Mikheïl Saakachvili recherché pour abus de pouvoir

5 septembre 2017
Mis à jour: 5 septembre 2017

La Géorgie a demandé à Kiev d’arrêter et d’extrader l’ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili, récemment déchu de sa nationalité ukrainienne mais qui compte tenter d’entrer en Ukraine dimanche, ont annoncé mardi les autorités ukrainiennes.

« L’Ukraine a reçu une demande de recherche, d’arrestation et d’extradition à l’encontre de Mikheïl Saakachvili », a déclaré le vice-ministre ukrainien de la Justice, Serguiï Petoukhov.

« Le Parquet général géorgien a donné des garanties » à Kiev de ne pas mener de « persécutions politiques » contre M. Saakachvili, a assuré M. Petoukhov.

Mikheïl Saakachvili est recherché par la justice de son pays pour « abus de pouvoir », une accusation qu’il affirme motivée par des intérêts politiques.

Charismatique réformateur arrivé au pouvoir en 2003, M. Saakachvili a dirigé la Géorgie pendant une décennie, où il a été critiqué pour son style autoritaire et surtout pour la guerre désastreuse avec la Russie en 2008.

Après avoir quitté son pays en disgrâce, M. Saakachvili, 49 ans, s’est rendu en Ukraine, pays dont il a obtenu la nationalité et où il a été nommé en mai 2015 gouverneur de la région d’Odessa (sud).

Il a démissionné de ce poste en novembre 2016, accusant le président Petro Porochenko de « piller » les Ukrainiens. Celui-ci lui a retiré en juillet 2017 la nationalité ukrainienne, le rendant ainsi apatride puisque M. Saakachvili avait déjà perdu la nationalité géorgienne.

L’ancien président géorgien, qui se trouvait aux États-Unis au moment de la déchéance de sa nationalité ukrainienne, a annoncé qu’il comptait malgré tout revenir en Ukraine le 10 septembre, à partir de la Pologne.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ