Maroc: les bateliers de Rabat rament dur pour sauver leur gagne-pain

Par Epoch Times avec AFP
30 septembre 2020
Mis à jour: 30 septembre 2020

A l’embouchure du fleuve Bouregreg, les bateliers qui assurent la traversée entre Rabat, la capitale du Maroc, et sa ville jumelle Salé dans leurs barques artisanales rament dur pour sauver leur gagne-pain, menacé par l’urbanisation galopante et la crise liée au nouveau coronavirus.

« Nos bateaux font depuis toujours partie de l’histoire des deux villes et pourtant, on n’a aucun soutien, on se sent marginalisés, délaissés », soupire Adil El Karouani, un des 72 « barcassiers » professionnels qui font la navette à la force de leurs bras, de l’aube à minuit, entre les deux rives.

Sa barque en bois, avec sa peinture bleu vif, son parasol à frange, son tapis et ses coussins colorés, est sa fierté. Il a 45 ans et en avait onze quand il a commencé, maintenant il « se bat pour que son métier, hérité de son père, ne disparaisse pas ». 

Longtemps préservée du développement urbain par les risques d’inondations, la vie de l’estuaire a été bouleversée par un programme d’aménagement pharaonique lancé en 2006 par le roi Mohamed VI, pour une enveloppe de plus de 1,5 milliard d’euros et avec le concours d’architectes de renom comme Marc Mimram ou Zaha Hadid.

-Un batelier rame transporte des passagers sur la rivière Bou Regreg près de la Kasbah d’Oudaya entre la ville de Sale et la capitale marocaine Rabat, le 27 septembre 2020. Photo par Fadel Senna / AFP via Getty Images.

La zone marécageuse remblayée, la construction de viaducs modernes et de programmes immobiliers de prestige agrémentés d’un port de plaisance a transformé le paysage le plus pittoresque de la région. Depuis 2011, une ligne de tramway complète le réseau de bus, facilitant les trajets des milliers d’habitants de la très populaire Salé employés dans la capitale voisine.

Les barques artisanales ont malgré tout gardé leurs habitués. « On respire l’air frais, on marche, c’est mieux que l’embouteillage des taxis ou la cohue du tramway », explique Tarek Skaiti pendant la courte traversée du fleuve, bien plus rapide qu’un trajet en voiture aux heures de pointe.

En fin de semaine, les quais du Bouregreg attirent des flots de promeneurs et les circuits en barque au pied des remparts de la forteresse médiévale des Oudayas, à l’embouchure du fleuve, sont un passe-temps très populaire.

-Un homme nage près de la Kasbah d’Oudaya dans la rivière Bou Regreg entre la ville de Sale et la capitale marocaine Rabat, le 27 septembre 2020. Photo par Fadel Senna / AFP via Getty Images.

Mais depuis l’ouverture de la nouvelle « Marina de Salé », des yachts à moteur proposent des tours plus chers et plus rapides, une concurrence « illégale » selon les « barcassiers ». Et des jet-skis sillonnent le fleuve à toute vitesse « sans se soucier du danger », peste Nouredine Belafiq, un patron bourru qui revendique 26 ans de métier.

Un métier d’endurance

Malgré ses efforts de séduction, Rabat reste en marge des grands circuits touristiques. Et « avec le corona, il n’y a presque plus de touristes », se désole Driss Boudy, un homme vigoureux de 62 ans qui montre, pour se présenter, sa vieille carte professionnelle.

-Pendant des décennies, les bateliers ont utilisé de l’huile de coude pour exercer leur métier, ramant leurs bateaux bleu vif, parés de coussins et de tapis et ombragés par des parasols. Photo par Fadel Senna / AFP via Getty Images.

« Nous, on fait un métier d’endurance: il faut des bras et du cœur pour bouger un bateau d’une tonne et demi avec 400 kg de passagers, surtout quand la marée est forte », plaisante son collègue, Khalid Badkhali.

Ramer, c’est toute sa vie: « j’ai essayé d’autres métiers, mais je suis toujours revenu vers le fleuve », dit ce quinquagénaire tout en soulignant que son activité précaire ne donne droit à aucune couverture sociale.

Sur les quais voisins, les chalutiers qui déchargent leurs sardines entourés par des nuées de mouettes sont le dernier vestige de ce qui fut, jusqu’au début du XXe siècle, le plus grand port fluvial du Maroc.

Appauvris par la crise sanitaire qui paralyse la vie du pays depuis plusieurs mois, les pêcheurs se sentent aussi « marginalisés » que les « barcassiers », selon Adil El Karouani.

« Beaucoup ont perdu leur emploi et certains partent clandestinement avec leurs bateaux », dans l’espoir de rallier les côtes espagnoles, assure-t-il.

Selon la presse locale, les départs clandestins depuis la côte atlantique se sont multipliés ces derniers mois, avec le renforcement de la surveillance maritime en Méditerranée.

Les tarifs pratiqués pour les traversées clandestines vont de 2000 à 4000 euros par passager.

La traversée en barque entre Rabat et Salé, elle, coûte 2,5 dirhams (environ 0,2 centimes d’euros), comme l’indique un panneau délavé, sur l’embarcadère. Le prix fixé par les autorités n’a pas changé depuis des années.

Focus sur la Chine  – Gigantesque incendie dans un laboratoire de Huawei en Chine

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ