Condamner à la peine de mort ceux qui refusent le vaccin, une idée qui séduit Pékin

Par Shawn Lin
3 novembre 2021
Mis à jour: 24 novembre 2021

Les autorités chinoises ont commencé à promouvoir un discours qui menace de « peine de mort » les personnes refusant de coopérer avec la sévère politique nationale du « zéro COVID-19 ».

Le 24 octobre, le Conseil d’État du Parti communiste chinois (PCC) a indiqué que, depuis le 17 octobre, des foyers épidémiques du variant Delta étaient détectés ici et là et progressaient à travers le pays. Le phénomène semble s’expliquer par le fait que de nombreuses personnes infectées ont voyagé d’une région à l’autre, augmentant ainsi la propagation du virus. La source réelle de la propagation fait toujours l’objet d’une enquête.

Quatre jours plus tard, le Comité de la santé du PCC a annoncé que variant Delta était présent dans plus d’une dizaine de provinces près de Pékin. Cela comprend notamment le Zhejiang, le Henan, le Fujian, le Hubei, la Mongolie intérieure, le Shandong, le Sichuan et autres. Au total, 701 cas actifs ont été confirmés dans tout le pays ce jour-là.

Le retour apparemment agressif du virus à Pékin a suscité l’inquiétude des autorités locales, qui ont été amenées à faire des déclarations sur la manière dont elles entendaient remédier à la situation, en recourant parfois à des mesures menaçantes. Les autorités municipales redoublent d’efforts pour mettre en œuvre leur politique « zéro COVID » à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin.

Le 28 octobre, le média officiel du PCC, CCTV, citait un article dans lequel un avocat aurait avancé que « la violation des règlements de prévention des épidémies constitue un crime punissable qui pourrait justifier la peine de mort ».

L’avocat cité, Zhao Zong, travaille pour le cabinet d’avocats Zhongwen de Pékin. Il estime que toute personne qui sait ou soupçonne qu’elle est contagieuse ou qui a été en contact étroit avec une personne infectée doit légalement se conformer aux directives de quarantaine. Si elle ne le fait pas, l’acte de mise en danger de la sécurité publique constitue un crime punissable qui pourrait justifier la peine de mort.

Voici quelques-unes des mesures déjà promulguées par le régime : aucun déplacement inutile en dehors de la capitale ; les déplacements entre provinces sont suspendus ; tous les centres d’activités sont fermés, y compris les salles d’échecs et de poker ; les vaccinations obligatoires, y compris pour les enfants dès l’âge de 3 ans. Les autorités ont également lancé une troisième dose de rappel pour le personnel clé, qui doit les accepter pour conserver son emploi.

Des personnes font la queue pour recevoir une injection de rappel du vaccin contre le COVID-19 dans une tente installée à l’extérieur d’un centre commercial à Pékin, le 1er novembre 2021. (Greg Baker/AFP via Getty Images)

Le 28 octobre, deux trains à grande vitesse en direction de Pékin ont été soudainement arrêtés parce qu’un membre de leur équipage aurait été en contact étroit avec une personne contagieuse. L’un des trains était le G14 transportant 212 personnes en provenance de Shanghai. À mi-chemin, le Bureau des chemins de fer de Pékin a ordonné l’arrêt du train à la gare de Jinan West, dans la province de Shandong. Toutes les personnes à bord ont été immédiatement évacuées et transférées vers un site d’isolement pour une mise en quarantaine centralisée et une observation médicale.

Plus tard dans l’après-midi, le train G108 transportant 134 personnes de Jiaxing à la gare du Sud de Pékin a également été arrêté par le Bureau des chemins de fer de Pékin. Toutes les personnes à bord ont été mises en quarantaine. Les premiers tests de dépistage du COVID-19 effectués sur les 346 passagers et membres d’équipage des deux trains se sont tous révélés négatifs pour le COVID-19.

Deux trains à grande vitesse en direction de Pékin ont été soudainement arrêtés parce qu’un membre de leur équipage était soupçonné d’avoir été en contact étroit avec un patient atteint du virus COVID-19, le 28 octobre 2021. (Peter Parks/AFP/Getty Images)

La réponse rapide et agressive dans ces deux incidents révèle le degré de tension des autorités dans leur volonté d’éradiquer le COVID-19 dans la capitale.

Un blogueur vidéo qui produit le programme « Cold Eyes on Finance » (Regard froid sur les finances) a commenté que le modèle d’élimination du COVID-19 du PCC est devenu de manière encore plus scandaleuse un modèle de « camps de concentration partout », et que les autorités sont devenues « de plus en plus perverses », dépouillant le peuple chinois de ses droits humains. Si vous osez ne pas coopérer, vous pouvez être emprisonné immédiatement.

Le nombre de cas de virus confirmés par le PCC peut sembler faible, mais « il n’y a aucune transparence, donc les rapports ne sont pas crédibles », a-t-il ajouté. « Bien qu’il n’y ait que quelques dizaines de cas par jour, ils [les autorités] bouleversent la vie de 1,4 milliard de Chinois. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ