Mexique : la police décapite «Juanito Pistola», un tueur à gages âgé de 16 ans qui a terrorisé tout le pays

Par Julian Bertone
2 septembre 2019 Mis à jour: 2 septembre 2019

Avertissement : cet article contient des images et des descriptions de violence explicites.

Le redouté tueur à gages mexicain de 16 ans, connu sous le nom de « Juanito Pistola », a été décapité lors d’une confrontation armée avec la police, selon ce que les médias ont publié la semaine dernière.

Malgré son jeune âge, l’adolescent a semé la terreur dans tout le Mexique, et la rumeur veut qu’il soit entré dans le monde du trafic de drogue à l’âge de 13 ans en rêvant de devenir un meurtrier.

Il était également connu sous le nom de « El Niño sicario » (l’enfant tueur à gages) ou « Comandante chikitin » (le petit commandant), et selon les médias locaux, il appartenait au gang criminel « Tropa del Infierno » (la troupe de l’enfer).

Sa mort a eu lieu lors d’une fusillade entre des policiers de Tamaulipas et le cartel du Nord-Ouest à Nuevo Laredo, où sept autres membres du gang ont été tués par les forces de l’État.

« Juanito Pistola » a fini par perdre la tête à cause de l’intensité des rafales d’armes à feu, selon les médias comme TeleCinco et Vanguardia.

Une vidéo intitulée « narco rap », dédiée à l’enfant décédé, circule sur les réseaux sociaux et raconte un bref tour d’horizon de son histoire dans le monde de la drogue sous forme de musique rap.

La confrontation s’est déroulée dans un contexte d’attaques et de contre-attaques qui se succèdent depuis plusieurs jours entre la police et les membres de la « Tropa del Infierno », qui est une branche armée du cartel du Nord-Ouest, à Tamauilipas.

Dans une vidéo publiée sur Twitter la semaine dernière,  on peut voir des civils s’abritant à côté d’une voiture sur le bord d’une autoroute pendant qu’on entend des coups de feu en bruits de fond. Certains d’entre eux semblent même être de gros calibre à cause du vacarme qu’ils produisent.

La police a été prise en embuscade le mercredi 21 août vers 18 heures, lorsqu’un certain nombre de civils armés ont attaqué un barrage routier, selon Infobae.

Les images montrent une femme terrifiée en train de prier ainsi que plusieurs véhicules stationnés attendant le départ de la police et des trafiquants de drogue.

Les jours de terreur qui ont suivi ces incidents ont entraîné la mort de Juanito et de sept autres trafiquants de drogue de la « Tropa del Infierno », ce qui a été décrit comme un coup dur pour le cartel du Nord-Ouest.

RECOMMANDÉ