Un migrant sans-papiers a violé une jeune fille de 16 ans dans sa chambre en tenant un couteau sous sa gorge

Par Zachary Stieber
29 août 2019 Mis à jour: 12 octobre 2019

Un migrant illégal du Maryland est accusé d’être entré dans la chambre d’une jeune fille de 16 ans et d’avoir tenu un couteau sous sa gorge alors qu’il la violait.

Nelson Reyes-Medrano a été arrêté le 13 août pour un incident présumé du mois d’août 2018, selon des documents judiciaires déposés cette semaine.

L’adolescente victime a déclaré à la police qu’elle faisait une sieste lorsqu’elle a senti quelqu’un d’autre prendre place dans le lit. Elle a ouvert les yeux et a vu l’homme de 46 ans sur elle, d’après des documents obtenus par la WJLA.

N. Reyes-Medrano avait un couteau à la main et lui a ordonné de se déshabiller. Elle ne l’a pas fait, il lui a alors mis un couteau sous la gorge, lui disant : « C’est la dernière fois que je vais le dire […] déshabille-toi. »

Quand elle a commencé à lui obéir trop lentement pour son désir, comme elle espérait que quelqu’un entrerait dans l’appartement si elle ne se déshabillait pas trop vite, l’homme a arraché ses vêtements et a commencé à la violer.

La victime a dit qu’elle souffrait pendant le viol, qui s’est arrêté lorsque N. Reyes-Medrano a entendu un bruit devant l’appartement.

La police a déclaré que le couteau que l’homme tenait était celui qu’il avait apporté avec lui dans l’appartement, ce qui suggère une préméditation.

L’ICE (Immigration and Customs Enforcement), l’organisme d’application de la loi en matière d’immigration et des douanes, a déclaré à la WJLA que N. Reyes-Medrano est originaire d’El Salvador et qu’il se trouve aux États-Unis de façon illégale. Les autorités disent qu’il est père de 10 enfants. L’agence a placé ce détenu de l’immigration en détention dans le but de l’expulser.

L’ICE n’a pas répondu à une demande d’information d’Epoch Times.

N. Reyes-Medrano et son avocat ont demandé qu’il soit libéré sous caution jusqu’au procès, a rapporté la WJLA, mais la juge Amy Bills a ordonné sa détention sans caution.

« Les allégations sont incroyablement graves », a fait remarquer la juge Amy Bills. « Il s’agit de menaces au couteau et d’un viol au premier degré qui a eu lieu. »

Mauricio Barrera-Navidad, 29 ans, et Carlos Palacios-Amaya, 28 ans, tous deux immigrés clandestins du Salvador, ont aussi violé une fillette de 11 ans. (Service de police du comté de Montgomery)

Politiques de ville sanctuaire

Le comté de Montgomery (dans l’État du Maryland) a des politiques qui protègent les migrants sans-papiers, connues sous le nom de politiques de ville sanctuaire.

L’exécutif du comté de Montgomery, Marc Elrich, un démocrate, a publié un décret (pdf) en juillet ordonnant aux agences de comté de ne plus interroger les gens sur leur statut d’immigration ni d’aider les services d’immigration et des douanes.

« Le décret sur la promotion de la confiance communautaire vise à réaffirmer la politique actuelle du comté et à améliorer la sécurité de la communauté en veillant à ce que les communautés d’immigrants et autres communautés vulnérables puissent collaborer avec les départements du comté », a déclaré le bureau d’Elrich dans un communiqué.

Le comté a introduit d’autres politiques sur des villes sanctuaires en 2014, 2016 et 2017.

Cependant, N. Reyes-Medrano est le cinquième étranger sans-papiers à être arrêté pour viol dans un délai d’un mois dans le comté.

Le comté de Montgomery n’a pas répondu à la demande de commentaires à Epoch Times.

Le président du Parti républicain du comté de Montgomery, Alexander Bush, a annoncé dans une déclaration par courriel que le décret d’Elrich est « un coup politique visant à s’opposer à un président qu’il déteste, même au risque de la sécurité des habitants du comté de Montgomery ».

Le 14 juillet, M. Elrich a menti au public en déclarant que la « promotion du décret exécutif sur la confiance communautaire n’a pas changé la politique du comté sur la coopération avec les demandes de l’ICE pour la notification de la libération des personnes accusées de crimes graves ». « Le mensonge maladroit de M. Elrich a été révélé lorsque le conseil du comté a publié sa propre déclaration le 16 août, alors qu’il admettait qu’il existait un nouveau décret encore plus récent pour la notification de la libération des personnes accusées de crimes graves », a ajouté Alexander Bush.

« Il est clair que cette nouvelle modification du décret exécutif n’a rien résolu puisque le 13 août, Rodrigo Castro-Montejo, un autre suspect accusé de viol au deuxième degré, a été libéré illégalement dans le pays après avoir payé une caution de 1 000 dollars. Les responsables de la prison ont passé un seul coup de fil au mauvais numéro avant de libérer M. Castro-Montejo », a-t-il poursuivi.

« Est-ce un signe de la nouvelle politique de M. Elrich ? Continuer à faire tout ce qui est en son pouvoir pour obstruer la CIE tout en lui laissant les feuilles de vigne, un pathétique prétexte de coopération ? Il ne s’agit pas de débats politiques hypothétiques. Dans les 30 jours qui se sont écoulés depuis l’annonce du décret de M. Elrich, les forces de l’ordre du comté ont engagé au moins cinq poursuites pour viol contre des accusés qui se trouvent illégalement dans ce pays, avec des enfants victimes dans au moins deux affaires. »

RECOMMANDÉ