Mettre fin au PCC : le premier ministre de l’Alberta exprime son soutien au mouvement mondial contre le Parti communiste chinois

Par Andrew Chen
18 juillet 2021
Mis à jour: 18 juillet 2021

Le 11 juillet, lorsque Guo Wenwen, qui habite à Calgary, est allée au centre-ville pour sensibiliser les gens à sa cause en tant que bénévole d’une initiative mondiale visant à éveiller les consciences pour mettre fin au régime communiste chinois, elle ne s’attendait pas à avoir la chance de rencontrer le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, lui-même un grand défenseur de cette cause. 

C’était un après-midi ensoleillé lors du week-end d’ouverture du Stampede de Calgary. Guo, une bénévole du Centre de service mondial pour démissionner du Parti communiste chinois (PCC), distribuait des dépliants aux passants et recueillait des signatures pour la pétition « Mettre fin au PCC » (End CCP), comme elle l’avait fait de nombreuses fois au cours des derniers mois.

Vers 14 heures, voyant que beaucoup de gens passaient par là, elle a brandi sa pétition et ses dépliants et a crié aux passants : « End CCP ». Au milieu de la foule, un homme s’est approché d’elle et lui a serré la main avec enthousiasme.

« J’ai été très surprise. C’était le premier ministre Jason Kenney », se souvient Guo.

Alors que M. Kenney lui serrait la main, il a crié d’une voix forte « End CCP » et a même encouragé les gens autour d’eux à crier ensemble les mots en chinois « Falun Dafa hao », qui signifient « Falun Dafa est bon ».

« Falun Dafa hao » est une phrase populaire que les gens prononcent pour aider à contrer la propagande haineuse du PCC contre le Falun Gong. Le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa, est une discipline ancestrale qui raffine et harmonise l’esprit et le corps. Cette ancienne méthode de qigong comprend plusieurs exercices de méditation et enseigne à vivre selon le principe universel « authenticité, bienveillance et tolérance ». Mais, sous le régime communiste chinois, il est la cible de persécutions, et ce, depuis 1999.

M. Kenney, depuis son poste en tant que ministre au fédéral sous le premier ministre Stephen Harper, jusqu’à son mandat actuel de premier ministre de la province de l’Alberta, a toujours condamné les violations des droits humains commises par le PCC.

En juillet dernier, à l’occasion du 21e anniversaire de la persécution, le premier ministre albertain a tenu à publier une déclaration condamnant la persécution du Falun Gong par le PCC et à manifester sa solidarité avec la communauté du Falun Gong.

Le Centre de service mondial pour démissionner du Parti communiste chinois a lancé la pétition « Mettre fin au PCC » en septembre 2020. Les bénévoles ont recueilli environ 70 000 signatures à Calgary seulement. (Wenwen Guo)

Les dépliants et la pétition de Wenwen Guo ainsi que le site endccp.com/fr/ font référence, entre autres, à la dissimulation du COVID-19, à la Révolution culturelle en Chine, au massacre de la place Tiananmen, à la perte des libertés et de la démocratie à Hong Kong, à la persécution des groupes religieux et ethniques ainsi qu’au prélèvement forcé d’organes à grande échelle sur les prisonniers d’opinion.

Depuis 2004, le Centre de service mondial pour démissionner du PCC, un organisme caritatif à but non lucratif enregistré aux États-Unis, coordonne le mouvement mondial visant à aider les Chinois à démissionner du PCC et de ses deux organisations affiliées : la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes Pionniers.

Le centre a lancé la pétition « Mettre fin au PCC » en septembre 2020 et, depuis lors, la pétition a recueilli environ 70 000 signatures à Calgary seulement, a dit Mme Guo. Plus de 1,1 million de personnes dans le monde ont signé la pétition en ligne.

« Il s’agit de faire savoir aux gens du monde entier à quel point le PCC a fait du mal et que le PCC a infiltré [les pays] du monde entier. Les gens doivent s’opposer à cela. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ