Mike Pence critique les pratiques non éthiques du régime chinois et exprime son soutien à Hong Kong et à Taiwan

Par Eva Fu
26 octobre 2019 Mis à jour: 27 octobre 2019

Le vice-président Mike Pence a critiqué le régime chinois pour avoir restreint les « droits et les libertés » dans la ville de Hong Kong, lors d’un discours politique le 24 octobre, tout en réaffirmant l’engagement des États-Unis à défendre ces valeurs.

Dans un discours d’environ 40 minutes sur l’avenir des relations américano-chinoises, M. Pence a reproché à Pékin ses pratiques commerciales non éthiques et ses violations des droits de l’homme, tout en soulignant que les États-Unis encourageraient une relation de coopération avec la Chine fondée sur « l’équité, le respect mutuel et les règles du commerce international ».

« Rien au cours de l’année écoulée n’a mis en évidence l’antipathie du Parti communiste chinois à l’égard de la liberté autant que les troubles à Hong Kong », a déclaré M. Pence au Wilson Center à Washington.

« Hong Kong est un exemple vivant de ce qui peut arriver lorsque la Chine rencontre la liberté », a dit M. Pence, tout en notant que le statut de la ville en tant que centre financier international, ses institutions juridiques et sa « presse vivante et libre » sont des choses dont les gens en Chine continentale ne bénéficient pas.

« Et pourtant, ces dernières années, Pékin a multiplié ses interventions avec Hong Kong », a dit Pence. Le territoire est passé de la domination britannique à la domination chinoise en 1997, avec la garantie formelle de préserver son autonomie et ses libertés.

Il a dit que les États-Unis soutenaient les manifestants dans leur lutte pour la liberté. Le président Donald Trump a déjà averti Pékin qu’un accord commercial serait plus difficile si Pékin décidait de prendre une ligne dure et de réprimer violemment les manifestations en cours, a-t-il ajouté.

« Aux millions de Hongkongais qui ont manifesté pacifiquement pour la protection de leurs droits au cours des derniers mois, nous sommes à vos côtés, nous sommes inspirés par vous et nous vous encourageons à rester sur la voie des manifestations non violentes», a-t-il déclaré.

Commerce

Pence a tenu ces propos alors que les deux superpuissances économiques travaillaient sur un nouveau cycle de négociations commerciales. Le 11 octobre, Trump a annoncé que les deux parties avaient conclu un accord partiel sur la propriété intellectuelle, les services financiers et l’agriculture.

M. Pence a déclaré que les États-Unis ne cherchaient pas à se dissocier de la Chine, mais plutôt à établir des règles du jeu équitables.

Il a ajouté que le nouvel accord de la première phase pourrait être signé « dès le Sommet de l’APEC au Chili », prévu du 16 au 17 novembre, mais que « toute une série de problèmes structurels et importants » – le vol de propriété intellectuelle en Chine, les opérations de piratage informatique dirigé par dirigé par l’État et l’exportation de fentanyl et d’autres opioïdes mortels – « doivent également être pris en compte ».

« Le peuple américain veut mieux pour le peuple chinois. Mais dans la poursuite de cette fin, nous devons considérer la Chine telle qu’elle est, et non comme nous l’imaginons ou espérons qu’elle sera un jour », a-t-il déclaré.

Il a dit que le Parti communiste chinois était en train de se « couper » du monde libre avec ses pratiques oppressives, allant de la persécution des croyants à la censure d’Internet et à l’agression militaire dans la mer de Chine méridionale.

Engagement envers les valeurs américaines

Pence a également reproché aux sociétés américaines de s’être laissées prendre à l’argent de la Chine, lui permettant ainsi de « museler [des] expressions affirmatives des valeurs américaines ».

Les magasins Nike en Chine ont retiré les produits Houston Rockets de leurs rayons après que le directeur général de l’équipe sportive, Daryl Morey, a envoyé un tweet de sept mots qui disait : « Combattez pour la liberté. Debout avec Hong Kong », slogan populaire exprimant la solidarité avec les manifestants pro-démocratie de Hong Kong qui s’opposent à l’empiétement du régime chinois sur les affaires de la ville. Le tweet a déclenché une tempête politique en Chine continentale, où les médias d’État ont décrit les manifestations comme un mouvement séparatiste fomenté par des pays étrangers.

Nike se présente comme un soi-disant « champion de la justice sociale », mais lorsqu’il s’agit de Hong Kong, « elle préfère laisser sa conscience sociale à la porte », a dit M. Pence.

Il a ensuite critiqué les joueurs vedettes, les propriétaires d’équipes et la National Basketball Association (NBA) pour avoir suivi la ligne de Pékin. Le propriétaire des Houston Rockets, Tilman Fertitta, a cherché à éloigner l’équipe du tweet de M. Morey dans une déclaration publique, tandis que le joueur des Rockets, James Harden, s’est excusé en Chine. Lebron James des Lakers de Los Angeles a critiqué M. Morey pour le tweet.

« En se rangeant du côté du Parti communiste chinois et en réduisant au silence la liberté d’expression, la NBA agit comme une filiale à part entière du régime autoritaire », a déclaré Pence.

Il a ajouté que la pression exercée par Pékin équivalait à exporter la censure afin de façonner l’opinion publique américaine. « Ce n’est pas seulement mal, c’est anti-américain », a dit Pence.

RECOMMANDÉ