Une météo extrême frappe Pékin lors de la réunion politique annuelle du régime chinois

Par Nicole Hao
23 mai 2020
Mis à jour: 23 mai 2020

Jeudi après-midi, le ciel s’est soudainement assombri à Pékin, avant la plus importante série de réunions politiques annuelles du régime chinois dans la ville.

« Le tonnerre grondait. Le vent soufflait violemment. Le ciel était très sombre […] Je n’ai jamais vu cela de ma vie », a déclaré Chen Bingzhong, 87 ans, ancien directeur du centre d’éducation sanitaire de Chine. Chen est né et a grandi à Pékin et y a passé la plus grande partie de sa vie.

« C’est effrayant et horrible… C’est comme une alerte de Dieu », a déclaré Chen à l’édition chinoise d’Epoch Times. M. Chen a déclaré qu’il croyait que le divin avait lancé un mauvais temps sur la région pour faire réfléchir le Parti communiste chinois (PCC) sur ses méfaits, mais n’a pas précisé quels étaient les méfaits qu’il pensait avoir été perpétrés par les autorités de Pékin.

Environ 3 000 délégués de toute la Chine sont à Pékin pour la session annuelle de l’assemblée législative du pays – l’Assemblée populaire nationale (APN) – et de son organe consultatif – la Conférence consultative politique du peuple chinois (CPPCC) – afin d’adopter des politiques et des programmes. Plus de 5 000 délégués de tout le pays y participent généralement.

Les deux réunions, appelées familièrement en chinois « Lianghui« , ce qui se traduit par « deux réunions », ont été retardées de plus de deux mois en raison de la pandémie du virus du PCC*. La session dure généralement 12 jours, mais elle sera raccourcie cette année et se terminera le 28 mai.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le jeudi a marqué la session d’ouverture de la CPPCC, et le vendredi la session d’ouverture de l’APN.

Jeudi dans l’après-midi, lorsque la réunion de la CPPCC a commencé à 15 heures, la ville Pékin semblait enveloppée par l’obscurité, car les lampadaires des rues n’étaient pas encore allumés alors que le ciel s’était soudainement assombri.

À 15 h 30, la foudre et le tonnerre ont frappé, suivis de fortes pluies. Le temps violent a duré jusqu’à 16 heures, après quoi la lumière du jour est revenue.

La banlieue de Pékin a connu un ciel moins sombre, mais a tout de même vu de fortes pluies, ainsi que de la grêle.

Inondations à Guangzhou

Vendredi, lors de la cérémonie d’ouverture de l’APN à Pékin, la ville de Guangzhou, dans le sud de la Chine, a été inondée.

La pluie a commencé à tomber dans la région tard jeudi, et dès vendredi matin, l’eau de pluie inondait les tunnels de la ligne 13 du métro, ce qui a incité la compagnie de métro de Guangzhou à annoncer l’arrêt du service de la ligne.

Les districts de Huangpu et de Zengcheng à Guangzhou ont annoncé vendredi la fermeture de toutes les écoles maternelles, primaires, secondaires et collèges.

Des vidéos que la population locale a partagées sur les plateformes de médias sociaux montrent que l’inondation a presque atteint le toit des berlines.

L’inondation dans le district de Huangpu a été grave. L’eau de pluie a inondé les appartements des habitants du premier étage ainsi que les voitures qui stationnaient dans les rues.

Dans d’autres districts, l’inondation des rues a atteint une hauteur d’environ 63,5 cm dans certains quartiers.

Grêle à Shandong et Chongqing

Des grêlons ont été signalés plusieurs jours avant « Lianghui » dans la province orientale du Shandong, le 17 mai, et dans la ville de Chongqing, dans l’ouest de la Chine, le 18 mai.

Plus précisément, le soir du 17 mai, Yantai, Qingdao, Weifang et Weihai de la province de Shandong ont signalé la présence de grêle dans leurs villes. La grêle a détruit les terres des agriculteurs, et la plus grosse grêle aurait atteint la taille d’un œuf de poule.

Le lendemain, dans l’après-midi du 18 mai, le district de Wulong, dans la ville de Chongqing, a signalé la présence de grêle.

Il y a de la grêle tous les ans en Chine. Mais la taille de la grêle est normalement aussi grande qu’une arachide. De temps en temps, des rapports indiquent que les plus gros grêlons atteignent une taille d’œufs de caille.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC », parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ