Mensonges à Wuhan entourant la recherche sur les gains de fonction : les États-Unis devraient déclassifier leurs informations dès maintenant

Par Anders Corr
27 mai 2021
Mis à jour: 28 mai 2021

De nouveaux détails sur la recherche de gain de fonction* virologique en Chine, insuffisamment réglementée, et les omissions factuelles de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), qui a secrètement collaboré avec l’armée chinoise, sont suffisamment inquiétants pour exiger, premièrement, que la collaboration scientifique avec le pays totalitaire cesse et, deuxièmement, que le président Biden déclassifie immédiatement les informations sur la source du virus.

Le 24 mai, le Wall Street Journal a rapporté des détails sur la recherche de gain de fonction* et la dissimulation apparente du laboratoire chinois, ainsi que sur les préoccupations des scientifiques occidentaux concernant le laxisme des normes, qui mettent en évidence le danger de toute collaboration dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) avec un pays qui a menacé de faire la guerre aux États-Unis et à ses alliés, notamment Taïwan et les Philippines, qui mène un génocide et qui a libéré un virus qui a tué 590 000 Américains et près de 3,5 millions de personnes dans le monde.

* Selon la National Library of Medicine des États-Unis, la recherche sur le gain de fonction, souvent appelé simplement GOF, « implique une expérimentation qui vise ou devrait augmenter la transmissibilité et / ou la virulence des agents pathogènes ». Autrement dit, c’est une mutation qui confère une activité nouvelle ou améliorée à une protéine ou un agent pathogène.

Oui, il devrait y avoir un examen complet des laboratoires, non seulement du WIV, mais aussi des autres laboratoires de virologie chinois. Exiger autant est une évidence, mais les États-Unis ont manqué à leur devoir de protéger leurs citoyens par la transparence. L’Union européenne, au moins, a demandé une enquête sur l’hypothèse de la fuite du laboratoire le 25 mai.

Les démocrates, tant à la Maison-Blanche que par leur contrôle du Congrès, font obstacle à la divulgation au public de renseignements essentiels sur le WIV. Ces renseignements sont nécessaires pour faire la lumière sur les soupçons concernant une fuite en laboratoire du virus SRAS-CoV-2 qui cause la maladie Covid-19.

En avril, les sénateurs Josh Hawley (Parti républicain, Missouri) et Mike Braun (Parti républicain, Indiana) ont présenté le Covid-19 Origin Act of 2021 pour forcer l’administration Biden à déclassifier les renseignements pertinents. Mais cette loi a peu d’espoir de passer devant le Congrès contrôlé par les démocrates. Il faudra peut-être attendre les élections de mi-mandat en 2022 pour que le Congrès puisse arracher un minimum de satisfaction au président.

En attendant, et l’achèvement d’une enquête complète à la satisfaction des plus grands virologues du monde, l’Amérique doit prendre des mesures pour se protéger. La coopération des entreprises américaines avec la Chine dans le domaine des STEM, y compris les entreprises, les universités et les universitaires, doit cesser.

Le manque de transparence scientifique de base de la Chine sur le SRAS-CoV-2 prouve que, pour l’instant du moins, le pays ne respecte pas l’éthique scientifique la plus fondamentale, et encore moins l’éthique contre le génocide, et n’est donc pas apte à la collaboration scientifique internationale sur les pathogènes dangereux.

L’immense pouvoir de la pandémie de tuer des millions de personnes et de ralentir l’économie mondiale, ainsi que les liens militaires et le manque de transparence de la WIV, montrent que le président Biden et le Congrès à majorité démocrate doivent cesser de faire obstacle aux tentatives d’enquête des sénateurs républicains et commencer à déclassifier les informations. La collaboration des STEM avec la Chine devrait entre-temps cesser jusqu’à ce que le pays devienne moins agressif sur le plan international et revienne à des pratiques scientifiques et politiques éthiques et transparentes.

Le fait de ne pas prendre les plus grandes précautions contre l’élan scientifique hors de contrôle du régime chinois est une négligence de notre propre gouvernement et un manquement scandaleux à son devoir de protéger le public américain.

Anders Corr est titulaire d’un BA/MA en sciences politiques de l’université de Yale (2001) et d’un doctorat en administration de l’université de Harvard (2008). Il est directeur de Corr Analytics Inc. et éditeur du Journal of Political Risk, et a mené des recherches approfondies en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Il est l’auteur de The Concentration of Power (à paraître en 2021) et de No Trespassing, et a édité Great Powers, Grand Strategies.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ