Une mère endeuillée de son fils reçoit la visite d’un papillon : « J’ai vraiment senti que c’était un signe du Ciel ! »

Par Daksha Devnani
17 août 2021
Mis à jour: 17 août 2021

Un jour après la mort de son fils, une mère en deuil a aperçu un Monarque à seulement 10 mètres d’elle. Se souvenant qu’une amie lui avait dit qu’un Monarque pouvait être le signe d’un être cher qui essaie de communiquer, elle lui a demandé de se poser sur sa main, ce qu’il a immédiatement fait.

« J’étais complètement abasourdie », a déclaré Ann Brigham Chrudinsky, 58 ans, au journaliste d’Epoch Times par courrier électronique. « J’ai vraiment senti que c’était un signe de Dieu. »

Le Monarque qui s’est posé sur la main de la maman endeuillée de son fils. (Avec l’aimable autorisation d’Ann Brigham Chrudinsky)

Mme Chrudinsky, originaire de la ville rurale de Tomahawk, dans le nord du Wisconsin, a perdu son fils de 23 ans, Ben, qui s’est suicidé le 3 juillet 2019, après avoir mené un dur combat contre l’alcoolisme et la dépression.

Un soir en promenant son chien, après le décès de son fils, la mère de deux enfants n’a pu retenir ses larmes lorsqu’elle a vu un Grand monarque s’envoler dans la lumière dorée du soleil couchant.

Lorsque la nouvelle du décès de son fils s’est répandue, une amie a publié sur Facebook que voir un Monarque signifiait qu’un être cher était proche.

Cependant, Mme Chrudinsky a choisi d’ignorer ce sentiment et a pensé que cette personne lui offrait simplement des paroles réconfortantes.

Ben avec son chien, Maggie. (Avec l’aimable autorisation d’Ann Brigham Chrudinsky)

Choisissant de ne pas s’avancer davantage, elle s’est contentée de dire à haute voix : « Si tu es avec Ben, atterris sur ma main », et elle a levé sa main au-dessus de la taille, le coude plié, légèrement éloigné de son corps.

« Il a volé directement vers ma main et s’est posé », a déclaré Mme Chrudinsky.

Sachant que les gens ne la croiraient peut-être pas, Mme Chrudinsky a demandé au papillon de rester sur sa main. Après avoir pris deux photos, elle a remercié le papillon qui s’est alors envolé.

Touchée par ce qu’elle a vu, Ann Chrudinsky, en larmes, a partagé ce récit émouvant avec l’ancienne fiancée de Ben.

« Je crois que Dieu permet ces signes pour nous aider à traverser le deuil, a déclaré Mme Chrudinsky. Merci à Dieu pour les beaux indices et les rappels qu’il nous donne. »

Après cela, raconte-t-elle, elle n’a plus jamais eu une expérience similaire avec un papillon.

Mme Chrudinsky, qui se qualifie elle-même d’« écrivain à dessein », a grandi à New London, dans le Wisconsin. Cependant, après la fin traumatisante de son mariage en 1998, elle a déménagé avec ses deux fils à Northwoods pour prendre un nouveau départ.

Au fil des ans, elle a travaillé comme journaliste pour un quotidien régional, comme rédactrice en chef d’un hebdomadaire local, comme directrice générale et directrice de la publicité d’un journal, et comme rédactrice de demandes de subventions.

Ben avec sa mère lors de sa remise de diplôme au lycée. (Avec l’aimable autorisation d’Ann Brigham Chrudinsky)

Ann Chrudinsky partageait un grand lien avec Ben. Tous deux allaient au cinéma ensemble, se promenaient, dessinaient et écrivaient, et se laissaient des mots écrits à la main pour exprimer leur amour l’un pour l’autre.

Ben, comme le décrit Mme Chrudinsky, était extrêmement intelligent, un artiste doué, un défenseur de ses droits, un fils dévoué avec un grand sens de l’humour, et quelqu’un qui aimait profondément ses amis.

Cependant, lorsque Mme Chrudinsky a appris l’ampleur de sa dépendance, « elle était déjà totale et destructrice pour sa vie », affirme-t-elle.

« Il a suivi une sérieuse thérapie et s’est fait soigner. Sa sobriété n’a malheureusement duré que deux semaines, alors qu’il essayait de s’en sortir en serrant les dents car, comme tout jeune homme de 23 ans, il voulait juste être avec ses amis et mener une vie normale. »

Ann Chrudinsky avec un portrait de Ben. (Avec l’aimable autorisation d’Ann Brigham Chrudinsky)

Bien qu’il ait tenu compte des conseils de sa mère pour équilibrer son microbiome intestinal, et qu’il ait même commencé à faire des progrès en se tenant à l’écart de la consommation d’alcool, ainsi qu’en se couchant à une heure fixe et en se levant avant le lever du soleil pour travailler à un poste qu’il aimait, il n’a pas pu tenir longtemps et a fini par échapper à tout contrôle.

« Je ne savais pas qu’il avait recommencé à boire beaucoup jusqu’à ce qu’il soit trop tard », a précisé Mme Chrudinsky.

Depuis que son fils s’est suicidé, Mme Chrudinsky déclare que son « désir le plus cher est d’éviter que les familles n’aient à subir la perte d’un être cher par suicide car ils estiment qu’il n’y a pas d’autre issue ».

Après son expérience avec le Grand monarque, elle exhorte les gens à prêter attention aux petites choses qu’elle qualifie de « petits signes » autour d’eux.

« Le vent dans les arbres quand il n’y a pas d’autres arbres qui se balancent, par exemple, ou la libellule qui semble voltiger longtemps autour de vous avant de s’envoler… ces choses peuvent être des coïncidences, mais c’est réconfortant, a déclaré Ann Chrudinsky. Acceptez-les, et ne laissez personne d’autre vous dire que vous vous accrochez à n’importe quoi pour ne pas vous détacher d’un être cher. »

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ