la tragédie de sa famille pour réitérer la gravité de la pandémie mondiale du virus du PCC (Parti communiste chinois). Dans une vidéo largement diffusée sur Twitter, il a exhorté les personnes à tenir compte de la distance sociale et des recommandations des responsables de la santé publique de rester chez eux.

« Jusqu’à ce que virus vous touche ou touche quelqu’un que vous connaissez ou que vous entendez une histoire, vous vous sentez en quelque sorte à l’abri, éloigné de lui », a constaté M. Baker, président et directeur général d’Exclusive Sports Group, à CNN. « … J’espère que le décès de mes parents ne sera pas vain. »

Au début, la famille était optimiste

Buddy a détaillé les événements qui ont conduit au décès de ses parents dans une interview téléphonique avec CNN.

Selon Buddy, il y a environ trois semaines, Stuart et Adrian sont allés chez le médecin parce qu’ils ne se sentaient pas bien. Ils ont finalement été renvoyés chez eux.

Quelques jours plus tard, leurs symptômes ne s’étaient toujours pas améliorés et leur médecin leur a recommandé de se rendre à l’hôpital. Le médecin leur a donc recommandé de se rendre à l’hôpital. Buddy a dit qu’ils avaient également été renvoyés chez eux et qu’on leur avait dit de se mettre en quarantaine jusqu’à ce qu’ils se sentent mieux.

« C’est avant qu’il frappe le monde entier et que le monde s’arrête, avant que le tournoi de la NCAA ne soit annulé, alors personne ne pensait qu’il mettrait nos vies en danger », a-t-il déclaré.

Buddy a déclaré qu’il appelait régulièrement ses parents pour s’enquérir de leur état de santé. Un jour, ils semblaient aller mieux, et le lendemain, ils se sentaient à nouveau moins bien.

Adrian et Stuart Baker, le jour de leur mariage. (Avec l’aimable autorisation de Buddy Baker)

Après quelques jours, le 19 mars, on leur a demandé de retourner à l’hôpital. Le père de Buddy, qui avait de la fièvre et de l’asthme, a été admis. Sa mère, qui n’avait pas de fièvre, a été renvoyée à la maison.

Malgré les circonstances, Baker a déclaré que lui et sa famille étaient optimistes. Ils parlaient régulièrement à Stuart au téléphone, et il semblait qu’il serait capable de s’en sortir.

Environ 48 heures plus tard, son père a été admis aux soins intensifs – mais la famille avait encore de l’espoir. Stuart est passé d’un taux d’oxygène administré de 60 % à 50 %, signe que les choses allaient dans la bonne direction.

Ensuite, les choses ont commencé à se détériorer.

Pendant ce temps, la mère de Buddy était à la maison. Bien qu’elle n’ait pas eu de fièvre ou d’autres symptômes inquiétants, le fait de savoir que son mari était à l’hôpital lui causait un sérieux préjudice mental.

« Nous pensions juste que c’était le stress de l’absence de mon père au cours des cinq derniers jours. Son absence était très très peu fréquente dans leur vie commune », a expliqué Buddy.

Buddy de préciser que lui et sa sœur rendaient visite à leur mère plusieurs fois par jour, assis à l’extérieur du garage pendant que leur mère était à l’intérieur. Puis, le 24 mars, ils ont reçu un appel de l’hôpital. Leur père avait été testé positif au COVID-19 et le médecin a annoncé qu’il était pessimiste sur les chances de guérison du père.

L’appel était déstabilisant, a reconnu Buddy. Ils ne voulaient pas bouleverser leur mère avec cette nouvelle, et ont décidé de l’emmener à l’hôpital par mesure de précaution. Ils voulaient voir si elle aussi pouvait être testée, mais comme elle n’avait pas de fièvre ni d’autres symptômes connexes, ils pensaient qu’elle ne risquait rien.

Dans les 45 minutes qui ont suivi l’arrivée de leur mère, Buddy a déclaré que le médecin avait appelé pour signaler que son taux d’oxygène était très bas. Elle ne s’en sortirait pas non plus.

Les organes de leurs parents s’étaient affaiblis, Buddy a déclaré que lui et sa sœur ont décidé de transférer leurs parents au service gériatrique sur les conseils de professionnels de la santé. Sa mère et son père ont été placés dans la même pièce, et leurs respirateurs retirés pour leur offrir un peu de confort. En quelques minutes, côte à côte, les deux se sont éteints.

« Ils étaient aussi complémentaires et inséparables que deux êtres humains mariés pouvaient l’être sur cette terre », a rappelé Buddy.

Le message de Buddy Baker 

Jeudi, Buddy, ses trois enfants et la famille de sa soeur se sont réunis pour le service funéraire de ses parents à Boynton Beach. Le service a été retransmis en direct pour d’autres amis et parents et regardé par des gens du monde entier, a-t-il annoncé.

« Nous espérons que les gens entendront notre histoire et qu’elle les motivera à faire ce qui est bien », a-t-il souhaité. « Ainsi, peut-être qu’ils seront épargnés ou que leur famille le sera, et ils pourront même peut-être aider une autre famille à ne pas endurer la douleur et l’agonie que moi, ma soeur, nos enfants et le reste de notre famille endurons en ce moment. »

M. Baker espère que l’histoire de sa famille pourra être un catalyseur de changement. Il appelle les gens à écouter les recommandations des responsables sanitaires : pratiquer la distanciation sociale, se laver les mains régulièrement et, surtout, rester à la maison.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ