Des milliers de personnes protestent contre le confinement à long terme dans une des régions les plus touchées par le virus en Chine

Par Alex Wu
19 février 2021
Mis à jour: 19 février 2021

Le district de Gaocheng de la ville de Shijiazhuang, dans la province du Hebei, est l’un des points chauds de la dernière résurgence du Covid-19 en Chine. Ce district d’environ 800 000 habitants est totalement confiné depuis début janvier, malgré le fait que les autorités aient récemment abaissé le niveau de risque de la maladie à un niveau faible.

Des milliers d’habitants de la communauté résidentielle de l’oasis de Hengda dans le district, ont protesté contre le confinement cette semaine et se sont affrontés avec les employés du gouvernement local. Pendant ce temps, les habitants de la ville voisine de Nangong, un autre point chaud, deviennent désemparés après avoir été coincés à l’intérieur pendant une longue période. L’un d’entre eux se serait suicidé. Le gouvernement de Hebei a annoncé que le confinement à grande échelle se poursuivra à court terme.

Le 7 février, des conflits ont éclaté entre les résidents et les fonctionnaires du gouvernement. Les propriétaires ont accusé le gouvernement d’inaction. Les tensions se sont intensifiées et finalement, un affrontement a éclaté, selon les résidents locaux.

M. Li, qui possède et vit dans l’un des appartements du complexe, a dit à Epoch Times que des représentants du gouvernement avaient visité la communauté ce jour-là et laissé les résidents exprimer leurs opinions. Des milliers de personnes de toute la communauté sont descendues et ont demandé la levée des politiques rigides de confinement.

Selon M. Li, il y a environ 15 bâtiments dans leur communauté, avec un total d’environ 10 000 résidents.

Il a déclaré que les fonctionnaires, qui ne portaient pas d’uniforme, sont entrés dans la communauté résidentielle sans présenter de permis de travail. Les résidents étaient mécontents et ont demandé pourquoi ils entraient. « Il y a peut-être eu des paroles enflammées. Et puis un affrontement a éclaté », a-t-il dit.

M. Li a dit qu’il ne savait pas si quelqu’un avait été blessé lors de l’affrontement, mais que la scène était chaotique. Le conflit a commencé vers 15 heures et s’est terminé vers 18 heures.

Epoch Times a obtenu une vidéo de l’affrontement.

M. Li a déclaré que le 5 janvier, après son retour du travail, il a découvert que les autorités avaient décrété un confinement et qu’il ne pouvait plus quitter son domicile. Il espère que le confinement pourra être levé bientôt afin qu’il puisse aller travailler et gagner sa vie. Il a ajouté que les légumes devenaient de plus en plus chers.

« Le problème essentiel est que vous devez vivre et que vous ne pouvez pas gagner de l’argent. Certaines personnes ont une famille à entretenir et des prêts hypothécaires et automobiles à payer. Les gens deviennent fous. Je viens d’entendre que des gens de notre communauté ont déjà perdu leur emploi [à cause du confinement], et pleurent chez eux. »

Le 14 février, les autorités ont annoncé qu’un cas de Covid-19 a été confirmé dans le village de Xiaoguozhuang, district de Gaocheng. Les habitants du district de Gaocheng ont dû subir une nouvelle série de tests d’acide nucléique, afin de détecter toutes les infections. Toutes les communautés et tous les villages ont également été placés sous confinement total.

Epoch Times a obtenu une vidéo montrant le personnel en tenue de protection sur les lieux du confinement dans le district de Gaocheng.

M. Li a déclaré que tous les résidents de sa communauté avaient déjà subi des tests d’acide nucléique 13 fois, comme l’exigent les autorités. « Après avoir subi des tests d’acide nucléique tant de fois, ma gorge a été blessée au point d’avoir une inflammation », a-t-il dit. En Chine, des prélèvements de gorge sont généralement effectués pour le test du Covid-19.

Entre-temps, le 15 février, dans la ville voisine de Nangong, la 11e série de tests d’acide nucléique pour tous les résidents a été achevée. Bien que les autorités aient désigné la ville comme une zone à faible risque de propagation de la maladie le 8 février, les résidents étaient toujours enfermés chez eux. Après avoir passé les vacances du Nouvel An chinois dans l’isolement, de nombreux résidents ont ressenti une forte pression mentale et étaient au bord de l’effondrement, selon un résident local.

Un résident de Nangong décrit dans les médias sociaux ses difficultés sous confinement. (Capture d’écran via Weibo)

M. Wang à Nangong a dit à Epoch Times que le 10 février, deux jours avant le Nouvel An chinois, un homme de 60 ans de la communauté Nanguan de Nangong s’était pendu. Les circonstances spécifiques n’ont pas été révélées par les autorités, mais les habitants ont spéculé qu’il ne pouvait plus supporter la vie en isolement et a choisi de mettre fin à ses jours.

Le confinement total à Nangong a commencé début janvier.

Selon M. Wang, les gens commençaient à être angoissés par l’isolement à long terme. « Je pense que je suis sur le point de déprimer. Les gens sont oppressés et deviennent fous. Personne ne nous dira quand nous pourrons sortir de l’isolement ! »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ