Les marques chinoises de lait en poudre échouent toujours les tests de sécurité alimentaire

23 janvier 2018
Mis à jour: 23 janvier 2018

La Chine a été plusieurs fois secouée par des scandales impliquant des marques locales de préparations pour nourrissons à base de lait en poudre contaminé par des produits dangereux. Le plus grave scandale est survenu en 2008, lorsqu’un grand nombre de nourrissons sont tombés gravement malades ou sont même décédés à cause du lait en poudre contaminé par de la mélamine, un composant toxique.

Une décennie plus tard, la sécurité alimentaire n’est toujours pas garantie pour les produits de nombreuses grandes marques chinoises.

Pendant plusieurs jours, l’Administration de la Chine chargée des aliments et des médicaments a émis des notifications sur des producteurs de préparations pour nourrissons qui n’avaient pas passé l’inspection de sécurité alimentaire. Ce cas a été largement couvert par les médias chinois les 21 et 22 janvier.

Huit entreprises ont reçu l’ordre de réformer leurs procédés de production et de se conformer aux normes.

Les produits de la plupart de ces entreprises étaient exposés au risque de contamination. Par exemple, à l’usine de la succursale de Mengniu Dairy en Mongolie intérieure, les inspecteurs de l’Administration ont constaté que la zone réservée à l’emballage et au stockage des marchandises n’avait pas été soumise aux contrôles réguliers des bactéries de surface.

Dans la ville de Qiqihar, au nord-est du pays, les employés de la société Wissun Dairy réutilisaient plusieurs fois le matériel qui servait à tester les niveaux d’aflatoxine (un type de moisissure toxique), exposant ainsi les produits à la contamination. L’inspection a également révélé que les ingrédients qui ne se conformaient pas aux normes étaient considérés comme s’y conformant, tandis que la zone de l’atelier était infestée de vermine.

À la société YeePer Dairy, les articles de laboratoire étaient mal conservés, soit à des températures supérieures aux normes nationales, soit exposés au soleil.

Dans les cas de certains producteurs, comme Guangming Songhe dans la province du Heilongjiang, l’Administration a estimé que le « système de contrôle de sécurité alimentaire » était inadéquat, sans donner les détails.

Un bébé dans un chariot alors que sa mère choisit un lait pour bébé dans un supermarché de Haikou, dans la province du Hainan (sud de la Chine), le 7 août 2013. (STR / AFP / Getty Images)

En 2008, Mengniu et Guangming étaient parmi les sociétés qui vendaient des préparations à base de lait contaminé par de la mélamine, un produit chimique industriel toxique. Plus de 300 000 nourrissons en ont été victimes, dont un grand nombre ont eu des calculs rénaux.

Deux ans plus tard, les bébés nourris avec du lait en poudre de la marque Synutra International étaient sujets à un développement sexuel précoce.

En 2013, un distributeur de lait dans la ville de Suzhou a été soupçonné de mélanger le lait en poudre périmé avec du lait en poudre importée de Suisse, ce qui a beaucoup inquiété les parents par rapport aux conséquences de ce mélange sur la santé de leurs enfants.

Une vitrine exposant des boîtes de lait en poudre à Sydney, en Australie, le 16 février 2016. (Saeed Khan / AFP / Getty Images)

La confiance des parents chinois dans les marques locales de lait en poudre est si faible que beaucoup d’entre eux vont à l’étranger pour se procurer des marques étrangères, provoquant des pénuries dans les magasins à Hong Kong, en Australie ainsi que dans d’autres pays.

Annie Wu

Yang Yifan a contribué à ce rapport.

Version anglaise

 

RECOMMANDÉ