Des milliers de migrants rentrent volontairement chez eux après avoir été renvoyés au Mexique dans l’attente de leur demande d’asile pour les États-Unis, dans le cadre de la politique de Trump

Par Janita Kan
4 novembre 2019 Mis à jour: 4 novembre 2019

Des milliers de migrants qui ont été envoyés au Mexique pour attendre que les tribunaux traitent leur demande d’asile pour les États-Unis, dans le cadre de la politique de l’administration Trump « Rester au Mexique », commencent à rentrer volontairement chez eux, selon un rapport publié par le Département de la sécurité intérieure (DHS).

L’administration Trump a redoublé d’efforts au cours de l’année écoulée pour faire face à l’afflux de migrants illégaux qui entrent aux États-Unis et pour rétablir l’intégrité du système d’immigration. L’une des priorités les plus importantes de l’administration est de mettre fin aux échappatoires de la politique actuelle de « catch and release » (attraper et relâcher), dans laquelle les migrants sont relâchés à l’intérieur du pays dans l’attente d’un procès, souvent pour ne jamais être revus.

L’administration Trump a mis en place en début d’année les Protocoles de protection des migrants (PPM), plus connus sous le nom de politique « Rester au Mexique », dans le but d’endiguer le flux de l’immigration illégale et de prévenir les cas frauduleux ou non méritoires. Cette politique renvoie les migrants au Mexique en attendant qu’un tribunal traite leur demande.

Dans un récent rapport d’évaluation de l’efficacité des PPM (pdf), le département a indiqué qu’une « proportion significative » de migrants sans revendication méritoire renvoyés au Mexique avaient choisi d’abandonner leur demande d’asile.

Plus de 55 000 immigrants ont été envoyés au Mexique dans le cadre des PPM, mais il n’y a actuellement qu’environ 20 000 personnes hébergées dans le nord du Mexique, près de la frontière américaine, qui attendent d’entrer aux États-Unis, a indiqué le DHS, citant les chiffres des douanes et de la protection des frontières (CBP).

Cela a conduit le département à conclure que « les étrangers qui n’ont pas de droits méritoires – ce qui ne constitue plus un billet d’entrée libre aux États-Unis – commencent à rentrer volontairement chez eux ».

L’évaluation des PPM, publiée le 28 octobre, a révélé que la politique avait démontré son efficacité opérationnelle en réduisant le nombre d’arrestations d’immigrants illégaux et en rétablissant l’intégrité du système d’immigration.

Le DHS a déclaré qu’il a pu voir un lien entre les PPM et la diminution du nombre d’arrestations à la frontière sud. Depuis le mois de mai, où le nombre d’arrestations a culminé à 144 000, le nombre de personnes détenues ou interdites de territoire aux points d’entrée a diminué de 64 % jusqu’en septembre.

C’est également à cette époque que les États-Unis et le Mexique sont parvenus à un accord qui a donné lieu à une mise en œuvre élargie des PPM.

« Bien que les PPM soit l’un des nombreux outils utilisés par le DHS en réponse à la crise frontalière, le DHS a observé un lien entre la mise en œuvre des PPM et la diminution des mesures d’exécution à la frontière – y compris une diminution rapide et substantielle des arrestations dans les zones où les étrangers les plus aptes ont été traités et renvoyés au Mexique conformément aux PPM », a déclaré le ministère.

Le ministère a également indiqué que la politique aide les migrants qui présentent des demandes fondées en leur accordant une aide ou une protection en quelques mois plutôt qu’en quelques années.

« Les protocoles de protection des migrants ont été un élément clé du succès que nous avons connu dans la lutte contre la crise d’immigration », a déclaré le secrétaire par intérim Kevin McAleenan, en annonçant l’extension de la politique à Eagle Pass, au Texas.

« Nous avons confiance en l’intégrité du programme et en sa capacité de statuer sur les demandes d’asile rapidement et dans le respect des procédures établies. Nous avons déjà vu des personnes se voir accorder l’asile, et beaucoup d’autres cas frauduleux ou non méritoires ont été fermés. »

« Les PPM a été et demeure un élément essentiel de ces efforts. Je suis reconnaissant au gouvernement du Mexique pour leur partenariat, y compris l’acceptation des retours du député provincial à Eagle Pass. »

Résistance aux Protocolex de protection des migrants

La mise en œuvre des PPM n’a pas été sans résistance, les détracteurs soutiennent que cette politique met en danger la vie des migrants en les forçant à attendre au Mexique, qui est en proie à la criminalité et à la violence.

À la suite de leur mise en œuvre, 11 groupes de défense juridique et centraméricains ont intenté une action en justice contre l’administration Trump, connue sous le nom de l’affaire Innovation Law Lab v. Nielsen.

En mai, une cour d’appel fédérale a autorisé l’application de la politique d’administration de Trump.

Entre-temps, en août, des dizaines de sénateurs démocrates ont envoyé une lettre (pdf) au secrétaire d’État Mike Pompeo et au représentant Kevin McAleenan, demandant la fin de cette politique, disant que : « Non seulement cette politique ne fait rien pour protéger ni les migrants ni les intérêts américains, mais nous sommes très préoccupés par sa légalité, les efforts récents pour l’étendre et les conditions dangereuses qui obligent les demandeurs d’asile à endurer en attendant que leur cas soit entendu », ont écrit les sénateurs.

Cependant, M. McAleenan, qui a remis sa démission le mois dernier, a déclaré dans un discours prononcé à l’Université de Georgetown le 7 octobre que le député provincial avait « mené à un processus plus sûr et plus ordonné le long de la frontière sud-ouest ».

Et il a ajouté : « Les PPM renforcent l’intégrité du système en obtenant les résultats des tribunaux de l’immigration à un rythme beaucoup plus rapide que précédemment aux États-Unis, tout en maintenant les familles ensemble et sans les garder en détention. »

« Elle est expressément prévue par la loi et menée en partenariat avec le Mexique, qui s’est engagé à assurer aux migrants une protection humanitaire et une autorisation de travail appropriées au Mexique dans le cadre du processus judiciaire. »

RECOMMANDÉ