Un homme sauve la vie d’une femme en détresse à des kilomètres du rivage

Par Epoch Times
12 novembre 2021
Mis à jour: 12 novembre 2021

Le mois dernier, un passionné de bateaux du comté de Los Angeles ayant tout juste validé son permis voilier  entreprend son premier voyage en mer – et tombe sur une jeune femme luttant pour rester à flot, seule dans la baie de Santa Monica. Sa rencontre fortuite avec la nageuse en détresse lui permet de sauver une vie.

Koz Khosravani, 59 ans, propriétaire d’une entreprise informatique, a récemment acquis un voilier d’occasion et invité des amis à l’accompagner pour sa première vraie sortie en mer. Ils partent le 26 septembre pour Paradise Cove à Malibu, à 30 km au nord-ouest, où ils pourront jeter l’ancre, faire une sortie agréable et dîner.

(Avec l’aimable autorisation de Koz Khosravani)

Le résident de Marina del Rey, qui vient de terminer sa formation à la navigation à l’American Sailing Association, fixe rendez-vous à 9 h 30 à trois amis sur le quai. Avant de monter sur le bateau, il les initie au protocole de sauvetage en cas d’homme à la mer. Vers 11 h 30, l’équipage repère des dauphins à tribord.

« Nous étions excités, nous faisions un tas de photos… Et au moment où les dauphins se  sont dirigés vers l’ouest , j’ai vu une main », explique Koz à Epoch Times. « Je n’étais même pas sûr, j’ai juste pensé que ca pouvait être une main. »

« Je savais clairement que quelque chose n’allait pas. »

Koz revient en arrière pour intercepter la nageuse en difficulté, à peine consciente, luttant pour garder la tête hors de l’eau. Il craint de la heurter avec le bateau. « J’ai essayé de passer à côté d’elle, peut-être à moins de 4.5 m », se souvient-il. Son amie lance une bouée de sauvetage alors qu’ils dépassent la nageuse et font un huit pour se rapprocher à nouveau d’elle.

(Illustration – Gudrun Hochmuth/Shutterstock)

« Lors de la deuxième tentative, j’ai lui ai lancé une autre bouée , car elle n’avais pas réussi à s’accrocher à la première », raconte Koz. « La deuxième bouée était équipée d’une corde de 20 mètres. La nageuse a réussi à s’y accrocher, mais pouvait à peine bouger et semblait totalement épuisée. »

Koz, qui est par ailleurs un bodybuilder, s’efforce de la sortir de l’eau tout en tenant la barre ; c’est un autre ami qui la hisse finalement à bord. On lui apporte des serviettes et une couverture pour la sécher et la réchauffer. « Elle était nue, ce qui m’a choqué pendant une seconde », raconte Koz. « Elle était inerte et lourde »,  en « mauvais état » et « pouvait à peine parler ». Et d’ajouter : « Ce que j’ai vu, c’est une femme qui n’avait pratiquement plus de vie dans les yeux. »

Koz se souvient lui avoir demandé si elle était seule pour s’assurer qu’aucune autre personne n’avait été délaissée. Apparemment, il n’y avait qu’elle.

(Avec l’aimable autorisation de Koz Khosravani)

Après s’être occupé de la nageuse, une jeune femme de 26 ans dont le nom n’a pas été révélé, Koz contacte par radio les garde-côtes qui dépêchent un bateau de sauvetage. En 7 minutes, les sauveteurs arrivent, transfèrent la nageuse et l’emmènent à l’hôpital, rapporte le Daily Mail. Elle sera traitée pour une sévère hypothermie et sortira de l’hôpital après trois jours.

Elle avait apparemment pris un bain de minuit avant d’être emportée en mer, réussissant à rester hors de l’eau pendant près de douze heures en flottant sur le dos.

Le navigateur récemment formé a été étonné par la série de coïncidences qui se sont enchaînées pour la sauver. « J’ai déménagé dans cette région récemment », explique-t-il. « Sans raison, pour la première fois de ma vie, j’ai acheté un voilier… J’ai obtenu mon permis… Puis j’ai formé mes invités sur la façon d’effectuer ce type de sauvetage… Et puis les dauphins… »

« C’est stupéfiant, tout ça. »

(Avec l’aimable autorisation de Koz Khosravani)

Les eaux de la baie de Santa Monica sont également plus chaudes à la fin août et septembre. Le capitaine du bateau de sauvetage a noté que la température de l’eau était d’environ 19 degrés là où elle a été trouvée, à 3 km au large de Paradise Cove, selon le Daily Mail.

Koz attribue également la survie de la femme à sa force mentale : « Je m’entraînais avec un ancien Navy américain, et l’une des premières choses que j’ai apprises de lui, c’est que le corps peut tenir presque éternellement, c’est l’esprit qui abandonne. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ