La méthode chinoise pour guérir du virus de Wuhan pourrait être essayée en Occident

Par Diana Zhang
4 avril 2020
Mis à jour: 24 juin 2020

L’Occident cherche des moyens de combattre le virus de Wuhan, pourtant l’histoire nous donne peut-être des indications sur ce qu’il faudrait faire.

Il y a quelques années, j’ai été profondément impressionné par le tableau « La peste à Rome » de Jules Elie Delaunay.

Cette œuvre dépeint comment la vengeance divine a amené la peste à Rome. Les gens atteints par la peste gisent à l’agonie dans les rues, tandis qu’un bon ange ordonne à un mauvais ange de frapper de son épieu les portes des maisons où la peste doit entrer.

L’artiste s’est inspiré d’un passage de la Légende dorée de Jacobus de Voragine, datant du XIIIe siècle : « Alors un bon ange apparut…, ordonnant au mauvais ange qui le suivait et qui avait un épieu à la main, de frapper et d’exterminer. Or, autant de fois il frappait une maison, autant il y avait de morts à enterrer. »

L’histoire rapporte que pendant ces épidémies de peste, parfois une famille entière périssait à l’exception d’une seule personne. Le survivant prenait dans ses bras un cadavre et suppliait la mort de le prendre lui aussi, mais il n’a jamais été infecté. Ainsi, tout comme sur le tableau de Jules Elie Delaunay, dans la vie réelle la peste semblait choisir ses victimes.

Cette ancienne compréhension présumait que le monde avait des valeurs morales : le bien était rétribué par le bien, et le mal par le mal.

Tout comme en Occident, les anciens Chinois croyaient que les virus et la peste avaient des yeux et choisissaient leurs victimes. Ils ciblaient les personnes qui avaient commis des méfaits.

Les anciens empereurs chinois plaidaient humblement auprès du Divin, promettant de corriger leurs propres erreurs et méfaits en demandant que leur peuple ne soit pas puni. En admettant leurs erreurs, ces empereurs cherchaient à rejeter et à abandonner ce qui était mauvais dans leur conduite et à se conformer à un critère plus droit. À maintes reprises, cela a effectivement mis fin aux désastres. Souvent, des personnes au bon cœur survivaient à la peste.

Aujourd’hui, en Chine, il y a également de nombreuses personnes qui cherchent, comme les anciens empereurs, à changer leur destin en rejetant ce qui est mauvais et en reconnaissant ce qui est bon.

En particulier, certains se téléphonent et se rappellent les uns les autres de l’importance de se retirer d’urgence de toute affiliation au Parti communiste chinois (PCC).

Ce Parti règne sur la Chine depuis plus de 70 ans, et chaque famille en Chine a une histoire à raconter au sujet des souffrances qu’elle a endurées sous son règne. Le bilan de ce règne s’élève à 65 millions de morts non naturelles (selon le Livre noir du communisme – d’autres estimations sont plus élevées, et d’autres plus basses), l’expropriation forcée de terres et d’entreprises, le lavage de cerveau du peuple entier par la doctrine communiste, la destruction de la culture traditionnelle chinoise et bien plus encore.

Garder le silence face au mal abominable apporté par le PCC équivaut à en être complice. En condamnant ce Parti, on rejette le mal.

L’idée que l’on peut se sauver en rejetant le mal est bien répandue également dans la littérature occidentale. Prenez, par exemple, Le Seigneur des Anneaux. Quiconque communiquait avec le puissant Sauron maléfique devenait corrompu dans son âme. Et une âme corrompue et malade ne peut que produire un corps corrompu et malade.

En effet, certaines personnes en Chine se sont remises du virus du PCC après avoir condamné ce Parti.

On peut voir le même phénomène se produire à grande échelle à Taïwan et à Hong Kong. Lors des récentes élections nationales à Taïwan, une majorité écrasante de Taïwanais a rejeté le resserrement des liens entre leur pays et l’État-Parti chinois. Et Taïwan a connu un nombre étonnamment bas de cas d’infection par ce virus.

De même, durant plusieurs mois, les Hongkongais ont manifesté en masse dans le but de rejeter le contrôle du PCC – et il y a relativement peu de cas d’infection à Hong Kong.

Les personnes qui condamnent le PCC et se remettent du virus, ou celles qui rejettent ce Parti maléfique à Hong Kong ou à Taïwan et qui ne sont pas infectées, pourraient sembler bien loin de nous, les Occidentaux. Cependant, en cette époque de mondialisation, nous sommes en fait plus proches du PCC qu’on ne pourrait l’imaginer – ce Parti qui, en plus, est responsable de la dissimulation du début de l’épidémie, de la diffusion du virus dans le monde entier et qui utilise aujourd’hui la crise qu’il a provoquée afin de renforcer son pouvoir.

Il y a déjà des années que le PCC aurait pu s’effondrer et que les Chinois auraient pu être libérés de sa tyrannie, cependant ce Parti règne toujours sur la Chine grâce à l’argent et au soutien qu’il reçoit de l’Occident. Combien d’entre nous y avons contribué, consciemment ou inconsciemment ? Si vous êtes infecté par le virus, vous pourriez peut-être essayer de condamner le PCC du fond du cœur et voir ce que cela donne. Comme ce virus provient de Chine, cette méthode chinoise pourrait aider à le combattre.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ