La meilleure façon de dire « non »

Il peut être gênant de refuser une offre ou une demande, mais c'est essentiel pour notre bien-être.
Par Hilary Barnett
10 juin 2021
Mis à jour: 10 juin 2021

Mon enfant de 3 ans est meilleur que moi pour certaines choses. Oui, c’est difficile à admettre. Je me concentre si souvent sur ce que je dois enseigner à ma fille qu’il est facile de négliger ce qu’elle m’enseigne.

Un jour, alors que nous déjeunions, je lui ai demandé si elle voulait sa viande préférée, le salami. De sa bouche sont sortis deux mots que je ne l’avais jamais entendus prononcer auparavant : « Non, merci. » En levant la mâchoire, je lui ai demandé où elle avait entendu ça. « De moi-même, Maman. »

Cela semble correct, puisqu’elle ne l’avait certainement pas entendu de moi.

La nonchalance avec laquelle elle a dit ces trois mots m’a frappée. Elle l’a dit, purement et simplement, sans attaches, sans bagage émotionnel derrière.

Elle n’a pas dit : « Oh, je suis désolée, mais je n’ai pas envie de salami aujourd’hui, j’espère que ça ne te dérange pas. »

Elle n’a pas dit : « Je ne suis pas sûre, laisse-moi réfléchir à l’option salami et je te recontacterai dans quelque temps. »

Elle n’a pas dit : « Pas vraiment, mais si tu veux que je prenne le salami, je pense que je le ferai. »

Elle m’a entendu dire chacune de ces phrases trop de fois pour les compter.

Quelque chose me dit que si vous êtes quelqu’un qui prend des risques, aime l’aventure et investit dans les gens, alors vous pourriez vous retrouver à les dire assez souvent aussi.

Nous devons reconsidérer le pouvoir de dire « non, merci ».

Je ne recommanderais pas de dire simplement non – c’est tout simplement impoli. Si vous vivez dans le Sud comme moi, vous ne vous en sortirez pas avec ce type de comportement si vous voulez avoir des amis.

Mais « non, merci », ça sonne bien, n’est-ce pas ?

Il ajoute une touche de civilité à l’ensemble de l’interaction et permet à l’autre partie de savoir que vous appréciez au moins l’offre.

Malheureusement, même cette déclaration parfaitement affable est devenue taboue dans notre culture.

Nous avons oublié comment la dire et nous la laissons simplement de côté. On la laisse planer dans l’air et on se délecte de la gêne qu’elle engendre inévitablement.

Nous devons le justifier, donner nos raisons, énumérer notre liste d’obligations. Ce désir constant de rendre tout le monde heureux autour de nous nous tue et nous fait courir dans mille directions différentes.

Dans la vie, dans les affaires, dans la créativité, dans les relations, dire non est vital. Sans cela, nous ne pouvons pas dire oui à ce qui compte vraiment. Nous ne pouvons rien simplifier.

Comment dire « non, merci » plus souvent ?

1. Connaissez vos valeurs

Les valeurs ne sont pas seulement des choses que la majorité morale aimait brandir dans les années 80. Même si vous ne pensez pas en avoir, vous en avez. Votre calendrier et votre relevé bancaire vous donneront une assez bonne idée de ce qu’elles sont.

Une fois que vous les connaissez, vous pouvez décider si elles vous mènent là où vous voulez aller. Si vous ne savez pas ce qui compte le plus pour vous, s’il n’y a pas de véritable nord, alors savoir quand vous devez dire oui ou non sera une tâche ardue.

2. Soyez conscient de la période dans laquelle vous vous trouvez en ce moment

Venez-vous de créer une nouvelle entreprise ? Vous avez un nouveau bébé ? Êtes-vous en train d’avancer à toute allure dans un projet ou de naviguer au gré de la brise ?

Prenez un moment pour évaluer où vous en êtes et permettez à vos valeurs de le refléter. Parfois, « non, merci » peut simplement signifier « pas maintenant ».

3. Identifiez ce qui vous épuise et ce qui vous ressource

Il est important de se poser souvent cette question. Elle s’applique à tous les domaines. Quelles personnes dans votre vie sont encourageantes, utiles et fiables ?

Quels sont les clients avec lesquels vous aimez travailler ? Quels sont les projets sur lesquels vous aimez tant travailler que vous n’arrivez pas à croire que le temps passe si vite lorsque vous êtes dans le feu de l’action ? Concentrez-vous sur ces choses, et commencez à dire « non, merci » au reste.

4. Concentrez-vous sur l’endroit où vous voulez aller

Visualisez votre vie dans cinq ans. Où serez-vous ? Avec qui êtes-vous ? Sur quoi travaillez-vous ? Comment passez-vous votre temps libre ?

Une fois que vous savez où vous allez, vous pouvez beaucoup plus facilement identifier ce qui vous aide et ce qui vous freine. Vous pourrez alors dire adieu aux choses qui vous empêchent d’avancer vers cet avenir.

Entraînons-nous tous ensemble. Dites-le avec moi maintenant, à voix haute. « Non, merci. »

Dites-le dans le miroir pendant que vous vous brossez les dents. Dites-le pendant que vous promenez le chien. Avant de devoir le dire à quelqu’un dans la vraie vie, laissez les mots rouler dans votre bouche. Mettez-vous à l’aise.

Alors essayez-le. Dites-le à quelqu’un, et attendez. Voyez ce qui se passe. Quelque chose me dit qu’ils seront moins déçus ou blessés que vous ne l’aviez imaginé, et vous pourriez ressentir un nouveau sentiment d’exaltation et de détermination.

Et surtout, vous serez désormais capable de dire OUI à ce qui compte vraiment.

Hilary Barnett vit et travaille à Nashville, dans le Tennessee, avec son mari, ses deux filles et son terrier de Boston. Elle écrit professionnellement depuis 2008 et publie actuellement son premier livre, intitulé The Good Enough Mother : Reimagining Motherhood and Work (la mère suffisamment bonne : réimaginer la maternité et le travail) ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ