Marne : caillassé en passant devant un camp de gens du voyage en voiture, un octogénaire s’arrête et se fait gifler

Par Séraphin Parmentier
17 janvier 2020 Mis à jour: 17 janvier 2020

La victime circulait en voiture avec son épouse, lorsqu’un projectile s’est écrasé contre la vitre arrière droite du véhicule.

Les faits ont eu lieu le samedi 11 janvier à Bétheny, une commune de plus de 6500 habitants située à quelques kilomètres au nord-est de Reims.

Vers 16h30, un couple d’octogénaires termine ses achats à l’hypermarché Cora Nord et remonte dans sa voiture avant de s’engager sur la route de la Neuvillette.

Tandis que le couple passe devant l’aire d’accueil de gens du voyage de Reims-Bétheny, il reçoit un projectile qui vient s’écraser sur l’une des vitres de son véhicule.

« Au moment de passer le long du camp des gens du voyage, j’ai reçu une pierre sur la vitre arrière droite », témoigne l’automobiliste de 82 ans dans les colonnes de L’Union.

L’octogénaire s’arrête alors afin de constater les dégâts : « une marque rouge de saleté et un impact. »

D’après le conducteur, le projectile avait été lancé par un petit groupe de « cinq à six jeunes » postés devant l’entrée de l’aire d’accueil.

« L’un d’eux, âgé de 15 à 16 ans, est venu vers moi et m’a dit : ‘Qu’est-ce que tu veux ?’ d’une manière hargneuse. Je n’ai pas répondu et il m’a mis une claque dans la figure. Mes lunettes ont volé par terre », confie l’octogénaire.

L’épouse du conducteur également menacée

Restée dans l’habitacle du véhicule, l’épouse de l’automobiliste a bien failli être molestée à son tour. « Un autre jeune a fait le tour et ouvert sa portière », raconte la petite-fille du couple.

« Il a levé le bras pour la gifler, mais il a été coupé dans son élan par la présence d’une automobiliste qui s’était arrêtée derrière la voiture de mes grands-parents. Les jeunes ont pris la fuite. Une femme du campement est alors venue à la rencontre de mes grands-parents. Ils lui ont demandé si elle savait de qui il s’agissait. À la description de mon grand-père, elle a été simplement rassurée – ‘Ce n’est pas mon fils’ – puis elle est repartie », ajoute la petite-fille.

Selon l’octogénaire, le jeune voyou qui l’a giflé portait un chapeau et un blouson de couleur jaune. Il ignore en revanche si c’est le même individu qui est l’auteur du jet de pierre sur sa voiture.

L’octogénaire perd sa paire de lunettes

Accompagnée de l’automobiliste qui s’était arrêtée, l’octogénaire a entrepris de récupérer ses lunettes, tombées par terre après qu’il a reçu une gifle. Malgré les recherches, il n’a pas pu les retrouver. D’après les journalistes de L’Union, la paire en question lui avait coûté 600 euros.

Il a déposé plainte le lendemain à l’hôte de police de Reims pour « dégradation » et « violences volontaires en réunion ».

S’il passait régulièrement devant l’aire d’accueil des gens du voyage depuis son ouverture en 2011, l’octogénaire n’avait jamais eu de problèmes jusqu’ici.

Malgré l’agression dont il a fait l’objet, il continue d’emprunter la route qui longe le camp, avec « vigilance ». Et sans son épouse, qui l’oblige désormais à faire un détour.

RECOMMANDÉ