Des migrants chinois travaillent « comme des esclaves » sur les projets de « la Ceinture et la Route » du régime

Par Dorothy Li
14 juin 2021
Mis à jour: 14 juin 2021

Dans une centrale thermique au charbon bénéficiant du plus gros investissement étranger direct de Chine en Turquie, des travailleurs migrants chinois qualifiés sont contraints d’endurer des journées de travail de plus de 12 heures, sept jours sur sept, sous-payés et sans espoir de recours.

Liu Qiang (un pseudonyme) a déclaré à Epoch Times que les salaires élevés annoncés de près de 1 940 € par mois l’ont incité à travailler dans la centrale thermique de Hunutlu en Turquie pendant la pandémie.

La centrale au charbon de Hunutlu est un projet phare de l’initiative « la Ceinture et la Route » (Belt and Road Initiative, BRI) du régime chinois, un projet d’infrastructure de plusieurs milliards de dollars qui vise à accroître l’influence du régime sur la base des liens commerciaux mondiaux en investissant dans le développement des infrastructures.

Le projet en Turquie, dont l’investissement total de 1,7 milliard de dollars provient principalement de la Shanghai Electric Power Company, est construit par le sous-traitant China Energy Engineering Group Anhui No. 1 Electric Power Construction Co., Ltd. (AEPC), selon le site web de l’entreprise.

L’ouvrier qualifié qui a parlé à Epoch Times a déclaré travailler 84 heures par semaine avec peu de protection sur le site de construction.

Liu a déclaré qu’ils n’avaient que quelques heures de sommeil par jour – se levant à 6 heures du matin et terminant le travail à 23 heures.

« On nous a dit que les heures de travail prévues étaient de neuf heures, un travail normal », a déclaré Liu dans une interview avec Epoch Times.

« Mais lorsque nous sommes arrivés [en Turquie], l’entreprise n’a pas signé de contrat, ni donné de permis [de travail] », a-t-il ajouté, sans parler d’assurance ou de compensation médicale.

La chaleur de l’été en Turquie et les heures excessives passées à travailler à l’extérieur leur donnent des vertiges et les épuisent, a expliqué M. Liu, ce qui a entraîné des erreurs, voire des blessures.

L’homme a affirmé que deux de ses colocataires n’ont pas reçu de traitement médical approprié et n’ont pu que s’allonger dans un dortoir de travailleurs après s’être blessés aux jambes. L’un d’eux, souffrant d’une profonde blessure à la chair, s’est vu dire qu’il ne serait pas hospitalisé à moins que l’os ne soit cassé.

« Nous avons peur de ne pas gagner beaucoup d’argent au final et de nous retrouver avec des blessures physiques – os cassés ou autres – qui pourraient durer toute la vie », poursuit Liu.

Un ouvrier chinois clopine sur des béquilles à la centrale thermique de Hunutlu dans la province d’Adana, en Turquie, le 3 juin 2021. (Document fourni Epoch Times par la personne interrogée)

Plus d’un tiers de sa rémunération mensuelle a été supprimée au motif que ses compétences ne répondent pas aux critères du travail demandé, a déclaré Liu.

Parmi plus de 1 000 travailleurs chinois sur le site, certains ont payé des frais de recrutement allant de 390 à 1 290 euros, a ajouté Liu.

Bloqués à l’étranger

Liu a déclaré à Epoch Times que la pandémie avait aggravé la situation.

D’après sa description, le site de construction est entouré de fils de fer barbelés, comme une prison. Les déplacements des travailleurs sont strictement limités aux zones d’habitation. La nourriture servie manque de nutriments et contient rarement de la viande.

« Nous sommes fatigués, malades et avons besoin d’une pause, mais nous n’y sommes pas autorisés », a déclaré Liu.

Les responsables de la centrale électrique de Hunutlu ont adopté une stratégie de « fermeture », interdisant à quiconque de quitter le site en raison du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), et plus de 1 800 employés ont continué à travailler pendant la pandémie, selon le régime chinois.

Liu a déclaré que certains travailleurs avaient protesté, mais qu’ils étaient toujours retenus sur le site et ne pouvaient pas rentrer en Chine.

Il a ajouté que leurs passeports avaient été saisis et que les documents nécessaires pour entrer en Chine ne pouvaient être obtenus auprès des entreprises.

« Ils ont dit que nous ne sommes autorisés à rentrer qu’après une année de travail complète. C’est horrible ici ! Comment cela va-t-il être après un an ? Je n’en ai aucune idée. » 

« Je dois vivre et travailler comme un esclave », a poursuivi Liu.

L’homme a déclaré à Epoch Times que les travailleurs chinois avaient demandé de l’aide à l’ambassade de Chine, mais qu’on leur avait répondu que les conflits de travail avec les employeurs chinois ne relevaient pas du champ d’action de l’ambassade, qui n’est responsable que des relations avec les parties étrangères.

L’ambassade de Chine en Turquie n’a pas répondu aux questions envoyées par courrier électronique concernant l’allégation du travailleur selon laquelle les ouvriers ont été laissés sans protection de sécurité et se sont vu interdire de retourner en Chine.

Le sous-traitant chinois AEPC n’a pas pu être joint par téléphone, par message Internet ou par WeChat.

Selon les propos de Liu, l’Anhui Zhenjiang Holding Group (AZHG) est un sous-traitant de l’APEC. Cependant, le personnel d’AZHG a immédiatement raccroché le téléphone lorsqu’on lui a posé des questions sur le projet à l’étranger, et n’a pas répondu aux allégations.

L’expérience de Liu est similaire aux histoires décrites par plusieurs autres travailleurs chinois migrants dans un rapport de China Labor Watch basé à New York, telles que des heures supplémentaires excessives, des retenues de salaire, des soins médicaux inadéquats et la rétention des passeports.

Le rapport indique que les ouvriers travaillant pour les projets de la BRI du régime chinois à l’étranger sont victimes de la traite des êtres humains et du travail forcé.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ