Un médecin en Chine puni pour avoir critiqué les hôpitaux utilisant des médicaments non éprouvés sur des patients atteints de virus

Par Nicole Hao
28 avril 2020
Mis à jour: 28 avril 2020

Le directeur adjoint d’un hôpital situé à l’épicentre de l’épidémie du virus du PCC en Chine a récemment été rétrogradé après avoir critiqué les traitements utilisés pour les patients atteints du virus en Chine.

M. Yu Xiangdong a été démis de tous ses postes de direction à l’hôpital central de Huangshi, dans la ville de Huangshi, province de Hubei, le 1er avril, après avoir écrit plusieurs articles sur les médias sociaux en février, qui ont ensuite été retirés par les censeurs d’Internet.

« J’ai publié de nombreux articles sur les médias sociaux pour discuter du traitement sous des angles académiques », a déclaré M. Yu dans une interview au journal Epoch Times. « Peut-être que mes articles ne correspondaient pas au ton [officiel des autorités] », a déclaré M. Yu Xiangdong.

M. Yu était directeur adjoint de l’hôpital central de Huangshi et directeur du département de contrôle de la qualité du groupe médical Edong. Edong Medical Group est une agence du gouvernement de la ville qui gère trois hôpitaux publics : l’hôpital central de Huangshi, l’hôpital de médecine chinoise de Huangshi et l’hôpital de santé maternelle et infantile de Huangshi.

Traitements dans les hôpitaux chinois

En tant que médecin dans la région durement touchée du Hubei, M. Yu a déclaré qu’il avait traité de nombreux patients atteints du virus du PCC depuis le début de l’épidémie.

M. Yu Xiangdong a publié début février un article intitulé « L’effondrement de la médecine basée sur les preuves », qui a été lu par plus d’un million d’internautes. Beaucoup ont publié l’article sur d’autres sites web, et l’ont archivé après que les censeurs l’ont supprimé.

Dans l’article, M. Yu explique que les hôpitaux chinois utilisent largement l’Umifenovir (un médicament antiviral non encore approuvé par la FDA), le Darunavir (parfois utilisé pour traiter le VIH/SIDA), l’Oseltamivir (utilisé pour traiter le virus de la grippe de type A et B), et une grande quantité de vitamine C pour traiter les patients atteints du virus. Mais tous ces médicaments n’ont pas été testés pour leur efficacité dans le traitement du virus du PCC.

M. Yu Xiangdong a souligné qu’un médicament ne peut être utilisé qu’après des tests répétés, tels que des expériences in vitro, des expériences sur les animaux, des essais cliniques, etc.

Mais jusqu’à présent, « je n’ai vu qu’un seul médicament qui adhère à la philosophie de la médecine basée sur les preuves, qui est le Remdesivir », a écrit M. Yu.

Le Remdesivir a été développé par la société biopharmaceutique américaine Gilead Sciences. Il s’agit d’un médicament conçu pour traiter les infections par les virus Ebola et Marburg.

Il a été efficace pour traiter certains patients atteints de covid-19, et fait actuellement l’objet d’essais cliniques.

Après le retrait de son article, M. Yu en a publié un autre, intitulé « L’absence de médecine factuelle signifie-t-elle que l’on ne peut qu’attendre de mourir ? » le 17 février.

M. Yu a déclaré que les hôpitaux chinois « abusaient de l’utilisation des médicaments antimicrobiens ».

« Ce ne sont pas des bonbons. Ce sont des médicaments. Chaque médicament a son effet toxique », a-t-il écrit.

M. Yu a mentionné que les hôpitaux chinois utilisent aussi largement le Lopinavir/Ritonavir, un médicament utilisé pour traiter le VIH/SIDA, sur les patients atteints de covid-19.

« D’après les observations cliniques, nous pouvons voir que le Lopinavir/Ritonavir peut provoquer des diarrhées et de graves lésions hépatiques. On ignore s’il peut traiter le coronavirus », a écrit M. Yu.

Il a ensuite suggéré : « L’oxygénothérapie, un bon repos, une alimentation suffisante, un réconfort et un soutien, une bonne information, respecter la posologie des médicaments, une surveillance étroite et une quarantaine, voilà le genre de traitements que la médecine moderne peut offrir aux patients. »

Les gens attendent de passer le test de dépistage du virus du PCC à l’hôpital n °8 de Wuhan, en Chine, le 10 avril 2020. (Noel Celis/AFP via Getty Images)

Dans un autre article publié le 18 février, M. Yu a passé en revue les épidémies qui se sont produites au cours de l’histoire de l’humanité et celles qui ont été contenues grâce à l’utilisation de médicaments et de vaccins.

M. Yu a expliqué que les médicaments que les hôpitaux chinois utilisent actuellement peuvent avoir de graves effets secondaires lorsqu’ils sont administrés à fortes doses : « Les médicaments hormonaux peuvent provoquer une nécrose avasculaire de la tête fémorale. Les antibiotiques peuvent entraîner des doubles infections. Les médicaments antiviraux peuvent endommager le système gastro-intestinal. Le plasma [provenant de patients guéris, qui est parfois utilisé pour traiter des patients atteints du covid-19 gravement malades] peut propager d’autres microbes. De nombreux autres médicaments endommagent également le foie et les reins. »

Effets secondaires des médicaments

Les médias chinois ont enregistré des exemples de certains patients atteints du virus qui ont eu de graves effets secondaires après leur traitement.

Le journal d’État Health Times a rapporté le 19 avril que Hu Weifeng et Yi Fan, deux médecins de l’hôpital central de Wuhan, se sont remis du covid-19.

MM. Hu et Yi ont été infectés il y a plus de deux mois, et ont été traités dans une unité de soins intensifs (ICU) et placés sous respirateur artificiel.

Au cours de l’entretien, la couleur de la peau de MM. Hu et Yi était visiblement très foncée.

Hu Weifeng et Yi Fan, deux médecins de l’hôpital central de Wuhan, ont la peau foncée après avoir été guéris du virus du PCC à Wuhan, en Chine, le 18 avril 2020. (capture d’écran)

Song Jianxin, directeur du département des infections à l’hôpital de Wuhan Tongji, a expliqué que la plupart des patients dans un état critique avaient le même effet secondaire, la peau devenant foncée, pelant et craquelant.

Les médecins de l’hôpital général de Hubei ont expliqué que cela était dû à des dommages au foie, à la suite de médicaments que les patients prennent pour être soignés du virus et à l’interaction entre les multiples organes qui ont été endommagés par la détresse respiratoire.

« Le fer est métabolisé et stocké par le foie. Lorsque le foie ne fonctionne pas bien, le fer pénètre dans le sang, ce qui peut entraîner un assombrissement de la peau », a déclaré un médecin.

Le rapport n’a pas précisé quels étaient les médicaments utilisés par MM. Hu et Yi.

Le chercheur Wang Fusheng et son équipe du cinquième centre médical de l’hôpital général de PLA (un hôpital militaire) ont publié une étude dans The Lancet le 4 mars, qui a révélé que « 2 à 11 % des patients atteints de covid-19 avaient des comorbidités hépatiques […] Les patients atteints de covid-19 sévère semblent avoir des taux plus élevés de dysfonctionnement hépatique ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ