La méthode statistique utilisée pour relier le changement climatique aux gaz à effet de serre est contestée

Par Nathan Worcester
10 septembre 2021
Mis à jour: 10 septembre 2021

Une nouvelle étude parue dans Climate Dynamics a critiqué une méthodologie clé que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) utilise pour attribuer le changement climatique aux gaz à effet de serre, soulevant des questions sur la validité des recherches qui s’y sont appuyées et suscitant une réponse de l’un des scientifiques qui a développé la technique.

L’auteur de la nouvelle étude, l’économiste Ross McKitrick, a déclaré à Epoch Times dans une interview exclusive qu’il pense que ses résultats ont affaibli les arguments du GIEC selon lesquels les gaz à effet de serre sont à l’origine du changement climatique.

La méthodologie, connue sous le nom d’« empreinte optimale », a été utilisée pour établir un lien entre les gaz à effet de serre et tout ce qui va de la température aux incendies de forêt, en passant par les précipitations et la couverture neigeuse.

Ross McKitrick a comparé l’empreinte digitale optimale à la manière dont les forces de l’ordre utilisent les empreintes digitales pour identifier les criminels.

Ils prennent cette grande quantité de données et disent : « Oui, les empreintes des gaz à effet de serre sont dessus », a-t-il déclaré.

L’économiste a déclaré que la recherche sur les empreintes optimales qu’il a critiquée, à savoir l’article paru en 1999 dans Climate Dynamics « Checking for model consistency in optimal fingerprinting« , est une « pierre angulaire du domaine de l’attribution », la branche de la science du climat qui se concentre sur l’identification des causes du changement climatique.

Mais selon M. McKitrick, les auteurs de cet article, Myles Allen et Simon Tett, ont commis des erreurs dans les étapes nécessaires pour valider leur stratégie.

« Lorsque vous effectuez une analyse statistique, il ne suffit pas de manipuler quelques chiffres et de publier le résultat en disant ‘Voilà ce que les données nous disent’. Vous devez ensuite appliquer certains tests à votre technique de modélisation pour voir si elle est valable pour le type de données que vous utilisez », a-t-il déclaré.

« Ils ont prétendu que leur modèle passait tous les tests pertinents, mais cette affirmation pose un certain nombre de problèmes. Le premier est qu’ils ont mal formulé les conditions, ils ont omis la plupart des conditions pertinentes que vous êtes censé tester, puis ils ont proposé une méthodologie de test qui n’est absolument pas informative. Elle n’est en fait reliée à aucune méthode de test standard. »

Leur approche, selon M. McKitrick, part également du principe qu’une grande partie du changement climatique doit être attribuable aux gaz à effet de serre, de sorte que l’utiliser pour prouver que les gaz à effet de serre entraînent un changement climatique n’a aucun sens.

« Vous dépendez des données du modèle climatique pour construire le test, et le modèle climatique intègre déjà les hypothèses sur le rôle des gaz à effet de serre », a déclaré M. McKitrick. « Vous ne pouvez pas enlever cette hypothèse. »

M. McKitrick, qui a expliqué ses résultats de manière plus technique sur le site JudithCurry.com, a déclaré que l’attribution par le GIEC du changement climatique aux gaz à effet de serre est largement basée sur l’article de 1999 ou sur des recherches étroitement liées avec les mêmes problèmes.

Myles Allen, co-auteur de l’article de 1999 contesté par M. McKitrick, a répondu à l’article de M. McKitrick dans un courriel adressé à Epoch Times.

« Le fait d’aborder pleinement les questions soulevées par cet article aurait pu faire une différence dans les conclusions concernant l’influence humaine sur le climat, alors que le signal était encore assez faible il y a 20 ans », a déclaré M. Allen.

Selon lui, le signal est désormais beaucoup plus fort, que l’on utilise sa technique de 1999 ou la méthode plus simple employée par GlobalWarmingIndex.org. Il a également déclaré que des méthodes plus récentes, dont une figurant dans son propre article de 2003, ont remplacé la méthode de 1999.

« Pour être un peu léger, c’est un peu comme si quelqu’un suggérait que nous devrions tous arrêter de conduire parce qu’un nouveau problème a été identifié avec la Ford modèle T », a déclaré M. Allen.

M. McKitrick a répondu à l’argument de M. Allen dans un courriel : « Même s’il était vrai que [la méthode de Myles Allen] n’est plus utilisée et que les gens sont passés à d’autres méthodes, [étant donné] son importance historique, il serait toujours nécessaire, d’un point de vue scientifique, que Simon et Myles reconnaissent que leur article contient des erreurs ou qu’ils réfutent les critiques spécifiques.

« Et la réalité est que la profession climatique n’a pas évolué. Le GIEC discute toujours de la méthode d’empreinte optimale dans le AR6 et s’appuie sur de nombreux articles qui l’utilisent. »

Alors que M. Allen a fait valoir que son article de 2003 remplaçait celui de 1999, M. McKitrick a répondu que l’article de 2003, ainsi que d’autres méthodes plus récentes que M. Allen a identifiées, « présentent tous les mêmes problèmes ».

M. McKitrick a également fait valoir que la méthode de GlobalWarmingIndex.org peut présenter les mêmes problèmes que l’article de M. Allen de 1999, en grande partie parce que les deux études citent une étude de 1997 de Klaus Hasselmann qui, selon l’économiste, propose la même méthode.

« Ainsi, d’après les propres exemples de Myles [Allen], AT99 est toujours au centre de la littérature sur l’attribution », a déclaré M. McKitrick.

M. Allen a soutenu que la critique de M. McKitrick concernant son utilisation d’un modèle climatique est malavisée, car sa méthode de 1999 peut en fait être « excessivement conservatrice » dans l’attribution du changement climatique à l’influence humaine.

Selon M. Allen, les modèles climatiques standard peuvent donner des résultats dans lesquels la quantité de « bruit » statistique, et donc d’incertitude, est surévaluée.

Cette réfutation, a déclaré M. McKitrick, « n’aborde pas le problème fondamental que je soulève », qui concerne la recherche d’erreurs dans les calculs d’empreintes digitales.

MM. Allen et McKitrick se sont également affrontés au sujet d’un test statistique spécifique de l’article de 1999, M. Allen affirmant que Ross McKitrick avait largement exagéré son importance, et M. McKitrick rétorquant que c’est le seul test de ce type que les chercheurs ont utilisé dans ce contexte.

Le chercheur en attribution Aurélien Ribes, dont les articles figuraient parmi ceux que M. Allen prétendait avoir remplacé la recherche de 1999, a refusé de commenter l’article en détail dans un courriel adressé à Epoch Times, bien qu’il ait dit en avoir examiné une version antérieure.

« Je ne m’attends pas à un impact très important en termes de résultats d’attribution », a déclaré M. Ribes, un chercheur sur le changement climatique au Centre national de recherche météorologique de France.

Il a ajouté que certaines de ses propres recherches ne dépendaient pas des empreintes digitales. Il a également déclaré que certains résultats d’attribution, tels que la température moyenne mondiale, sont « très robustes ».

Mais un autre expert, Richard Tol, estime qu’une grande partie des critiques de M. McKitrick sont justes.

« [Ross] McKitrick a raison », a déclaré Richard Tol, professeur d’économie à l’Université du Sussex et professeur d’économie du changement climatique à la Vrije Universiteit Amsterdam, dans un courriel adressé à Epoch Times.

Richard Tol a déclaré que la tentative de MM. Allen et Tett de s’attaquer à un problème statistique généralisé avait « aggravé les choses, au lieu de les améliorer ».

« Pour couronner le tout, de nombreuses personnes ont depuis utilisé la méthode proposée par MM. Allen et Tett », a-t-il ajouté.

« Les implications ne sont pas claires. De nombreux articles qui utilisent la méthode des empreintes digitales pour détecter l’impact du changement climatique sont tout simplement faux. »

« Cela ne signifie pas que le changement climatique n’est pas réel ou que ses effets ne peuvent pas être attribués aux émissions de gaz à effet de serre. Cela signifie que de nombreux articles qui ont fait de telles affirmations devront être refaits. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ