Une mère atteinte d’une infection refuse de suivre les conseils des médecins d’avorter des jumeaux et donne naissance à deux garçons en bonne santé

Par Louise Bevan
2 août 2020
Mis à jour: 2 août 2020

Hannah Morris, une future maman, s’est vu recommander à plusieurs reprises l’avortement après avoir perdu ses eaux à seulement 16 semaines, mais elle a refusé. Sentant qu’elle recevait des soins inadéquats et des conseils « ignorants », Hannah est restée ferme ; à terme, elle a donné naissance à des jumeaux en bonne santé.

Aujourd’hui, cette mère de trois enfants, originaire de la ville de Washington, dans le comté de Durham, en Angleterre, partage son histoire dans l’espoir de donner à d’autres femmes la possibilité de décider par elles-mêmes.

Hannah, 27 ans, et son partenaire, Mark King, 30 ans, étaient aux anges lorsqu’ils ont découvert qu’ils attendaient des jumeaux en janvier 2016. À peine 12 semaines après le début de sa grossesse, elle a contracté l’E. coli, mais elle était asymptomatique ; on ne lui a pas proposé d’antibiotiques.

Son infirmière lui a recommandé de laisser son corps « combattre l’infection par lui-même », a déclaré la mère à The Sun. « Je n’y ai plus pensé jusqu’à quelques semaines plus tard, quand j’ai perdu les eaux », a-t-elle poursuivi. « C’était vraiment traumatisant. »

On lui a alors diagnostiqué une rupture prématurée des membranes, autrement connue sous le nom de RPM, lorsqu’une de ses poches amniotiques a éclaté 24 semaines trop tôt, et l’autre a éclaté en fait 3 semaines plus tard. Elle a été transportée d’urgence à l’hôpital royal de Bolton, et les médecins lui ont annoncé la nouvelle déchirante qu’aucun des ses bébés ne survivrait.

« J’ai posé un million de questions », se souvient Hannah. Les deux bébés étaient exposés à un risque d’infection et le développement de leurs organes était compromis, et l’interruption de grossesse était la seule option saine, ont-ils déclaré.

(Illustration – Allo4e4ka/Shutterstock)

La RPM se présente dans environ 3 % des grossesses, selon les centres américains de droit de l’enfance et de la maternité. Sans la protection du liquide amniotique, le bébé à naître devient beaucoup plus vulnérable aux infections et aux problèmes de compression du cordon ombilical, entre autres complications sanitaires graves.

Elle a admis ne rien savoir de la RPM à l’époque, mais son instinct lui a dit de refuser les conseils de ses médecins et de poursuivre sa grossesse. « Si je dois les perdre, je les perdrai naturellement, et je laisse la nature suivre son cours », a-t-elle déclaré.

Hannah et Mark ont reçu une chambre privée, où aucun personnel médical ne s’est rendu pendant 48 heures. Cependant, Hannah n’a pas fait de fausse couche. Une échographie deux jours plus tard a révélé que les deux bébés étaient en bonne santé, et le couple a été renvoyé à la maison.

Se sentant déçue par le système de santé national (NHS), Hannah a contacté l’organisation bénévole Little Heartbeats pour obtenir des conseils. Elle est restée alitée et buvait jusqu’à 8 litres d’eau par jour pour que ses bébés restent hydratés en l’absence de liquide amniotique suffisant.

Mais les médecins d’Hannah, évaluant l’échographie à la 24e semaine, ont recommandé une fois de plus l’interruption de grossesse. Les membres des bébés risquaient de fusionner si Hannah poursuivait sa grossesse, ont-ils déclaré. Hannah a refusé une nouvelle fois leur conseil.

(Illustration – Kristina Bessolova/Shutterstock)

Puis, elle a atteint 34 semaines et a accouché des deux bébés garçons par césarienne. Le bébé Alfie pesait 1,8 kg et était né avec des trous dans le cœur ; le bébé George pesait 2,4 kg et avait un système immunitaire affaibli. Mais les deux jumeaux avaient survécu, et ils devenaient de plus en plus forts au fil des jours.

« Ramener nos garçons à la maison fut incroyable », se souvient Hannah, en parlant au Sun. « Rien que de savoir que nous avions raison et avions pris la bonne décision pour nos enfants. « 

Après l’épreuve de sa grossesse, Hannah a désapprouvé l’abandon répété de ses médecins face aux problèmes qu’ont subis ses enfants durant la grossesse. « Il était plus facile de dire qu’il fallait se débarrasser des bébés que de traiter réellement la RPM », a-t-elle dit. « Beaucoup de médecins n’avaient aucune idée de ce qu’ils devaient faire avec moi. »

« Je comprends que les médecins étaient soumis à une pression énorme », a déclaré Hannah au Daily Mail, « si j’avais écouté ces gens, j’aurais mis fin à ma grossesse et mes fils ne seraient pas là aujourd’hui. C’est bouleversant […] Tout retombe sur cette seule sage-femme qui ne me traite pas pour l’infection. »

Aujourd’hui, Hannah est soulagée d’avoir fait confiance à son instinct et d’avoir protégé ses bébés. Grâce à sa décision, elle est maintenant la fière mère de deux jumeaux de 2 ans, George et Alfie, et a la possibilité de sensibiliser d’autres parents sur la RPM.

« Votre enfant peut survivre à cela », a-t-elle déclaré. « Ils peuvent être mal en point à la fin, mais ils peuvent surmonter l’épreuve. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ