Des milliers d’immigrés clandestins s’amassent sous un pont au Texas

Par Charlotte Cuthbertson et Zachary Stieber
20 septembre 2021
Mis à jour: 20 septembre 2021

DEL RIO, Texas – Des milliers de migrants illégaux, pour la plupart originaires d’Haïti, sont rassemblés sous un pont international au Texas en attendant d’être traités par la patrouille frontalière.

Les migrants illégaux sont dispersés sur un terrain en terre battue jonché de détritus, beaucoup sont assis ou couchés sur des couvertures. D’autres sont debout, discutant avec leurs compagnons.

Quelque 9 000 migrants illégaux, dont des ressortissants haïtiens, cubains et vénézuéliens, se trouvent dans la région, a confirmé le shérif du comté de Val Verde, Joe Frank Martinez, à 15 h 45, heure locale, le 16 septembre.

500 autres étaient arrivés une demi-heure avant, alors que le shérif et le maire de Delaware, au Texas, tenaient une conférence de presse pas loin du pont, à portée de vue du Rio Grande, qui sert de frontière internationale avec le Mexique.

Ce nombre a grimpé en flèche en moins d’une semaine, alors qu’ils n’étaient que quelques centaines sous le pont le 9 septembre.

Le maire Bruno Lozano a confirmé que 20 000 autres personnes étaient en route.

« Je suis profondément contrarié. Ce qui m’inquiète, ce sont les mouvements de foule. Ce qui m’inquiète, c’est le terrorisme », a dit Bruno Lozano.

« Il n’y a aucune sécurité. Ce n’est pas défendable », a-t-il dit en regardant la frontière largement ouverte et le nombre de personnes qui la traversent dans les deux sens.

« Nous ne savons pas vraiment qui ils sont. »

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a dit qu’il avait ordonné au ministère de la Sécurité publique du Texas et à la Garde nationale du Texas de « maintenir leur présence aux points d’entrée et autour de ceux-ci afin de décourager les traversées », même si l’on ne sait pas dans quelle mesure cela permettra de réduire le nombre de migrants.

« L’administration Biden est en plein désarroi et traite la crise frontalière aussi mal que l’évacuation de l’Afghanistan », a fait remarquer M. Abbott dans une déclaration le 16 septembre.

M. Lozano dit que les services médicaux de sa ville sont à bout de souffle. Le 15 septembre, une migrante sans papiers a été emmenée d’urgence à l’hôpital pour accoucher. Le 16 septembre, Epoch Times a vu la patrouille frontalière charger une femme dans une ambulance.

M. Lozano a reproché à l’administration Biden, et en particulier à la vice-présidente Kamala Harris, de ne pas se concentrer sur la frontière américano-mexicaine, notamment sur les petites villes touchées, comme Delaware. Le nombre d’étrangers en situation irrégulière actuellement sous le pont représente près d’un tiers de la population de la ville.

« Nous sommes ignorés. Ils donnent la priorité aux centres urbains », a-t-il dit.

Le shérif Martinez a confirmé que les migrants illégaux ne sont pas testés pour le Covid-19.

« Aucun d’entre eux n’est testé pour quoi que ce soit », a-t-il dit.

Les forces de l’ordre ajoutent chaque jour des toilettes portables sous le pont, et des stations d’eau potable sont prévues.

Les migrants clandestins traversent fréquemment la rivière pour retourner au Mexique afin d’y trouver de la nourriture et des provisions.

Des migrants clandestins marchent près du pont international après avoir traversé le Rio Grande (à gauche), du Mexique au Delaware, Texas, le 16 septembre 2021. (Charlotte Cuthbertson/Epoch Times)

M. Lozano a dit que le système est tellement surchargé qu’il faudra probablement deux semaines à la patrouille frontalière pour transporter les 9 000 étrangers sans papiers actuels vers ses installations et les contrôler. Ceux qui sont libérés sont souvent déposés à la station-service Stripes de Del Rio, où ils attendent un bus pour San Antonio.

La raison pour laquelle la plupart des Haïtiens traversent le Delaware n’est pas évidente, bien que les modèles de migration montrent que les personnes de certains pays ont des itinéraires privilégiés vers les États-Unis.

Le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) n’a pas répondu au téléphone, ni renvoyé des messages vocaux ou courriels le 16 septembre, alors que le nombre de migrants illégaux continue d’augmenter. Aucun représentant du CBP n’a pris la parole lors de la conférence de presse.

« C’est tout à fait prévisible parce que Biden invite essentiellement les migrants illégaux », a dit à Epoch Times Mark Krikorian, directeur exécutif du Center for Immigration Studies (Centre d’études sur l’immigration), un groupe de réflexion non partisan qui plaide en faveur d’un système favorable à l’immigration, mais à faible taux d’immigration.

« Cela semble juste être un exemple extrême de ce que nous voyons depuis le 20 janvier, à savoir des migrants illégaux, qui prennent Joe Biden au mot pour son offre selon laquelle s’ils parviennent à entrer aux États-Unis, ils seront libres. »

Des milliers de migrants illégaux s’amassent à Delaware, au Texas, le 16 septembre 2021. (Charlotte Cuthbertson/Epoch Times)

Le président Joe Biden, dès son entrée en fonction, a rapidement remanié le système d’immigration américain, mettant fin à la construction du mur frontalier ainsi qu’à un programme qui obligeait de nombreux demandeurs d’asile à attendre au Mexique.

Les responsables de l’administration Biden ont également cessé d’utiliser l’autorité du gouvernement fédéral en vertu du Titre 42, qui avait été établi pendant la pandémie de Covid-19 pour expulser les mineurs non accompagnés, ou les enfants clandestins.

Le recours au titre 42 a diminué ces derniers mois, les démocrates faisant pression sur Joe Biden pour qu’il mette fin à cette autorité. Les fonctionnaires l’ont appliqué seulement pour 44 % des cas de migrants illégaux rencontrés en août.

Le déclin de l’application des lois fédérales sur l’immigration a incité les autorités du Texas à combler le vide. Les forces de l’ordre locales et de l’État ont intensifié la répression des immigrés clandestins, notamment à Delaware, où le maire a supplié Joe Biden de cesser de relâcher les immigrés clandestins alors que les conditions locales se détériorent.

Franchir la frontière des États-Unis sans papiers est illégal, mais après être entré, un immigrant illégal peut demander l’asile ou affirmer craindre d’être persécuté s’il est renvoyé dans son pays d’origine. S’il le fait, il est souvent relâché aux États-Unis. S’il ne le fait pas, il fait l’objet d’un contrôle en vertu du titre 8, ou de la loi fédérale, et obtient généralement une date de comparution devant un tribunal ou est invité à se présenter à un bureau des services de l’immigration et des douanes à une date donnée. La plupart ne s’y présentent pas.

Des agents de la patrouille frontalière et le personnel du service médical d’urgence local chargent une migrante illégale dans une ambulance à Delaware, au Texas, le 16 septembre 2021. (Charlotte Cuthbertson/Epoch Times)

Le porte-parole du CBP a dit à Epoch Times que « la grande majorité des adultes célibataires et de nombreuses familles continueront d’être expulsés en vertu de l’autorité du titre 42 du CDC, et ceux qui ne peuvent pas être expulsés en vertu du titre 42 et n’ont pas de base légale pour rester seront traités en vertu des autorités du titre 8 ».

Selon certaines indications, un certain nombre d’adultes célibataires sont autorisés à rester dans le pays, notamment des ressortissants étrangers dont les nations se sont vu accorder par les autorités américaines un type de protection spécial appelé « statut de protection temporaire ».

Un Haïtien, un homme célibataire qui a pu se rendre avec quelque 350 autres migrants illégaux à Delaware depuis le Mexique en juillet, a parlé à Epoch Times après être entré aux États-Unis. Environ un mois plus tard, il a envoyé un message pour dire qu’il était arrivé à Boston et qu’il allait bien.

Un Cubain d’une vingtaine d’années, Eduardo, a dit à Epoch Times cette semaine dans une station-service de Delaware qu’il attendait d’être récupéré par ses parents, qui vivent à Houston. Il a dit avoir voyagé depuis le Panama en passant par l’Amérique centrale avant de traverser le Mexique pour atteindre Del Rio, en marchant la plupart du temps.

« Il n’y a pas de liberté à Cuba », a dit Eduardo, qui avait été déposé à la station-service par la patrouille frontalière.

Des migrants clandestins montent dans un bus pour être transportés vers un poste de la patrouille frontalière pour un contrôle, sous le pont international, à Delaware, au Texas, le 16 septembre 2021. (Charlotte Cuthbertson/Epoch Times)

Les États-Unis ont enregistré plus de 208 000 arrestations de migrants illégaux à la frontière en août, l’un des chiffres mensuels les plus élevés jamais enregistrés. Sous l’administration Biden, le pays est en passe d’établir le record du plus grand nombre de cas rencontrés au cours de l’année fiscale et de l’année civile.

L’administration devait sûrement être au courant des grands groupes de migrants qui se trouvent actuellement à Delaware, a dit à Epoch Times Carter Jones, PDG d’Omni Intelligence.

Les programmes de renseignement américains surveillent l’Amérique centrale pour détecter la formation de grands groupes, a dit Jones, un ancien capitaine du département de la sécurité publique du Texas chargé du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, qui a travaillé en étroite collaboration avec la patrouille frontalière.

« Personne au sein du gouvernement fédéral n’a reconnu ce qui se préparait, n’a déclaré que cela se produisait, ni n’a fait quoi que ce soit pour l’atténuer, alors que cela aurait dû être arrêté. C’est une grande caravane de personnes qui n’a pas été interceptée », a-t-il dit.

« Pour moi, cela ne fait que confirmer le niveau d’échec du leadership de l’administration actuelle. »

Charlotte Cuthbertson est une journaliste de premier plan à Epoch Times qui couvre principalement la sécurité des frontières et la crise des opioïdes.

Zachary Stieber couvre l’actualité américaine, notamment la politique et les affaires judiciaires. Il a débuté à Epoch Times en tant que reporter pour la ville de New York. 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ